Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 14:37

Il était âgé de presque 100 ans, on le croyait presque immortel...

Il a écrit jusqu'à la fin de ses jours.

nullDe lui j'avais beaucoup aimé "le boulevard périphérique" et plus encore "l'enfant bleu" dont je parle Ici.

Une très belle plume dont il me reste encore des tas d'ouvrages à découvrir. Ce qui me console un peu, en me disant qu'il n'écrira plus...

Je viens de commencer "Déluges" en version audio. 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 23:44

                                                                                  Fayard noir - mars 2012 - 397 pages

L'héroïne de ce roman, Marianne Gil, est une romancière tourmentée qui vit seule dans une propriété isolée au milieu des bois. Un matin, l'ami vétérinaire qui s'occupe de ses chevaux la réveille brutalement. Il vient de trouver le cadavre d'une jeune fille près d'une grange de la propriété. Le capitaine de gendarmerie Francis Humbert est chargé de l'enquête.

Entre le gendarme et la romancière s'instaure une relation qui dépasse le cadre professionnel (ils deviennent amants). De ce fait, l'enquête ne se déroule pas de façon très "catholique". Le gendarme passe ses nuits sur le lieu du crime, en compagnie du principal témoin. Il a une donc approche très "proche" de l'affaire, ce qui va l'aider à résoudre l'énigme.

Peu à peu, nous cernons le passé et la psychologie de la romancière. C'est une personne fragilisée par un secret qu'elle porte depuis bien longtemps et qui l'empêche de vivre pleinement sa vie de femme. Avec l'aide du gendarme, elle accepte de faire face à son passé.

On ne s'ennuie pas un instant car l'enquête fait pas mal de tours et de détours avant que le coupable ne soit démasqué...

Je ne sais pas si Marie Vindy a l'intention de faire mener à son gendarme de nouvelles enquêtes. Si c'est le cas, je me laisserai certainement tenter, ne serait-ce que par curiosité. Je me demande si elle le fera tomber amoureux à chaque fois, son beau gendarme ...

 

Un bon polar !

 

Prix confidentielles - 9/14 

 

 

Alain  et Yv  ont bien aimé également 

 

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 23:09

Dimanche dernier, j'ai écouté en podcast l'émission de France Inter "l'humeur vagabonde" consacrée au dernier roman de Jérome Ferrari "la chute de Rome", que je compte bien lire un de ces jours. L'histoire se passe en Corse.

Parmi les chansons qu'on a pu entendre durant l'émission, j'ai flashé sur "la ballade de chez Tao" de Jacques Higelin ("Chez Tao" est un célèbre café de Calvi). La chanson n'est pas toute récente (82) mais je ne la connaissais pas. Je l'ai écoutée plusieurs fois. J'aime sa poésie, sa mélodie, l'accompagnement musical et la voix d'Higelin. 

Voici donc "la ballade de Tao", une chanson bien tranquille, qui reprend un proverbe Corse à méditer : " Vivez heureux aujourd'hui car demain il sera trop tard"...

  

 

 

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 23:35

null

Le point - 297 pages 

 

Le roman est construit autour d'une légende, celle de "Jean de l'ours", que Philippe Jaenada nous conte en quelques pages, avec beaucoup d'humour. Le rapport entre le narrateur nommé "Bix" et l'ours de la légende apparaît au fil du roman mais reste anecdotique. L'histoire principale est celle de la descente aux "enfers alcooliques" du narrateur, écrivain plus ou moins connu, qui claque la porte de son appartement à la suite d'une dispute avec sa femme, légèrement névrosée. Il entame alors une tournée des bars qui lui fait vivre des aventures "tragi-cocasses" voire totalement loufoques à la fin du roman.

Ce livre m'a tour à tour amusée et agacée, tout comme le personnage central, le fameux Bix. Dans le même genre, en plus déjanté encore, j'ai lu et préféré "Cinq matins de trop" de Kenneth Cook (l'histoire se déroulant en Australie, on a le dépaysement en prime).

Cette première approche de l'oeuvre Philippe Jaenada ne m'a pas totalement convaincue. Cette histoire est trop alcoolisée à mon goût et je n'ai pas adhéré à la tournure que prend l'histoire à la fin du roman (on nage dans le glauque...). En revanche, j'ai bien aimé la plume de l'auteur et son humour. Il fait preuve d'une bonne dose d'auto dérision et j'aime ça !

Un auteur à découvrir avec un autre titre, peut-être ? (j'ai "le cosmonaute" dans ma PAL)

 

Prix confidentielles 8/14

Le ressenti de Cathulu se rapproche du mien. Liliba est plus enthousiaste et nous raconte sa rencontre avec l'auteur.

 

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 23:37

 

Flammarion - 2011 - 118 pages

 

"Juste avant" est l'échange silencieux entre une très vieille femme sur le point de mourir et son arrière petite fille, Fanny, qui se tient à son chevet. Au fil de cette tendre et muette conversation, nous traversons le siècle dernier, au travers des souvenirs de l'une et de l'autre. 

C'est un livre très féminin, les hommes sont peu présents. Fanny a été élevée par des femmes : mère, grand-mère et arrière-grand-mère. Une autre petite fille, celle de Fanny, continue la lignée et Granny s'en réjouit.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce livre n'est pas triste. Il est même plutôt apaisant. La "granny" de Fanny a mené une existence simple, avec son lot de bonheurs et de malheurs. Elle quitte ce monde avec un peu d'appréhension face à la mort mais apaisée et prête à passer le flambeau....

C'est texte assez simple au niveau de l'écriture mais il est en phase avec le personnage de cette vieille dame...

 

Un premier roman simple et touchant.

 

Prix confidentielles 7/14

 

Les avis : Liliba - Clara (qui ont beaucoup aimé) / Stephie a moins aimé

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 23:22

                                                              Don Quichotte - 248 pages - janvier 2012

 

Le narrateur est un enfant, Simon, neuf ans. Il vit avec son papa la plupart du temps car sa maman est souvent en déplacement au pays des kangourous. Ses parents ne s'entendent plus très bien et sa mère espace de plus en plus ses visites.

Cette fois, elle exagère, prolongeant indéfiniment son voyage au point que le papa de Simon finit par sombrer dans la dépression et se fait hospitaliser. Commence alors une nouvelle vie pour le petit garçon, toujours sans maman, avec son imagination pour lui tenir compagnie...

J'avais un à-priori positif sur ce livre (la couverture, la 4ème de couverture...) mais hélas je me suis ennuyée durant une bonne moitié du roman (la partie centrale) et j'ai sauté pas mal de pages. Un personnage énigmatique, une petite fille, intervient régulièrement dans le récit. Elle a aiguisé un peu ma curiosité mais pas suffisamment pour me tenir en haleine.

Dommage...

 

Prix "confidentielles" 6/14

Les avis de :  Laure - Géraldine (plus positives que moi)

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 23:23

                                                                                   Calmann-Lévy - janvien 2012 - 302 pages

 

Tout commence par Ferdinand qui vit seul depuis peu dans sa grande maison et s'ennuie un peu malgré les visites (trop peu fréquentes) de ses deux petits fils...

Quand sa voisine Marceline se trouve sans toit au dessus de sa tête, il n'hésite pas bien longtemps avant de lui proposer de s'installer chez lui. Maintenant que le premier pas est franchi, pourquoi ne pas continuer sur la lancée ? C'est ainsi que peu à peu la maison se remplit de personnes âgées, puis de plus jeunes pour leur venir en aide, un moyen pour des étudiants de se loger à peu de frais. Et tout le monde y trouve son compte...   

Idyllique ? Oui, sans doute mais c'est si bon d'imaginer qu'une solidarité inter-générationnelle puisse fonctionner de façon aussi harmonieuse. Je craignais d'être rebutée le coté un peu "guimauve" de l'histoire mais non, je me suis surprise à tourner les pages le sourire aux lèvres, enchantée par cette lecture "bonbon" qui donne du baume au coeur. Les personnages sont attachants, et puis à la fin de l'histoire, il y a Paulette...

J'avais bien aimé de Barbara Constantine "Amélie sans mélo" mais j'ai largement préféré cette histoire, absolument craquante.

Pour se faire plaisir et rêver d'un monde meilleur ...

   

Prix confidentielle 5/12 

Quelques avis (positifs) : Stéphie - Alain et un peu moins : Saxaoul -Midola -

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 23:27

 null

                                                                          JC Lattès - juillet 2012 - 356 pages

Un courrier énigmatique pour commencer, puis deux voix qui tour à tour prennent la parole : celle d'un fils qui rend visite à sa mère à l'occasion des fêtes de Noël et celle de sa mère, trente ans plus tôt, en pleine crise conjugale.  L'atmosphère est pesante, les fantômes du passé refont surface, cette famille décidément ne tourne pas rond et ça ne date pas d'hier. On découvre des secrets de famille, des non-dits et bien pire...

J'avais très envie de découvrir la plume de Delphine Bertholon, j'ai donc été echantée de découvrir son dernier livre dans le colis du prix Confidentielles. J'ai beaucoup aimé ce récit, fort bien mené et intelligemment construit. D'emblée, j'ai été envoûtée par l'atmosphère qui s'en dégage. La tension psychologique créée par la romancière m'a tenue en haleine jusqu'au dénouement, que je n'ai pas vu venir. 

Un très bon moment de lecture ! 

Lu pour le prix confidentielles 4/14

 

 

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 23:06

                                                                                Fleuve noir - 350 pages - nov 2011

 

Voilà un livre que je n'aurais jamais lu s'il n'avait pas fait partie des livres en lice pour le prix Confidentielles : une histoire d'amour gentillette avec un peu de suspense, une bonne dose d'humour et quelques larmes pour qu'il ne manque rien. Je l'ai lu avec plaisir mais bon... vite lu et vite oublié. Peut-être ai-je passé l'âge de trouver de l'intérêt à ce genre d'histoires ?

De quoi ça parle ? D'une jeune fille célibataire qui approche de la trentaine et voudrait bien trouver le prince charmant. Quand un mystérieux voisin s'installe dans son immeuble, elle est prête à tout pour conquérir son coeur, y compris aux pires bêtises...

 

Pour d'autres que moi...

 

La preuve : les avis de Sophie - L'irrégulière

 

Prix" condidentielles" 3/14

Partager cet article
Repost0
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 23:54

null

       Le livre de Poche (Albin Michel 2010) - 472 pages - traduit de l'Anglais (USA)  par Isabelle Reinarez

 

Nous sommes dans les années 60, dans un petit village du Dakota du Nord qui a subi autrefois un traumatisme, le lynchage de quatre innocents à la suite de l'assassinat d'une famille de fermiers. Cet évènement date d'environ cinquante ans mais il a laissé des séquelles dans la conscience des habitants, y compris dans celle des plus jeunes. La mémoire collective se transmet de génération en génération, consciemment ou pas...

Il appartient au lecteur de reconstituer peu à peu le puzzle de l'histoire du village, au travers de l'histoire de différentes familles. C'est une lecture qui demande une certaine attention car les personnages sont nombreux et les liens entre les familles ne sautent pas aux yeux. Si parfois je me perdais dans les méandres des liens familiaux, mon intérêt ne diminuait pas pour autant car chaque partie (voire chaque chapitre) se lit presque comme une nouvelle. Louise Erdrich, que j'avais découverte avec "la chorale des bouchers" a un réel talent de conteuse, rendant passionnante la moindre anecdote. Elle décrit fort bien cette région des États-Unis qu'elle connaît bien pour y avoir vécu. Sa mère est amérindienne et son père est germano-américain. On retrouve dans ses romans sa culture d'origine et l'évocation de ses racines familiales.

Un roman polyphonique foisonnant et sensuel, que j'ai lu avec plaisir.

 

 blogoclubLu dans le cadre du blogoclub sur le thème du roman polyphonique

 

Les avis de :  Grominou - Titou - Ori - KaliGambadou - Hélène -  sybille - PralineLisa -Chaplum - Midola - Zarline 

La lecture prochaine, le premier décembre, sera sur le thème de l'Australie...

Partager cet article
Repost0