Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 00:30

Jacques André Editeur (19 octobre 2007) - Collection : En attendant le bus – 75 pages

Voilà un petit livre tout plein de charme. Mais pour l'apprécier à sa juste valeur, il est préférable de connaître un minimum les grands auteurs du XIXième.


Un chapitre sur deux est consacré au premier contact d'une romancière (Mary ?) avec un éditeur. Elle nous raconte sa joie de départ… et sa déconvenue, peu de temps après ! Les autres chapitres sont des petites saynètes amusantes dans lesquelles elle imagine des entrevues entre des éditeurs contemporains et des auteurs classiques. On y retrouve entre autres Flaubert et Sand. Ces auteurs se voient refuser un manuscrit pour des raisons bassement commerciales. Les manuscrits en question sont "Madame Bovary"; "La mare au diable"…  

On ne sent pas d'aigreur chez Mary Dollinger, juste une légère ironie… bien envoyée.


 Les avis de BelleSahi, Cathulu, Valdebaz, Saxaoul, Antigone Joelle.Géraldine

Félicitations à Mary pour sa parfaite maîtrise de la langue française (elle est anglaise).
Merci cette découverte, Monsieur Dollinger !

Partager cet article
Repost0
23 février 2009 1 23 /02 /février /2009 17:37

Editions du Serpent à plumes - 2009 pour la traduction française- 313 pages
(traduit de l'anglais - Australie)
NOUVEAUTE 2009

Il s'appelle Anwell, et vit ses derniers jours dans de terribles souffrances. Sa seule distraction est de revivre les moments qui l'ont amené à être ce qu'il est aujourd'hui, un jeune homme de vingt ans qui va quitter ce monde…

 

Anwell habite un petit village où tout le monde se connaît. Le "qu'en dira t'on" y règne en maître. La famille passe pour être "zinzin". Sa principale tare (du moins au départ) est d'avoir un enfant handicapé dont elle a honte. Un jour, pour le plus grand malheur d'Anwell, ce frère vient à mourir. Quand un garçon un peu sauvage nommé Finnigan  propose à Anwell, très peu de temps après "l'accident", d'être son ami, il n'hésite pas longtemps. Mais Finningan est un drôle de phénomène. Pour preuve, ce pacte insensé qu'il propose à son nouveau camarade…

 

C'est un roman qui ne se lit pas aisément en raison de nombreux non-dits et flash-back, mais aussi parce que ce est dévoilé au fil du roman est lourd, très lourd. Mais la difficulté ne m'a pas empêchée d'aimer ce livre, d'être entraînée dans cette histoire tirant sur le fantastique et non dénuée de poésie. La narration est fort bien menée. Les deux garçons racontent alternativement les faits qui ont mené à la déchéance d'Anwell. La tension psychologique va crescendo, les derniers chapitres se lisent d'une traite, le souffle retenu. 

Un roman étrange et fascinant que j'ai beaucoup apprécié.

Les avis de Joëlle et Clarabel.

Je remercie Anne Vaudoyer.

Partager cet article
Repost0
22 février 2009 7 22 /02 /février /2009 00:41

Editions Héloïse D'Ormesson - 2009 pour la traduction française - 333 pages
(traduit de l'anglais - Etats-unis)

NOUVEAUTE 2009

Fatima est tunisienne. Son mari l'a répudiée parce qu'elle ne lui donnait pas d'enfant. Doté d'un physique quelconque, femme de ménage dans un hôtel de Djerba, sa vie n'a rien d'enviable. Mais Fatima n'est pas du genre à se laisser abattre. Quand l'opportunité de "tenter sa chance" à Paris se présente, elle n'hésite pas une second et se lance. En dépit de quelques embûches, la chance lui sourit…

 

Ce livre a été co-écrit par deux américains qui vivent à Paris depuis plus de vingt ans et visiblement s'y sentent bien. La capitale nous est présentée comme un petit paradis cosmopolite où il fait bon vivre. Fatima s'y sent très vite comme un poisson dans l'eau, sympathisant avec les habitants du quartier.

 

L'histoire est gentillette et peu crédible. Si l'intégration des étrangers dans notre capitale se faisait aussi aisément, cela se saurait. Toutefois, ce conte de fées des temps modernes se lit avec plaisir. On se prend à rêver d'une société où quand on est gentil et ouvert à autrui, la vie se charge de vous remercier comme vous le méritez.

 

Une lecture plutôt agréable, pour rêver d'un autre monde…


Partager cet article
Repost0
19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 22:00

 Gallimard - 2009 - 233 pages
NOUVEAUTE 2009

Francis, écrivain à succès, a vu mourir sous ses yeux sa femme et sa fille aînée. Les années qui ont suivi le drame ont été particulièrement pénibles, on peut s'en douter. Alice, sa plus jeune fille, ne lui a pas facilité la vie, usant et abusant des paradis articifiels. Après avoir touché le fond, elle a fini par se ressaisir, menant parallèlement une vie d'actrice et de mère de famille. Francis s'est remarié,  tout va donc à peu près bien pour lui, jusqu'au jour où Alice disparaît mystérieusement, le plongeant dans une angoisse terrible. Après de longues semaines sans nouvelles, Francis découvre la vérité sur la disparition de sa fille…

 

J'ai trouvé presque attachant le personnage de Francis, sexagénaire meurtri par la vie, sans être aigri pour autant. Ce qui le sauve, sans nul doute, c'est une pratique de l'autodérision qui lui permet de garder le recul nécessaire pour ne pas plonger. Il n'est pas parfait, Francis : nombriliste, souvent nonchalant, jaloux et rancunier de surcroît (sur ce dernier point, on le comprend) mais j'ai bien aimé son regard ironique sur le couple vieillissant, sur le poids de la famille que l'on traîne toute une vie, pour le meilleur et pour le pire… J'ai un peu moins aimé les états d'âme de l'écrivain en quête d'inspiration, peut être parce que l'on sent un peu trop Djian derrière lui ? On peut imaginer que Francis, c'est un peu (beaucoup ?) Philippe.

 

L'histoire m'a accrochée dès le début et j'ai aimé l'ambiance, avec en toile de fond le Pays Basque en hiver. Je n'avais jamais lu Philippe Djian. J'ai apprécié son style "brut de décoffrage" ainsi que les non-dits qui permettent au lecteur de faire un bout de chemin sans tout comprendre immédiatement. C'est un roman noir, qui laisse pas indifférent. Une semaine après avoir fini ma lecture, j'y pense encore, je me pose des questions sur  la psychologie de Francis. J'imagine bien une adaptation pour le cinéma.

Les avis de Monsieur Bellesahi  - Cuné - Amanda -  Thom  -  Lily

Si vous voulez lire une critique assassine (et à mon sens ridicule) de ce livre, c'est là.  (en bas de la page)

 Je remercie Véronique Laury .

Partager cet article
Repost0
19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 21:35

Merci à tous pour vos messages de réconfort et d'encouragement. C'est sympa d'avoir eu une pensée pour moi. Nous sommes bien installés dans notre nouvelle maison, soulagés que tout se soit bien passé (vente de l'ancienne maison et prise en main de la nouvelle). J'ai retrouvé ma connexion internet. Quinze jours de délai, c'est correct. Tout va bien, donc, mis à part une tendinite à la cheville depuis ce matin (survenue pendant la nuit )

Je vais certainement mettre un peu de temps à retrouver mon rythme "bloguesque", mais je suis ravie de vous retrouver.

Partager cet article
Repost0
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 09:51


Je fais une pause de plusieurs jours, le temps de ranger tout ce bazar et de retrouver ma connexion internet. Je ne pars pas bien loin (à 2 kms de mon domicile actuel). Nous avons vendu notre maison dans le but d'en racheter une autre, qui nous convienne davantage.
En attendant de peaufiner ce projet et de voir plus clair sur ma situation professionnelle, un peu scabreuse ces temps-ci, nous avons pris une location. C'est une période un peu délicate pour moi, vendre sa maison c'est un peu vendre ses souvenirs et l'incertitude professionnelle est un peu pesante. Heureusement, mon moral tient le coup (avec quelques bugs de temps en temps).
A bientôt !

Partager cet article
Repost0
2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 16:50



Actes Sud 1994 - 108 pages

La vie a enlevé à Céline Rabouillot ce qu'elle avait de plus précieux au monde. Alors, elle s'est mise à grossir, au point de se voir rejeter par la société. Quand on lui propose un emploi de garde-barrière, elle se réjouit de pouvoir vivre à la campagne,  à l'abri des regards, en parfaite harmonie avec la nature qu'elle célèbre chaque jour. Céline a le cœur sur la main et de l'amour à donner, qu'elle offre sans compter. Mais cet amour, pour son grand malheur, est incompris...

Extrait :
"Est-ce possible de vivre avec un coeur aussi gonflé d'absence? Et de convertir ce vide en amour? Un amour que l'on poursuit à chaque instant du jour et qui donne envie de prendre d'autres enfants dans ses bras, de peindre ses volets en bleu, d'écrire un poème, d'aimer sans rien attendre en retour, puisqu'au fond, c'est toujours ainsi qu'il faudrait aimer. Sans rien attendre."
 

Ce texte est un concentré de poésie et de sensualité. Françoise nous offre le portrait d'une femme généreuse, marquée par la vie puis injustement rejetée par les autres. L'histoire est triste et cruelle, mais sublimement racontée. On aime Céline dès les premières pages et son malheur nous bouleverse jusqu'aux dernières pages, déchirantes. Ce conte des temps modernes fait penser à "La petite fille aux allumettes" d'Andersen.
De Françoise Lefèvre, j'avais eu un gros coup de cœur, l'an passé, pour "le petit prince Cannibale. J'ai retrouvé avec ravissement cette très belle plume. Il me reste de nombreux ouvrages à découvrir, je m'en réjouis.
livrevoyageur Florinette fait voyager ce livre. Il vient de chez Antigone et part maintenant chez Martine

Les avis de Anne - Jules - Praline

Je conseille aux inconditionnels de Françoise Lefèvre d'aller faire un petit tour

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 17:40

 Editions Héloise D'Ormesson - 2009  - 128 pages
NOUVEAUTE 2009


"Il y a des gens comme ça qui vous donnent l'impression que leur vie est une évidence heureuse. Comme si pour eux le seul fait de vivre, de respirer suffisait pour que chaque instant ait un sens. On dirait qu'ils n'ont besoin de rien pour se sentir bien . Comment font-ils ?

La vie n'est faite que pour les gens heureux."   

C'est l'histoire d'un homme terne, sans vie sociale, qui passe ses journées à ruminer, seul dans son coin. Sa compagne l'a quitté. Il ne s'en remet pas. Sa seule occupation est d'épier l'un de ses voisins, solitaire comme lui, et de lui écrire des lettres qu'il ne poste pas (du moins, pas au début). Son moral se dégrade. Il boit pour oublier son mal-être et augmente sans cesse sa dose d'antidépresseurs, spirale dangereuse… Je n'en dis pas plus pour ne pas gâcher la surprise de ceux qui seraient tentés par ce roman épistolaire vraiment étonnant.

 

J'ai aimé ce livre, un peu comme j'avais aimé "La théorie du Panda" de Pascal Garnier. C'est dérangeant, perturbant de constater tant de noirceur dans un personnage, mais étonnamment fascinant aussi. Ce thriller psychologique m'a tenue en haleine l'espace d'une soirée. J'ai beaucoup aimé l'épilogue, rayon de soleil presque cynique dans la destinée de cet homme, si peu doué pour le bonheur. Etre heureux, ce n'est pas donné à tout le monde.

Voilà un livre qui ne peut laisser indifférent. A tenter !

Merci à Ecaterina qui m'a offert la possibilité de lire le dernier opus de son "presque ami"

Clarabel a aimé - Antigone pas du tout.

 

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 18:20

Orizons- 2008 - 108 pages

Nombreux sont ceux qui sont ou seront confrontés, un jour ou l'autre, au vieillissement de leurs parents. Sur ce thème douloureux, Gérard Glatt propose un texte sensible.

Le narrateur est un auteur de pièces de théâtre qui a du mal accepter le décès de sa mère. Pour lui rendre hommage, il a écrit un texte qu'il pense présenter, seul sur scène. Au fil des pages, il  nous raconte Valentine, cette mère qu'il a aimée et dont il s'est occupé, comme il a pu (mais sans doute insuffisamment), alors qu'elle devenait dépendante. Il évoque les nombreux problèmes auxquels sont confrontés les enfants durant ces années difficiles.

Je n'ai pas adhéré au style (des phrases souvent trop longues à mon goût). Par ailleurs, les passages évoquant la mise en scène du texte m'ont moyennement captivée. Toutefois, j'ai apprécié ce court roman, qui donne à réfléchir sur les affres de la vieillesse. La tendresse entre ce fils et sa mère âgée est émouvante. On peut penser que l'auteur se cache derrière le narrateur, ce qui rend le texte touchant.

 L'avis de Yves

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2009 3 28 /01 /janvier /2009 18:20

Je vous propose de vous rendre chez Géraldine, qui propose une interview de Suzanne de :

Merci Géraldine. C'est très instructif !

Partager cet article
Repost0