Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

18 février 2020 2 18 /02 /février /2020 00:44

Editions 10-18 - 215 pages

Publié en 1970 en USA et en 1994 en France (C. Bourgeois) - Traduit par Jean Guiloineau

 

Toni Morrison est née dans l'Ohio le 18 février 1931 et morte à New York en 2019. Romancière, elle a été également essayiste, critique littéraire, dramaturge, librettiste, professeure de littérature et éditrice. Elle a obtenu de nombreux prix (comme le prix Pulitzer en 1988 et le prix Nobel de littérature en 1993).

Aujourd'hui, elle aurait fêté ses 89 ans. Un hommage lui est rendu dans le cadre du challenge "African-Americain History Month" organisé par Enna.

"L'oeil le plus bleu" est un roman que j'ai pioché dans ma Pile à Lire. Il s'agit du premier roman écrit par Toni Morrison. Cet ouvrage marque le début d'une oeuvre engagée dans laquelle l'autrice n'a cessé de porter la voix des noirs américains. Le roman a été écrit à la fin des années 60 mais l'histoire se passe dans les années 40. Nous suivons, sur une année, une fillette noire issue d'une famille où règne la misère. Nous savons, dès le début, que la jeune Pecola, âgée de douze ans, va mettre au monde un enfant né d'un inceste. Nous découvrons l'histoire de sa famille et leur vie quotidienne, marquée par la violence et la pauvreté. La narratrice est une autre petite fille noire, issue d'une famille plus structurée et moins pauvre mais victime néanmoins de la ségrégation.

Il serait indécent de juger la famille de Pecola. On ne peut même pas jeter la pierre au père, qui pourtant va commettre l'irréparable, tant sa propre histoire est terrible. Toni Morrison nous montre comment la pauvreté et le racisme ne peuvent conduire qu'à la violence. Pecola est sale, pas très jolie, mal habillée. Elle rêve d'avoir les yeux bleus comme les jolies petites filles blanches qui n'ont pour elle que du mépris. Ce qui va lui arriver est injuste et inhumain, à l'image de la condition des femmes noires à cette époque. 

"Les femmes blanches leur disaient : "Fais ça." Les enfants blancs leur disaient : "viens ici." Les hommes noirs leur disaient : "Allonge-toi." Les seuls dont elles n'avaient pas besoin de recevoir des insultes étaient les enfants noirs et les autres femmes noires."

Je mettrai un bémol pour la narration, un peu déconcertante. Le déroulement des faits ne suit pas l'ordre chronologique et les transitions entre les différents personnages ne sont pas faciles à identifier. C'est une lecture qui demande donc un petit effort d'attention et une certaine concentration.

En dépit de ce bémol, c'est un roman que je conseille. 

 

L'objectif PAL, c'est chez Antigone

 

Challenge 50 romans, 50 états

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
Je l'avais lu quand j'avais une douzaine d'années et il m'avait beaucoup marqué. J'étais sans doute un peu trop jeune pour lire quelque chose d'aussi dur.<br /> Daphné
Répondre
A
Lu il y a longtemps et j'avais bien aimé, mais si je me souviens bien ce n'est pas au niveau de ses autres romans, plus aboutis.
Répondre
P
Je ne suis pas hyper motivée par cette lecture.poyrrant j'aime assez la plume de Toni Morrison.
Répondre
S
@Philisine : c'est un roman à découvrir de préférence quand on connait déjà l'autrice et que l'on veut approfondir sa lecture.
P
Pourtant... Et non poyrrant
K
Je ne connais pas ce roman de Toni Morrison mais la construction m'effraie un peu, j'aime bien que l'auteur me perde un peu mais pas trop...
Répondre
S
@Krol: je n'ai pas été perdue mais il faut être concentré, c'est certain.
G
Je ne connais pas ce roman. Si c'est son premier, il pêche peut-être par son manque d’expérience.
Répondre
S
@Gambadou : oui, c'est possible mais je crois qu'elle est la spécialiste des constructions compliquées.