Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

27 avril 2018 5 27 /04 /avril /2018 23:18

Audiolib 2018 (Grasset 2017) - Lu par lauteur - 5 h 48

Tout le monde a entendu parler de Josef Mengele, le nazi que l'on surnommait "l'ange de la mort" à Auschwitz. Ce docteur en médecine était en charge du tri des juifs à l'entrée du camp. Parmi ceux qu'il n'orientait pas vers la chambre à gaz, Mengele sélectionnait des cobayes pour des expériences scientifiques d'une cruauté qui dépasse l'entendement. Il travaillait notamment sur la gémellité. L'objet du roman n'est pas de raconter les atrocités commises Mengele. Il en est fait référence uniquement pour présenter le personnage. Le roman est centré sur la personnalité du nazi, que l'on découvre au travers de la vie qu'il a menée après la guerre et jusqu'à sa mort.

C'est en 1949 que Mengele, craignant d'être arrêté et condamné pour crime contre l'humanité, quitte l'Allemagne pour rejoindre l'Argentine de Perone qui l'accueille à bras ouverts. Il va y vivre paisiblement une dizaine d'année avant de fuir au Paraguay puis au Brésil. Commence alors  une période nettement moins confortable pour le nazi puisqu'il se sent traqué. Il finira sa vie dans une favela au Brésil de façon quasi-misérable. Nous n'allons pas le plaindre...

C'est une véritable enquête journalistique qu'a menée l'auteur pour écrire cette biographie qui se lit comme un roman. Nous découvrons un homme centré sur sa personne et aucunement hanté par sa conscience. Mengele est un homme d'apparence normale et c'est bien tout le problème. Tapis derrière monsieur tout le monde peut se cacher un monstre. Les deux dernières phrases du roman résument ce que l'on peut retenir de cet ouvrage : "l'homme est une créature malléable. Il faut se méfier de l'homme".

Je finirai par quelques mots sur la version audio, qui ne m'a pas totalement convenue. Le conteur (qui n'est autre que l'auteur) utilise un ton monocorde. Fort heureusement, le texte étant clair et passionnant, la monotonie de la diction ne m'a pas gâché l'écoute.

Un roman passionnant qui a obtenu en 2017 le Prix Renaudot.

Je remercie Audiolib pour ce partenariat

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
Ah c'est terrible ces lecture monocorde. Le seul auteur me semble t-il qui ait parfaitement réussi la lecture de son livre, c'est Pierre Lemaitre avec Au revoir là-haut !<br /> Bon, néanmoins, le sujet est intéressant, je pense pouvoir trouver cet audio ivre un de ces 4 à ma bib '
Répondre
S
@Géraldine : oui; je suis d'accord. Pierre Le Maître a réussi à merveille la lecture de "au revoir la haut" mais aussi de la suite (couleurs de l'incendie).
L
C'est plus que rageant que ces bourreaux aient fini leur vie sans être traduits en justice. <br /> Pour la forme, l'auteur est un narrateur de choix puisqu'il connaît son texte, mais tout le monde n'est pas acteur...
Répondre
S
@Lilly : c'est toujours un risque de faire lire un texte par son auteur. C'est parfois réussi mais pas toujours.
V
Je le commence après Bakhita (entre deux, j'ai abandonné Moloch). Moi je ne connaissais pas du tout de personnage.
Répondre
S
@Valérie : j'aime beaucoup la façon dont l'auteur traite le sujet. Il devrait te plaire.<br /> Je suis plongée dans Moloch (bof, bof...)
S
Je le lirai sans doute en version papier.
Répondre
S
@Saxaoul : c'est un bon roman, je te le conseille.
A
Un ton monocorde, quelle idée ?!
Répondre
S
@Alex : je ne te le fais pas dire...