Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

28 janvier 2009 3 28 /01 /janvier /2009 18:20

Je vous propose de vous rendre chez Géraldine, qui propose une interview de Suzanne de :

Merci Géraldine. C'est très instructif !

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 22:02

Gallimard 2007 - 430 pages

Nous sommes en Andalousie à la fin du XIXè siècle. Le personnage central du roman s'appelle Frasquita. Mi-magicienne, mi-sorcière, elle fait des merveilles avec un fil et une aiguille. Ce don est à la fois source de bonheur et de malheur dans sa vie tumultueuse.
Les enfants qu'elle met au monde sont atypiques eux-aussi, doués de pouvoirs étranges. Quant au mari, il est un brin "dérangé", totalement obsédé par un coq de sa basse-cour. Un jour, il joue sa femme à un combat de coqs et perd le jeu, contraignant la malheureuse à fuir le village avec sa progéniture. Au terme d'un périple éprouvant (elle croisera sur son chemin un ogre, des révolutionnaires andalous…) la narratrice de ce conte verra le jour. 

 

Les aventures de Frasquita sont tantôt cocasses, tantôt tragiques, et pleines de rebondissements. Au fil de l'histoire, on va de surprise en surprise. Carole Marinez s'est inspirée de légendes familiales pour broder cette histoire mi-réelle, mi-fantastique, reprenant le flambeau des femmes-conteuses de sa lignée. Par sa poésie et son côté merveilleux, ce conte m'a fait penser aux romans de Sylvie Germain. C'est un premier roman étonnant, très dépaysant et fort bien écrit.

 

Le livre a obtenu de nombreux prix, dont le Prix Ouest France Étonnants Voyageurs et le
Prix Emmanuel Roblès.

Des avis très positifs sur la blogosphère  : Sylvie, Nina, Amanda, Florinette, Clarabel, Leiloona, Emeraude,.BelleSahi..


Partager cet article
Repost0
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 20:33

 

Contrairement aux apparences, Séraphine n'est pas "madame tout le monde" car... elle peint ! La journée elle fait des ménages (il faut bien vivre) mais la nuit, elle s'adonne avec ferveur à sa passion. Nous sommes au début du siècle et sa "condition" n'autorise guère ce genre de fantaisie. Elle vit donc à l'écart des autres. Elle serait restée totalement inconnue, si le destin ne l'avait fait croiser le chemin du critique d'art Wilhelm Uhde, amateur d'œuvres avant-gardistes et ami de Braque et de Picasso. Non seulement Séraphine a du talent, mais en plus elle est en avance sur son temps ! Hélas, Séraphine n'aura pas le temps de savourer son succès. Quelque peu illuminée, elle finira ses jours à l'hôpital psychiatrique, perdant pied avec la réalité.


















Un grand bravo à Yolande Moreau d'avoir su nous rendre l'artiste si attachante ! J'ai passé deux heures merveilleuses aux côtés de Séraphine, admirant son talent et sa persévérance, souriant de ses répliques un peu naïves mais si touchantes. J'ai lu ici ou là que certaines longueurs étaient à déplorer. A titre personnel, j'ai beaucoup apprécié cette lenteur qui permet d'admirer les superbes paysages qui nous sont offerts, comme savait si bien le faire Séraphine.

 

On peut actuellement admirer les œuvres de Séraphine de Senlis au musée Maillol à Paris, à l'occasion de la sortie du film. Pour moi Paris, c'est un peu loin. Je me contenterai donc de lire une des biographies qui lui sont consacrées.

Quand l'amie qui m'accompagnait m'a demandé, pendant le générique de fin : "Alors tu as aimé ?", j'ai eu quelques difficultés à lui répondre, j'étais bouleversée par le destin de Séraphine et par la beauté du film...

Un petit aperçu du talent de Séraphine: "L'arbre de vie"
Magnifique, n'est-ce-pas ?



Partager cet article
Repost0
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 00:26


       Le livre de poche 2008 - traduit de l'anglais (Afrique du Sud) - 283 pages

L'histoire commence par la découverte d'ossements humains. Nous sommes en 1990 en Afrique du Sud, dans la ferme de Catherine King. Pour comprendre le mystère qui se cache derrière cette découverte, nous plongeons dans le passé familial de la vieille femme. 
Nous découvrons la petite enfance de Catherine et les jeux qu'elle partage avec Maria, son amie noire. Elle nous fait vivre son amour incommensurable de l'Afrique du Sud et de ses somptueux paysages. Nous assistons à la cassure qui contraint la mère de Catherine à quitter l'Afrique pour l'Angleterre, avec ses deux enfants.

Vingt ans plus tard, Catherine retourne en Afrique, après de longues années loin de sa terre natale. Après son départ d'Afrique, elle n'a plus eu de nouvelles de son père. Et puis un jour elle a appris sa mort. Maria n'a cessé d'attendre son amie blanche et l'accueille chaleureusement. L'apartheid est toujours de mise, mais les deux amies passent outre, comme elles l'ont toujours fait. La propriété est maintenant occupée par Thom. Sa femme vient de le quitter. Qui est Thom ? Peut-elle lui faire confiance et s'abandonner au désir qui la pousse vers lui ?

 

Une ambiance mystérieuse, une Afrique envoûtante, un contexte historique intéressant…. En dépit d'une construction peut-être un peu trop tarabiscotée, je me suis plongée avec délice dans cette belle histoire d'amour et d'amitié. La cruauté de l'apartheid est abordée, bien que le sujet ne soit pas au premier plan de l'histoire. On ferme le livre, des images plein les yeux, comme au retour d'un voyage dans une contrée lointaine.
 

Un premier roman captivant !

Je remercie Le livre de poche pour cet envoi.
(et moins les services de la poste pour avoir égaré le premier exemplaire qui m'était destiné et qui me fait être hors délai pour l'écriture de ce billet ! )

Elles ont aussi aimé ce livre :  Alice , Praline, Joëlle, Amanda, Annie ...
  

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 00:31
                                 Actes Sud -2006 - 652 pages  (traduit du suédois)

Tout le monde a entendu parler de cette trilogie, écrite par un homme qui n'aura même pas eu la joie de savourer le succès de sa série. Je dois dire que j'ai pensé à lui pendant ma lecture. Mourir subitement à l'aube d'un tel succès, ce n'est vraiment pas de bol !

 

Un coup de cœur donc pour ce tome 2. Qu'a t'il de plus que le Tome 1 ? Plus de suspense sans doute, mais aussi le plaisir de retrouver les personnages abandonnés à la fin du tome précédent (et durant quelques mois car je n'étais pas la seule sur la liste d'attente de la bibliothèque).

 

Ce deuxième tome est centré sur Lisbeth Salander que nous avions appris à aimer au cours du premier tome, en dépit de son caractère ténébreux et de sa façon de se comporter "limite autistique". Son passé, qu'elle aimerait occulter, refait surface et croise le chemin du séduisant Mickaël Bromkvist, journaliste de Millénium qu'elle avait côtoyé (et plus car affinités), dans l'histoire précédente. Millénium est sur le point de publier un livre dont un élément est en relation avec le passé de Lisbeth. Mais l'auteur du livre et son épouse sont assassinés… 

Le rythme est haletant, les rebondissements se multiplient et vont crescendo. C'est un régal. Comme la fois précédente, il y a aussi du "fond" dans ce livre, puisque le sujet de la maltraitance des femmes y est abordé. Lisbeth nous surprend, plus encore que la dernière fois, par sa force de caractère et sa morale implacable (bien que peu orthodoxe). Nous la quittons à regret, cette fois encore, et ce d'autant que … je n'en dis pas plus  !

 

Rendez-vous dans quelque temps pour le Tome 3...

Des tas d'avis : Ici

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 00:24



Edtions Diabase - Collection Liens et résonance

Au salon du livre de Carhaix, sur le stand de la maison d'édition bretonne Diabase, mon regard a été attiré par un livre d'entretien entre Charles Juliet et l'éditrice Cypris Kophidès. Après quelques minutes de discussion avec cette dernière, j'ai acheté l'ouvrage.

 

D'une rive à l'autre éclaire le lecteur sur le parcours d'écriture et de construction personnelle de Charles Juliet, les deux étant intimement liés.  Sur la quatrième de couverture il nous livre ceci :
"Quand j'ai commencé à écrire, j'étais dans un profond mal-être. Un mal-être fait de confusion, d'angoisse, de haine de soi, et surtout, d'une immense ignorance. Toutefois, un besoin était là qui m'imposait de travailler à me connaître, et aussi à tirer de mon sous-sol celui que j'étais mais qui m'était inconnu. Longtemps j'ai cheminé dans la nuit. Le découragement n'a pas cessé de m'accompagner, tant il semblait que cette aventure ne menait à rien, sinon à la mort. Pourtant, insensiblement, une clarté est apparue et la lumière a fini par chasser les ténèbres. Contre toute attente, une mutation s'est produite, a engendré un être nouveau qui adhérait pleinement à la vie"

 

C'est ce long cheminement qu'il évoque dans son entretien avec l'éditrice. Elle connaît parfaitement sa production littéraire, composée de livres autobiographiques, de journaux intimes et de  poèmes. Charles Juliet nous présente également les lectures et œuvres d'art qui l'ont nourri durant toutes ces années.

 

Après ce long voyage intérieur, l'écrivain se définit aujourd'hui comme quelqu'un d'apaisé, capable de profiter enfin des joies de la vie. L'écriture fut pour lui une réelle thérapie. Il offre à ses lecteurs une œuvre profonde, d'une grande sensibilité. J'ai beaucoup apprécié ma lecture récente de son roman autobiographique "Lambeaux". Je compte bien continuer à le découvrir.

 

 Diabase : Cette petite maison d'édtion propose un choix de livres qui me parait très attrayant.

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 21:59

                                    Editions Du rocher - 2008

Quand on accepte de reçevoir un livre proposé par une maison d'édition, on prend le risque de ne pas aimer le livre et de devoir en parler par la suite. C'est ce qui m'arrive ici. J'ai pensé dans un premier temps ne pas en parler du tout mais je me suis dit que ce serait un peu lâche, d'où ce billet.
 

 

Comme son titre le suggère, l'histoire se passe dans un château. "Monsieur le châtelain" est un homme qui a horreur du stress et des mondanités. Sa passion, c'est le jardinage. Mais "Madame sa femme" rêve pour lui d'un destin hors du commun. Elle met dans l'idée d'en faire un homme politique. 
 

La quatrième de couverture parle de comédie déjantée. Ce n'est pas faux. On croise dans ce château quelques personnages farfelus (mais qui arrivent à mon sens dans l'histoire comme un cheveu sur la soupe). Les employés de maison sont assez spéciaux, c'est le moins que l'on puisse dire. Le (faux) majordome, par exemple, est un (vrai) psychiatre chargé par le président de la république de rédiger un rapport censé le renseigner sur le châtelain. Le procédé a de quoi surprendre, tout de même... Le fil conducteur de l'histoire est un journal intime explosif.

Je qualifierai ce livre de "Vaudeville littéraire". 
C'est sûrement un bon divertissement, mais voilà, je n'ai pas trouvé l'histoire crédible du tout et l'humour ne me correspond  pas. Pas de chance. Fort heureusement pour l'auteur, il y a d'autres avis, plus enthousiastes que le mien : Kathel - Géraldine - Lily

Je remercie les Editions Du Rocher

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 00:32

 


Le principe :


Il
s'agit de lire un ouvrage en commun chaque trimestre.


Deux possibilités pour le choix de l'ouvrage 


1 - Nous suggérons un thème, puis chaque membre qui le souhaite propose un titre en rapport avec ce thème (de préférence un livre sorti en Poche). Nous établissons une liste, que nous soumettons au vote de chaque participant. Pour une raison évidente, il n'est pas possible de voter pour le livre que l'on a soumis au vote. A la date convenue, chacun met en ligne son avis sur le livre qui recueilli le maximum de suffrages.

 

2 - Nous proposons une lecture libre d'un auteur

 

Les billets :

 

Lisa et moi–même recensons, à la fin de nos billets respectifs, les liens vers les blogs participants (il convient de préciser le lien en commentaire sur mon billet ou sur celui de Lisa).

 

 

Il n'est pas indispensable de participer à chaque fois (mais régulièrement tout de même !).
 

 

  Pour finir, l'adresse mail du blogoclub (pour tout renseignement ou inscription)   
 lecturecommune@yahoo.fr 

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 00:05



Editions du seuil - 2006

Je lis peu de BD. Pourtant quand je tombe sur un album à ma convenance, je passe un superbe moment. C'est le cas avec "seules contre tous", qui avait tout pour me plaire : un beau graphisme et une histoire prenante.
 

L'auteur, âgée d'une soixante d'années, raconte une période particulièrement éprouvante de sa petite enfance. Son père se trouvant enrôlé dans l'armée Hongroise pendant la seconde guerre mondiale, sa maman, Esther, reste seule avec sa petite fille de trois ans (l'auteur). Juives, elles sont menacées par les persécutions nazies. Après quelques hésitations, Esther choisit de fuir Budapest le temps que les choses s'arrangent. Avec sa petite fille, Miriam, elle rejoint la campagne hongroise, se faisant passer pour une servante russe…

 

Avec une économie de mots, leur épopée nous est contée. Le présent est en couleur, le passé en noir et blanc. Les personnages sont très expressifs, très vivants. La relation entre la mère traquée et sa petite fille est particulièrement émouvante. Esther, telle une louve, protège Miriam des nombreux dangers qui se présentent. A la fin du livre, Miriam Katin explique sur deux pages, les motivations qui l'ont amenée à réaliser ce livre et ce qu'il est advenu de sa famille après la guerre.

 

D'après la quatrième de couverture, c'est  la première fois qu'un témoin direct de la seconde guerre mondiale se livre en bande dessinée. La démarche est originale et le résultat vraiment excellent.


Merci Lagadu pour le conseil ! 

 Elles ont beaucoup aimé aussi : Joelle ; Florinette 

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 19:00

Grominou propose aux blogueurs un challenge que nul membre de la blogosphère  ne peut ignorer, tant il rencontre de succès. Bien que trouvant le principe sympa, j'avais décidé de ne pas participer pour ne pas augmenter mes lectures "imposées". Mais j'ai changé d'avis, car j'ai trouvé dans la liste 2 ouvrages que je veux absolument lire : 

- O'Faolain Nuala, Best Love Rosie

- Gallay Claudie, Les Déferlantes  

Je pioche les deux autres titres dans  ma Pal (il en faut quatre) :

- Ferney Alice, La Conversation amoureuse

- Pavloff Franck, Matin Brun

 

Pour voir la liste en question : (ICI)

Pour connaître le règlement :  (LA)

Un grand BRAVO à Grominou pour ce travail considérable.

Partager cet article
Repost0