Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 19:18
-
Cet après-midi, je suis allée au cinéma avec ma plus jeune fille, voir ce joli documentaire sur le thème du réchauffement climatique. En 90 minutes, l'objectif est de convaincre le spectateur qu'il faut à tout prix sauvegarder la planète tant qu'il en est encore temps.
 
Nous suivons notamment une famille ours (craquante) à la recherche de nourriture, puis une maman éléphant avec son petit qui cheminent laborieusement vers un point d'eau. D'autres animaux sont filmés dans leur survie quotidienne.
-
La cruauté du monde animal est montrée et expliquée, ce qui permet à l'enfant la comprendre et de l'accepter. Les scènes de chasse ne sont pas violentes. Elles sont filmées avec beaucoup d'esthétisme.
-
En tant qu'adulte, je dois reconnaître que j'ai trouvé le commentaire un peu simpliste, mais il est joliment dit, grâce la belle voix de la chanteuse Angun et au petit accent qui fait son charme.
-
Les images sont d'une beauté époustouflantes, le message très clair et le film accessible à un enfant de dix ans (l'âge de ma fille). Je suis donc tout à fait satisfaite de mon après-midi !
-
Un divertissement familial qui joint l'utile à l'agréable.
-
Ps : ce documentaire a demandé cinq ans de recherches de préparation et de tournage. 200 endroits différents dans 21 pays visités. 
 
Partager cet article
Repost0
24 novembre 2007 6 24 /11 /novembre /2007 00:21
 
Depuis plusieurs années, je participe au Prix des lecteurs Inter-Ce. L'originalité de ce prix tient au fait que les écrivains sélectionnés sont peu connus, et que leur roman doit avoir été publié dans une petite ou moyenne maison d’édition.
 
La sélection 2008 me parait plus diversifiée que les années passées. Il y a notamment une œuvre de science-fiction, genre que je connais très peu et que je ne choisis pas spontanément.
 
Voici donc cette sélection :
 
· Canaille Blues d’Ella BALAERT (Ed. Hors Commerce)
· Porteurs d’âmes de Pierre BORDAGE (Ed. Au Diable Vauvert)
· Déneiger le ciel d’André BUCHET (Ed.Sabine Wespieser)
· Samba triste de Jean-Paul DELFINO (Ed. Anne-Marie Métailié)
· Camino 999 de Catherine FRADIER (Ed. Après La Lune)
· Train Bleu Train noir de Maurice GOUIRAN (Ed. Jigal)
 
J'ai choisi de commencer par "La femme de l'Allemand", le deuxième roman de Marie Sizun. J'ai lu et beaucoup aimé son premier roman "Le père de la petite".
 
 
Pour plus de renseignements sur ce prix,c'est  .
Joelle y participe également.
Le 10/02/08 :
Au fur et à mesure, je mets les liens vers les articles concernant les livres lus. 
 
Partager cet article
Repost0
21 novembre 2007 3 21 /11 /novembre /2007 00:00

Nil Editions - 2007  Voilà bientôt vingt ans que Jean-paul Kauffmann a été libéré après trois longues années de détention au Liban.

Le personnage principal de ce livre est une maison, chère à l'auteur, puisqu'elle lui a permis de reprendre goût à la vie, après le traumatisme de sa détention. Cette maison, il l'avait rêvée et désespérait de la trouver. Mais un jour, se produit le coup de foudre : "Devant moi la maison dont je rêve : une vaste retraite campagnarde, des arbres, beaucoup d'arbres, dont deux immenses platanes qui déploient leur ligne brisée autour de la façade. Et la forêt de pins qui entoure sans étouffer".

 

Il s'y installe avec pour prétexte de suivre le chantier et fait corps immédiatement avec elle, redoutant la fin des travaux. La cohabitation discrète avec les deux ouvriers lui convient, lui permettant de ne pas être totalement seul, mais un peu tout de même.

Une fois les travaux finis, il prend le temps de s'approprier la maison, sans brusquer les choses, puis s'attaque à l'extérieur. Il vit au rythme des saisons et prend le temps d'apprécier des choses toutes simples, mais extraordinaires pour quelqu'un qui a été privé de liberté. Il vit une relation fusionnelle avec "les tilleuls" et cette douce dépendance l'aide à reprendre goût à la vie.

-

De temps à autre il évoque son passé, mais seulement par petites touches, avec beaucoup de pudeur. Il nous confie entre autres que la détention a altéré sa passion de la lecture. Cela m'a attristée. "Le lien qui m'attachait aux livres est bien rompu. Je tiens cette cassure pour une véritable infirmité. C'est aux tilleuls plus qu'ailleurs que j'ai prix conscience de cette malédiction. Je suis entouré de livres et je n'ai pas faim. Je picore, j'avale, je ne finis pas"

J'ai passé un très agréable moment de lecture. Jean-Paul Kaufmann a une très belle plume et un amour de la vie communicatif. Il a vécu un traumatisme qui laissera à jamais des traces dans sa vie, mais on ne peut qu'admirer sa capacité à aller de l'avant.

-

Un très bel hommage à une maison, quelque part dans les Landes...

-

L'avis de : Laure  Incoldblog Cathulu  Cathe SYLVIE

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2007 2 20 /11 /novembre /2007 00:40
Grâce à SOLENN j'ai participé au concours organisé par la revue ELLE et j'ai gagné le livre suivant :
L'échappée de Valentine Goby.
 
Un livre qui arrive gratuitement par la poste alors qu'on ne s'y attend pas, c'est vraiment très sympa ! Je remercie  SOLENN  pour avoir relayé l'info et ELLE  pour l'organisation de ce concours.
Partager cet article
Repost0
17 novembre 2007 6 17 /11 /novembre /2007 00:28

 A la demande de Joelle, voici mon ou plutôt mes bureaux.

 
Première photo, le bureau de l'ordinateur. Nos sommes quatre à l'utiliser. C'est une bonne chose ! Si n'était pas le cas, j'y passerais encore plus de temps. Vous apercevez, dans le miroir, un bout de la bibliothèque.
Cette pièce se trouve au centre de la maison, il y a donc du passage. Cela me convient bien car je ne me coupe pas de famille quand j'y suis. 
-
 
 
Deuxième photo : le bureau de l'ordinateur, vu de près. C'est là que je rédige mes billets. Je tape directement sur Word, dans passer par l'étape crayon et papier. Puis j'édite et je corrige avant de "copier-coller "sur Overblog. Je fais souvent les corrections sur le petit secrétaire que vous voyez sur la troisième photo.
Vous apercevez les sur le bureau les cahiers sur lesquels je note les idées de lecture glanées sur les blogs (et ailleurs), ainsi que les deux derniers livres que j'ai lus.
-
-
 
Troisième photo : mon petit secrétaire, pas très loin de l'ordinateur que vous apercevez au fond. Comme il est très petit, ce secrétaire, je ne peux pas trop m'étaler. Mais dans la bibliothèque, j'ai un coin réservé pour classer des pochettes dans lesquelles je stocke des articles divers, les comptes rendus du comité de lecture…
 
-
Je passe le relais à Anne (et à tous ceux que cela tente !)
-
D'autres bureaux : Joelle  Moustafette   Karine  Yueyin
Partager cet article
Repost0
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 00:59
 
Editions Zulma - 60 pages
Traduit du Russe
 
Huit femmes tadjiks évoquent tour à tour leur vie, qui n'est pas forcément toute rose : Il y en a une, par exemple, qui s'est fait "piquer" son mari par une jeunette. Une autre, chef d'entreprise, se plaint d'avoir tout sacrifié pour sa carrière. Une femme en situation très précaire avoue qu'elle utilise ses enfants pour faire la manche…
Ces femmes sont très franches, souvent drôles et assez battantes malgré un certain fatalisme, ce qui peut paraître paradoxal. Elles vivent toutes en ville  mais sont de conditions sociales différentes.
Le Tadjikistan est né du démantèlement de l'Urss. Il se situe à la frontière de l'Afghanistan et de l'Ouzbékistan. C'est un pays ravagé par l'intégrisme religieux, j'ai donc été surprise par la liberté de ton que donne l'auteur aux femmes de son pays. On pourrait entendre des propos similaires dans la bouche de femmes occidentales.
Ce recueil d'une soixantaine de pages a été écrit pour le théâtre et perd sans doute de son piquant à la lecture mais on passe un bon moment en compagnie de ses femmes.
-
Huit femmes qui n'ont pas la langue dans la poche...
Partager cet article
Repost0
12 novembre 2007 1 12 /11 /novembre /2007 00:44

Voici un livre que j'ai lu il y a quelques temps déjà, mais qui reste très présent dans ma mémoire.

Il s'agit de la correspondance authentique entre Hélène Hanff, Américaine passionnée de lecture, et Frank Doel, employé d'une librairie anglaise.

Ces deux personnes, aussi différentes l'une que l'autre, ont correspondu pendant près de vingt ans sans jamais se rencontrer. Dans ses lettres, Hélène se montre extravagante, pleine d'humour et de fantaisie. A l'inverse, Frank est posé et délicat. Leurs échanges, qui évoluent au fil du temps vers une amitié sincère, sont absolument savoureux.

Tout le  personnel de la librairie finira par se laisser charmer par cette cliente si peu ordinaire qui envoie régulièrement des colis alimentaires à partager entre tous. 

 Quelques extraits, pour une mise en bouche :  

 "j'en suis réduite à écrire des notes interminables dans les marges de livres qui ne sont même pas à moi mais à la bibliothèque. Un jour ou l'autre ils s'apercevront que c'est moi qui ai fait le coup et ils me retireront ma carte." 

 "Je me souviens, il y a des années, un type que je connaissais m'a dit que les gens qui vont en Angleterre y trouvent exactement ce qu'ils sont venus y chercher. Je lui ai dit que j'irai y chercher l'Angleterre de la littérature anglaise, il a hoché la tête et il a dit: Elle y est bien".

 Pour faire durer le plaisir il existe aussi :

   

Une suite, moins intéressante, mais on y retrouve avec plaisir notre amie Hélène, enfin à Londres, mais hélàs sans Frank !

  

 

 

Un film, très fidèle au livre, mais qui n'a pas son charme, à mon avis. On y trouve dans les rôles d'Hélène et Frank : Anne Bancroft et Anthony Hopkins.

 

 

 

        Un site anglais est consacré à l'histoire de la librairie. On y découvre, en autres, des photos de Frank et de sa famille. J'ai beaucoup aimé cette visite :

 http://www.84charingcrossroad.co.uk/.

De très nombreux blogueurs ont lu cette corresponndance, si vous n'êtes pas de ceux-là, foncez !

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2007 2 06 /11 /novembre /2007 00:00
Je reçois de la famille pour quelques jours, je fais donc une petite pause.
-
Pour ceux que cela intéresse : comme convenu, j'ai ajouté un complément à mon billet sur "Les Neufs Visages du coeur" d'Anita Nair. Je n'avais pas eu le temps de finir ma lecture pour le 1er novembre, date de mise en ligne des billets pour le club des blogueuses.
 
@très bientôt !

         

       Photo prise à l'Ile Bréhat (Côtes d'Armor)                   

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2007 7 04 /11 /novembre /2007 00:11
Jeudi dernier, profitant d'un petit séjour à Rennes, nous avons fait une balade à Bécherel, Cité du livre. Cette ancienne place forte médiévale a connu son apogée au XVIIe et XVIIIe siècle grâce au commerce du lin et du chanvre. Depuis les années soixante, comme beaucoup de villages ruraux, Bécherel se mourait…
Fort heureusement, depuis des années quatre-vingt-dix, l'endroit a repris vie en devenant la première cité du livre en France (troisième en Europe). C'est un petit paradis pour les lecteurs que nous sommes puisque pas moins de quinze librairies se nichent dans des demeures chargées d'histoire ! On y trouve aussi des artisans du livre (relieurs, artistes...).
-
Jeudi, le temps était un peu gris mais nous avons néanmoins apprécié notre virée, notamment la petite pause dans le très convivial Café-librairie de la Porte-Saint-Michel (photo ci-dessous),  Nous avons pu y  déguster au coin du feu  thé, café ou chocolat, accompagnés de madeleines faites maison.
Lecteurs et non-lecteurs de la famille ont  apprécié tout autant ce lieu accueillant et cocooning.
La librairie est spécialisée dans le thème du "Monde féminin". Je n'ai pas eu le temps de regarder trop en détail les livres proposés, mais j'ai admiré les jolies photos et gravures qui ornent les murs. J'y retournerai, c'est certain ! 
-

Bécherel organise des manifestations tout au long de l'année. Si vous êtes intéressés, allez jeter un oeil ICI

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2007 4 01 /11 /novembre /2007 00:00
 
 
Le vote des participantes du club des blogueuses a désigné pour cette session du 1er novembre :   "Compartiment pour dames"  d'  Anita Nair
 
J'ai lu ce livre en juin dernier. Vous pouvez consulter mon billet ICI. 
 
 
Comme j'avais beaucoup apprécié ma découverte de la jeune romancière indienne, j'ai choisi de lire et de vous présenter son tout dernier roman
 
                  Les neufs visages du cœur
Editions Picquier 2007- Traduit de l'anglais
Je pensais être "dans les temps" quand j'ai commencé ma lecture, mais ces derniers jours ont été très chargés et je n'ai pas pu le finir. Ce sont donc mes impressions en cours de lecture que je vous livre aujourd'hui.
Il faut dire à ma décharge que l'ouvrage, très dense, fait près de 600 pages. Comme je m'y sentais bien, je n'ai pas voulu bâcler la lecture.
 
Le point de départ de l'histoire est l'arrivée d'un journaliste étranger dans un centre hôtelier du Kerala, au sud de l'Inde. Il vient faire un reportage sur un ancien danseur de Kathakali, art ancestral qui se situe entre la danse et le théâtre. Le danseur, prénommé Koman, est l'oncle par alliance du propriétaire de l'hôtel. L'arrivée du journaliste va semer le trouble dans le couple formé par l'hotelier et sa femme.
-
Cette lecture est absolument passionnante car on côtoie tout autant l'Inde moderne que traditionnelle. Avant de parler de son art, Koman choisi  de raconter au journaliste ses racines familiales, afin que celui-ci comprenne mieux le choix de vie qu'il a fait.
 -
Le Kathakali met en scène les neufs visages du cœur humain : amour, mépris, chagrin, fureur, courage, peur, dégoût, émerveillement.
Neuf visages, neuf chapitres. Il m'en reste trois à lire
-
C'est le troisième voyage littéraire en Inde que je fais cette année : après Compartiment pour dames j'ai lu Nocturne indien. Ce troisième voyage est je crois le plus beau, le plus profond. Anita Nair est une grande conteuse !
 
Mon compte-rendu complet sera en ligne pour la fin de la semaine...

Le 4 novembre 2007 :

Je viens tout juste de finir ma lecture et je confirme : c'est un très beau roman.

Il explore de façon très profonde les sentiments humains. L'histoire se passe en Inde, mais elle pourrait se situer ailleurs finalement, les sentiments humains sont universels, c'est le contexte qui change.

Ce livre nous offre également une très intéressante réflexion sur l'art, au travers de l'histoire de Koman, danseur indien. Son parcours d'artiste est passionnant à suivre : L'apprentissage difficile d'un art exigeant, les sacrifices, les doutes, le regard des critiques mais aussi l'immense satisfaction de vivre à fond sa passion. 

Si vous souhaitez lire ce roman prévoyez d'avoir un peu de temps devant vous car il est très dense. L'idéal, à mon sens, est de faire une pause entre chaque chapitre (il y en a neuf).

-
Trente-neuf participantes cette fois. Merci à toutes !
Elles ont aimé :

AmandaCamille / Clochette / Etoiledesneiges /  Florinette / Grominou2 /  JessicaJules / Jumy / Lisa / Malice / Mirontaine /  Nath / Nina / Papillon / Patacaisse / Praline / Sandrounette / Soledad / Tamara / Antigone / Elfe / Sophie /  Stéphanie / Mammig / Floaimelesmots / P'tit lapin /  Béatrix / Arlette / Chimère / Suzel/Solen

Elles ont moins aimé :

Gachucha / Gambadou / Joelle / Anjélica 

Elles ont présenté un autre livre, en rapport avec le thème :

Allie / Katell / Cathe

L''avis d'Antonia:

Mon livre terminé  je vais pouvoir vous donner mon avis

Le livre est très bien écrit : aucun mot n'est superflu.

Les vies de ces femmes nous tiennent en haleine, elles partagent toutes générations confondues le temps d'un voyage en train.

On savoure la tendresse, la discrétion et la dignité de ces femmes. On sourit, on est émue avec en toile de fond les traditions des familles indiennes.

Un voyage à la découverte de soi qui éveillera des résonances en chacun ou chacune de nous.  

  bientôt.  Antonia   

Prochaine lecture (1er janvier) : La vierge froide et autres racontars de Jorn Riel   

 

Partager cet article
Repost0