Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

10 janvier 2008 4 10 /01 /janvier /2008 00:51
Editions Piquier 2005D'Anita Nair j'ai lu en 2007 deux romans : "Compartiment pour dames" et "Les neuf visages du cœur". Quand Katell a proposé de me prêter "Le chat Karmique", qu'elle avait lu pour le club des blogueuses, j'ai accepté avec grand plaisir de me plonger une nouvelle fois dans l'univers de la talentueuse romancière indienne.
 
J'ai mis un peu de temps à lire ce recueil de treize nouvelles, parce que ce genre littéraire me pose problème. Je suis incapable de me concentrer sur plus de deux nouvelles de suite quand il n'y a pas de lien entre les histoires. J'ai besoin de les digérer, ce qui se traduit par une pause.
 
La quatrième de couverture parle de nouvelles "au réalisme épicé de mystère". C'est assez juste. Les histoires, qui se déroulent pour la plus part aux Etats-unis, sont relevées d'une pointe d'irrationnel et d'exotisme. Les clins d'œil à la culture indienne y sont nombreux. On y trouve des références au fameux Karma cher aux hindous, mais aussi au pouvoir que les animaux, les arbres ou les étoiles auraient sur les vies humaines.
 
Sans résumer ces nouvelles, ce serait fastidieux, on peut s'en faire une idée en lisant quelques titres : Pour toucher un arc-en-ciel, Le conte de la sorcière, La force de l'arbre, Le chat Karmique, Sous le signe du mercure….
 
J'ai bien aimé déguster ces nouvelles, mais j'ai préféré la lecture de "Compartiment pour dames et des "Neufs visages du coeur", sans doute parce qu'ils  évoquent plus en profondeur la culture indienne.
 
Allie et Katell ont lu ce livre
 
Partager cet article
Repost0
7 janvier 2008 1 07 /01 /janvier /2008 00:00
 
Editions Métailié- 2007
L'histoire :
 
L'histoire commence par le retour au Brésil de Lucina. Depuis quelques années, après avoir été torturée par la police politique brésilienne, elle était exilée à Marseille. Dès la sortie de l'avion on lui fait comprendre qu'il lui est fortement déconseillé de se mêler de politique, comme elle a pu le faire par le passé.
Lucina se tient donc relativement tranquille et ne peut que constater avec horreur les ravages de la dictature qui contrôle tout, y compris l'économie du pays.
Elle se prend d'affection pour les pivetes, de jeunes enfants qui vivent dans les rues et dont le nombre augmente de façon exponentielle au rythme du développement économique. Avec le père Thomas, dont elle tombe amoureuse, elle tente de leur venir en aide, ou du moins d'attirer l'attention sur leur cas.
Mais les ennuis recommencent, car elle est surveillée de près par un militaire haut placé, autrefois amoureux d'elle et jaloux des hommes qui l'approchent. Et cet homme est prêt à tout pour empêcher Lucina de trouver le bonheur avec un autre homme que lui-même. 
 
 
 
 Mon avis :
 
Ce roman est le troisième volet d'une trilogie qui couvre l'histoire du Brésil de 1920 à 1985. Les trois opus peuvent se lire séparément.
L'histoire et les personnages m'ont semblé secondaires. Le but de l'auteur est d'aborder une période de l'histoire d'un pays qu'il aime profondément. Par moments, le roman tourne au documentaire. On peut le regretter mais  cela ne m'a pas vraiment dérangée. Je connaissais mal la géopolitique du Brésil de ces années-là et le sujet m'a passionnée.
C'est un roman engagé qui n'hésite pas à dénoncer le rôle désastreux des Etats-Unis durant cette période. 
Le brésil, plus que tout autre, est un pays de contrastes. Des paysages d'une beauté à couper le souffle, du luxe à outrance mais aussi des favellas où  règne la misère. On ne peut qu'être épouvanté par le sort réservé à ces malheureux enfants des rues que l'on n'hésitait pas à supprimer de façon abominable pour en diminuer le nombre.
Dans Samba triste, Jean-Paul Delfino nous raconte avec indignation comment on en est arrivé là.
J'ai très envie, maintenant, de lire les autres volets de la trilogie !
 
Un roman pour en savoir plus sur l'histoire du Brésil.
J'ai lu ce livre dans le cadre du Prix Inter-Ce
Elfe a aimé ce livre
Partager cet article
Repost0
4 janvier 2008 5 04 /01 /janvier /2008 00:48
Il y a un an, je me lançais dans l'aventure, avec une grande excitation mais sans être certaine de parvenir à relever le défi. Je n'ai pas de formation littéraire et mes écrits se résumaient à des travaux administratifs. Plus de vingt ans après ma dernière dissertation, allais-je réussir à aligner plus de trois phrases de suite ?
Les premiers billets m'ont demandé des efforts, mais je me sens plus à l'aise maintenant. Je n'ai pas lu plus de livres que les années passées mais j'ai approfondi mes lectures et mieux choisi mes livres grâce aux idées glanées sur les autres blogs.
Du point de vue des échanges, l'activité "blog" m'a apporté beaucoup de satisfactions. Je prends beaucoup de plaisir à ces rendez-vous quotidiens que je n'ose qualifier de virtuels car ils sont plus que cela pour moi.
Je dois aussi dire un mot du club des blogueurs (euses) que nous avons repris, Lisa et moi-même, depuis septembre. Nous sommes aujourd'hui près de soixante-dix inscrits. Nous n'espérions pas un tel succès, c'est génial et l'enthousiasme qui entoure ce club me ravit.
En dehors des échanges "virtuels", il y a eu des rencontres "pour de vrai". On a du mal à imaginer (surtout au début) que derrière un blog, se cache une personne en chair et en os, dont la vie ne se résume par à lire et à bloguer. J'ai rencontré tout d'abord Béatrix, en Bourgogne, puis, j'ai fait la connaissance de Mammig, lors d'une rencontre avec un auteur et enfin, j'ai participé à une journée d'échange avec les blogueurs bretons, dans le cadre d'un festival régional. L'année 2008 continue dans ce sens, puisqu'une journée est programmée à Rennes le 12 janvier.
 
Que du positif, me direz-vous ? Et bien non, pas tout à fait. Il y a quelques inconvénients tout de même. Le premier est le côté chronophage de cette activité. C'est pire que je que je craignais avant de démarrer ! Ce sont principalement les autres loisirs qui en ont pâti mais aussi, et c'est un peu plus embêtant, le temps consacré à la famille. Après quelques grincements de dents, tout le monde a fini par s'habituer et personne n'a l'air de trop m'en vouloir. Je me sens mieux qu'avant, tout le monde en profite et surtout je parle moins de mon travail, qui me prenait la tête et celle des autres !
Autre point négatif, mes yeux trinquent !
Aux visiteurs anonymes de ce blog, à mes amis blogueurs, je veux dire un grand MERCI pour votre fidélité. Je pense aussi à mes amies du comité de lecture, qui se montrent enthousiastes vis à vis de ce blog. Certaines sont même très assidues !
Je repars pour une année au moins, certainement plus..
Partager cet article
Repost0
1 janvier 2008 2 01 /01 /janvier /2008 00:01
Je connaissais cet auteur pour avoir lu  La maison des célibataires. C'est avec grand plaisir que j'ai retrouvé l'univers de Jorn Riel, grâce au choix du club des blogueuses pour cette session de janvier.
 
Il s'agit ici de racontars qui mettent en scène des chasseurs du Groenland. Jorn Riel a passé seize ans de sa vie sur la banquise comme esquimaulogue et ethnographe. Ce sont les années au contact de la population esquimaude qui lui ont inspiré ces histoires aussi improbables que truculentes.
 
De braves chasseurs vivent seuls ou à deux dans des cabanes en bois. Leur vie quotidienne est rude mais ils ne s'en plaignent pas, sachant rendre positive chaque situation. Dotés d'un humour à toute épreuve, ils dégagent une sympathie immédiate. Bons vivants, ils ne ratent jamais une occasion de faire la fête. Ils sont également farceurs et toujours prêts à jouer un bon tour à celui qui n'accepte pas les règles de vie qu'ils ont mises en place.
 
Il m'a semblé que les nouvelles allaient "crescendo" dans la drôlerie et l'exagération. Ce sont celles de la fin, que j'ai préférées et notamment :
 
-                        Les joyeuses funérailles : Les chasseurs se réunissent pour fêter les funérailles de l'un des leurs. Pour que le mort participe à la fête, on l'installe sur une chaise en bout de table, complètement congelé, avec sa pipe à la bouche. De temps en temps, on le met dehors pour qu'il re-congèle. Mais en fin de repas, après avoir trop bu, tout le monde se retrouve sous la table, y compris le mort, qu'on a oublié de re-congeler ! La fin de la nouvelle, assez inattendue, est vraiment irrésistible. 
 
Je relirai certainement Jorn Riel dont l'univers, très riche, m'attire bien. Il me semble qu'on a beaucoup à apprendre de l'art de vivre des esquimaux, comme le souligne Jorn Riel dans une interview accordée à LIRE en 2003 :
 
Lire : Jean Malaurie a déclaré que, de son séjour dans le Grand Nord, il était revenu «esquimauisé». Est-ce votre cas aussi?
 J.R. Oui, moi aussi, je le suis.
 Lire : En quoi cela consiste-t-il précisément?
 J.R. Cela signifie que l'on a adopté les formes de vie des Esquimaux, que l'on a appris la tolérance et à ne jamais s'attarder sur ce qui va mal ou a été mal mais, au contraire, sur ce qui fait plaisir, ce qui apporte de la joie. Que l'on a appris aussi à mettre la nature au-dessus de tout.
 
Pour lire l'intégralité de l'interview, c'est ICI
 
Des personnages pittoresques et attachants, un lieu inhabituel et dépaysant et de la bonne humeur  ! Tout est réuni pour un bon moment de détente tout en prenant, mine de rien, une leçon de vie.
 
Elles ont aimé :
 
Il a aimé (premier homme à participer au club, ça se souligne, surtout que pour être accepté il s'est teint en blond et s'est engagé à porter le kilt  !) : YVON
Ont lu autre chose en rapport avec le titre :
 
Ont moins aimé ou pas du tout (et c'est bien leur droit !) :
L'avis d'Antonia :
J'ai bien apprécié ces petites histoires, entre la nouvelle et le récit. C'est tantôt drôle, tantôt étonnant et même parfois effrayant (bien qu'un ours polaire ne leur fasse pas peur) ; de toute façon dépaysant.Quand à ce groupe d'individus dans des conditions extrêmes qui sont à la fois : tolérents, vantards, jaloux, généreux, colériques et surtout philosophes.
Bref ce livre est un très bon moment de détente et très rafraîchissant !!!!!!
Si j'ai oublié quelqu'un, qu'il n'hésite pas à se manifester.
Partager cet article
Repost0
29 décembre 2007 6 29 /12 /décembre /2007 16:14
 
A cette époque de l'année, il est d'usage de présenter ses "Meilleurs voeux de bonheur" pour l'année qui vient.
Mais au fait, c'est quoi le bonheur ?
A titre personnel, j'arrive à la même conclusion qu' Alfred De Souza, qui dit ceci :
 
"Pendant longtemps, j’ai pensé que ma vie allait enfin commencer, la vraie vie ! Mais il y avait toujours un obstacle sur le chemin, quelque chose qu’il fallait résoudre en premier, un thème non terminé, un temps à passer, une dette à payer. Et alors, là, la vie allait commencer jusqu'à ce que je me rende compte que ces obstacles étaient justement ma vie… Cette perspective m’a aidé à comprendre qu’il n’y a pas un chemin qui mène au bonheur. Le Bonheur est le chemin !"
 
Partager cet article
Repost0
27 décembre 2007 4 27 /12 /décembre /2007 17:34
J'ai lu cette année 57 livres (54 romans, 1 BD, 1 récit, 1 "beau livre"). C'est un chiffre qui peut impressionner les petits lecteurs mais absolument pas les blogueurs-lecteurs qui, pour la plupart, lisent plus moi !
Au travers de mes lectures, j'ai rencontré des personnages intéressants ou attachants, exploré un peu l'âme humaine et découvert de nouveaux univers. J'ai voyagé, notamment en Inde, mais aussi en Russie, au Maghreb, en Grèce, aux USA, en Sardaigne, en Angleterre, en Mauritanie, au Canada, en Argentine, à l'Ile Maurice, au Rwanda et en ce moment même je suis au Brésil.
 
Voici quinze titres parmi mes coups de coeur de cette année. Il y en a eu d'autres, le choix a été difficile...
 
 
Littérature française :
Nouveautés 2007 :
Je voudrais tant que tu te souviennes – Dominique MAINARD
Elle s'appelait Sarah – Tatiana DE ROSNAY
Les Giètes – Fabrice VIGNE
Le dernier frère – Natacha APPANAH
(se passe à l'île Maurice)
La femme de l'Allemand – Marie SIZUN
Autres :
Le livre des nuits – Sylvie GERMAIN
L'élégance du Hérisson – Muriel BARBERY
TS – Fabrice VIGNE
Hymnes à l'amour – Anne WIASEMSKY
Le café de l'Excelcior – Philippe CLAUDEL
 
Littérature étrangère :
Nouveautés 2007 :
Les neuf visages du cœur - Anita NAIR
Autres :
Middlesex – Jeffrey EUGENIDES
Luz ou le temps sauvage - Elsa OSORIO
Moonfleet – John Meade FALKNER
Le mec de la tombe d'à côté – Katarina MAZETTI
 
Que me réserve 2008, côté lecture ?
Je ne le sais pas encore car je ne me fixe pas de challenge. Il me reste à finir la sélection du Prix Inter-Ce. Je connais aussi le choix du club des blogueuses de mars.
En dehors de cela, des nouveautés, un peu de ma  PAL et de ma LAL mais aussi des livres que je choisirai sur le conseil de blogueurs ou de membres de mon comité de lecture et puis bien-sûr des livres pris au hasard des passages en bibliothèque ou à la librairie !
Partager cet article
Repost0
25 décembre 2007 2 25 /12 /décembre /2007 00:12
 
 
Une pensée, en ce jour de Noël, pour cette femme courageuse et déterminée que l'on n'a pas le droit d'oublier.
 Elle est otage en Colombie depuis fevrier 2002.
 
 
A tous ceux qui veulent en savoir plus sur le combat de sa vie, je conseille la lecture de son autobiographie "La rage au coeur", paru en 2001.
(Existe en poche - Pocket)
Partager cet article
Repost0
20 décembre 2007 4 20 /12 /décembre /2007 08:44
Je souhaite à toutes et à tous un Joyeux Noël, espérant que le Père-noël vous gâtera autant que vous le méritez !
Je vous retrouverai avec grand plaisir dans une semaine environ. Nous serons douze à la maison pendant quelques jours, vous comprendrez aisément qu'une pause s'impose !
Dès demain, je serai aux fourneaux pour prendre un maximum d'avance avant l'arrivée de mes invités, samedi en fin de journée. Il me reste aussi quelques cadeaux à emballer, les lits à faire...
Pas trop de temps pour lire, encore moins pour bloguer !
Partager cet article
Repost0
16 décembre 2007 7 16 /12 /décembre /2007 23:08
Récit - Seuil - 2007
J'ai passé près de quinze jours sur ce récit, parce qu'il m'était impossible de lire plus de deux chapitres de suite.
Il s'agit de témoignages de Rwandais des deux ethnies, recueillis plus de dix ans après le génocide qui a fait plus de 800 000 morts dans le pays. C'est le dernier opus d'une trilogie qui a commencé par "Dans le nu de la vie" (témoignages de rescapés du génocide) suivi de "Une saison de machettes" (témoignages de tueurs). Dans ce troisième volet, on retrouve les protagonistes des deux premiers.
 
La genèse de ce livre est une décision du gouvernement rwandais de libérer 40 000 détenus Hutus, condamnés en grande majorité pour leur participation au génocide de 1994. Jean Hatzfeld a éprouvé le besoin de retourner voir comment était vécue cette décision.
On peut imaginer l'émoi qu'a pu susciter la libération des tueurs au sein de  la population Tutsie ! Une politique de réconciliation a été mise en place par le gouvernement mais à quel prix cette cohabitation est-elle possible ? Ces témoignages montrent à quel point il est compliqué et douloureux pour les rescapés de croiser dans la rue ou d'avoir pour voisins leurs anciens persécuteurs. Les blessures ne sont pas refermées mais il faut bien vivre ensemble ou du moins côte à côte.
 
Le livre évoque cette cohabitation mais revient aussi sur les massacres. Le point de vue des deux ethnies est exposé. On ne peut qu'être sidéré et écoeuré par ce qui s'est passé. Les survivants parlent des victimes en employant constamment le mot "coupé". C'est effrayant de lire dans un témoignage : "ma voisine et son bébé ont été coupés" ou "ils ont coupé ma soeur".
 
C'est une lecture certes éprouvante mais utile pour comprendre ce qu'a pu être le dernier grand génocide du XX e siècle. Il est également intéressant d'entendre les témoignages de l'après : la reconstruction et la réconciliation à la fois obligatoires et impossibles.
 
Ce n'est pas une lecture très gaie en cette période de Noël. En cours de lecture, je me suis demandée pourquoi je m'imposais cela. Je crois que si je suis allée jusqu'au bout, c'est parce je ne me sentais pas le droit d'abandonner ces rescapés. Je pouvais bien faire cet effort, comme celui d'écouter le témoignage des tueurs, pour essayer de comprendre comment une telle abomination avait été possible.
 
Un recueil de témoignages sur le génocide au Rwanda, éprouvant mais instructif.
 
Partager cet article
Repost0
15 décembre 2007 6 15 /12 /décembre /2007 08:28
Sur l'initiative de Hilde et de Gambadou, une rencontre de blogueurs est prévue le 12 janvier à Rennes. Pour en savoir plus,  rendez-vous sur leurs blogs.
Ceux qui ne connaissent pas Rennes pourront faire d'une pierre deux coups en profitant de l'occasion pour visiter cette très belle ville.
                       crédit photo : www.photos-de-villes.com
Partager cet article
Repost0