Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

23 août 2023 3 23 /08 /août /2023 23:04

Le passage - 210 pages - août 2023

Après une longue pause estivale, je suis de retour sur ce blog pour vous présenter un premier coup de cœur pour un roman de cette rentrée littéraire (j'espère que d'autres suivront !). J'en profite pour souhaiter bon courage à ceux et celles qui reprennent le travail.

Dans son précédent roman, "La belle lumière", Angélique Villeneuve nous entrainait en Alabama, sur les traces d'une petite fille hors norme, Hélène Keller. Cette fois nous sommes en Europe de l'Est, au début du 20ème siècle, dans la peau d'une petite inconnue de huit ans. Henni vit avec sa famille dans la zone de résidence des juifs. Elle a pour modèle sa grande sœur, qui doit suppléer aux carences d'une mère apathique mais aimante comme nous le verrons plus tard.

Au quotidien, les grandes doivent s'occuper des petits. c'est beaucoup de travail et Henni a désormais en charge un bébé, pour sa plus grande fierté. La famille, bien que peu conventionnelle, vit paisiblement jusqu'à ce jour où tout bascule. Des hommes pénètrent dans la maison pour piller et tuer. Après une scène terrifiante et différentes péripéties, Henni se retrouve livrée à elle-même.

Nous suivons la fillette pendant vingt-quatre heures, à hauteur d'enfant. Bien que seule, elle se sent portée par l'amour des siens. Quelques flashbacks nous permettent de comprendre la psychologie de l'enfant et la vie qui était la sienne avant le drame. Nous découvrons son petit monde intérieur et les histoires qu'elle se raconte pour survivre. Elle vit intensément cette aventure en occultant parfois, pour se protéger, la réalité des faits. Elle sera toutefois suffisamment lucide pour trouver les bons gestes, le moment venu, afin de venir en aide à plus vulnérable qu'elle. C'est le cœur serré que nous quittons la douce Henni au tournant d'un chemin qu'elle emprunte pleine d'espoir, avec la candeur de ses huit ans.

Angélique Villeneuve façonne, mot après mot, un univers poétique et enfantin qui contraste avec la violence humaine en toile de fond. Comme souvent, dans les romans de l'autrice, les gestes du quotidien apportent une forme de consolation aux êtres qui souffrent. Il ne faut pas baisser les bras et continuer son chemin pour ne pas sombrer. Je remercie chaleureusement Angélique de m'avoir permis de découvrir en avant-première ce beau roman qui m'a beaucoup touchée. J'ai retrouvé avec enchantement la plume si singulière et merveilleuse qui est la sienne.

Un extrait :

"Elle entre dans l'armoire, s'y assied, et avec précaution en referme la porte. Elle roule en boule sous la dernière étagère et tous les doigts de la famille sont au coeur de cette boule dans le noir odorant. Elle n'est pas seule. Il suffit de dire le nom de chacun dans sa tête."

Allons voir l'avis d'Antigone avec qui je partage une lecture commune, ce 24 août, jour de sortie de l'ouvrage.

Le billet d'Aifelle

"les ciels furieux" est en lice pour le Prix Littéraire Le monde 2023. 

Partenariat non rémunéré avec les Editions "Le Passage" 

Partager cet article
Repost0
30 juin 2023 5 30 /06 /juin /2023 21:39

Finitude - 272 pages - 2022

Alors que le mois anglais sur les blogs se termine, voici ma modeste contribution au challenge organisé par Lou et Titine. "Fuir l'Eden" a été écrit en français. Son auteur, franco-britannique, a grandi à Paris et vit dans la capitale britannique, où se déroule l'histoire.

Nous suivons Adam, un jeune homme de 17 ans qui vit à Londres dans une tour en béton insalubre mais classée aux monuments historiques.  Compte tenu de son milieu social, Adam était prédestiné "à mal tourner" mais nous le voyons peu à peu prendre son destin en main. Ce n'est pas le fruit du hasard. Deux rencontres providentielles vont l'aider à progresser mais l'élément qui lui permettra de tenir dans le temps est l'amour qu'il porte à sa jeune sœur, qu'il tient à protéger contre un père violent.

Nous le suivons dans son parcours semé d'embuches et découvrons le Londres des pauvres et des mal logés. Olivier Dorchamps parvient très justement à se mettre dans la peau du jeune Adam et nous partage son quotidien. Le roman aurait pu être plombant en raison de la violence sous-jacente qui règne dans la famille et plus largement dans cette tour Eden (qui porte bien mal son nom). Il n'en est rien grâce à la personnalité solaire du narrateur ainsi qu'à la qualité de l'écriture de l'auteur.

Le roman est en lice pour le Prix CEZAM 2023 et sur les quatre ouvrages de la sélection que j'ai lus, c'est mon favori.

Partager cet article
Repost0
30 juin 2023 5 30 /06 /juin /2023 21:29

Voici les écoutes des participantes pour le mois de juin :

Enna :

Celle qui brûle : Paula Hawkins

 Lady Susan - Jane Austen

Le rocher blanc - Anna Hope

Ce qui ne tue pas - Rachel Abbott

Géraldine :

Le chant des revenants - Jesmyn Ward

Le serpent majuscule - Pierre Lemaitre

Sylire :

1Q84 (trilogie) - Haruki Murakami

Rendez-vous fin août pour les lectures audio de l'été. 

Si vous souhaitez participer, vous pouvez déposer le lien vers vos billets ici ou m'envoyer un mail à sylir@orange.fr

Partager cet article
Repost0
28 juin 2023 3 28 /06 /juin /2023 20:52

 

Belfond - traduit du japonais par Hélène Morita

Disposant de temps devant moi, j'ai entrepris de découvrir la trilogie de Murakami qui m'attendait depuis un bon moment. J'ai choisi de panacher les modes de lecture, papier et audio. 

Un éditeur reçoit par la poste, pour un concours de jeunes auteurs, un manuscrit écrit par une jeune fille. Il a un coup de cœur pour l'histoire mais le texte comporte des imperfections et ne peut être édité en l'état. Il a l'idée de confier sa réécriture à Tengo, un des jeunes auteurs de son "écurie" qui a du potentiel mais n'a pas encore percé. Tengo, bien qu'ayant des scrupules, accepte de relever le challenge, après avoir rencontré la jeune fille.

Parallèlement, nous suivons Anomamé, une jeune femme assez solitaire, animatrice sportive dans une association et coach pour des particuliers. Nous découvrons qu'elle a une activité très spéciale en parallèle puisqu'elle est chargée d'éliminer des hommes qui se sont montrés violents avec des femmes.

Comme vous pouvez vous en douter, les deux histoires finissent par se rejoindre...

Comme à son habitude, Murakami flirte avec le fantastique de façon subtile et dosée. Nous côtoyons deux mondes : celui de l'année 1984 et celui de l'année 1Q84, qui lui ressemble comme deux gouttes d'eau. Tout du moins au premier abord car en1Q84 on peut voir deux lunes dans le ciel et les humains doivent composer avec les "Little People". Cela peut sembler farfelu de prime abord mais tout se tient et on y croit !

Je me suis passionnée pour cette histoire qui mélange les genres : histoire d'amour, thriller, conte fantastique et poétique... J'ai beaucoup aimé suivre les deux personnages, aussi attachants l'un que l'autre et j'ai eu beaucoup de mal à les quitter. J'aurais vraiment aimé qu'il y ait un quatrième tome. 

J'ai autant aimé la version papier que la version audio. Pour une trilogie (ou un pavé), c'est très plaisant d'alterner les modes de lecture. Cela permet d'avancer plus vite dans l'histoire. En effet, je lis audio en voiture, en me baladant ou en m'occupant des tâches ménagères, ce qui augmente de façon conséquente les plages de lecture dans la journée. 

Une belle aventure littéraire !

 

Challenge Ecoutons un livre

Partager cet article
Repost0
1 juin 2023 4 01 /06 /juin /2023 21:25

Voici les écoutes des participantes pour le mois de mai :

Géraldine :

Faillir être flingué - Céline Minard

Anne-Gaëlle Huon, ce que les étoiles doivent à la nuit

Entre ciel et lou, de Lorraine Fouchet

Enna :

Le Carré des indigents : Hugues Pagan

Notre part de nuit - Mariana Enriquez

Sandrine :

Les huit montagnes - Paolo Cognetti

Rebecca - Daphné du Maurier

Rendez-vous fin juin !

Si vous souhaitez participer, vous pouvez déposer le lien vers vos billets ici ou m'envoyer un mail à sylir@orange.fr

Partager cet article
Repost0
1 juin 2023 4 01 /06 /juin /2023 21:19

Le personnage principal, Rudy, est embauché pour des travaux de jardinage dans une grande maison qu'il occupe sans les propriétaires pendant plusieurs mois. Tout se passe pour le mieux. Il est autonome et apprécie de rendre à ce jardin la beauté qu'il mérite. Les choses se gâtent quand les propriétaires réintègrent leur domicile plus vite que prévu. Rudy doit composer avec une famille vraiment très spéciale...

Je ne peux guère en dire plus pour ne pas gâcher l'effet de surprise. Dans la première partie du roman, l'auteur plante le décor. Nous faisons la connaissance de Rudy et le suivons dans son quotidien. La maison, un peu inquiétante, est un personnage à part entière. Il est difficile de deviner la tournure que vont prendre les évènements. Je n'avais aucune idée de ce qui m'attendait et j'avoue avoir été surprise. Cette histoire, tirée de faits réels, est pour le moins surprenante et ne laisse pas indifférent.

Il n'est pas aisé de lire et surtout de chroniquer le livre d'une personne que l'on connait personnellement surtout quand il s'agit d'un membre de sa famille. Bravo Matthieu pour ce premier roman qui t'a demandé plusieurs mois de travail. J'ai trouvé l'histoire particulière mais je ne me suis pas ennuyée une seconde et j'ai bien aimé le personnage de Rudy. Ton roman ne manque pas de fantaisie.

 

Si vous voulez découvrir ce roman, voici le lien vers le site pour passer commande (il s'agit d'un roman autoédité) :

https://lamalgrave.com/

Partager cet article
Repost0
21 mai 2023 7 21 /05 /mai /2023 20:19

Quelque chose à te dire - Carole Fives

 

Une jeune autrice, Elsa Feuillet, est fascinée par la plume et la prestance d'une romancière un peu plus âgée qu'elle, Béatrice Blandy. Cette dernière meurt suite à une maladie et Elsa Feuillet se rapproche du veuf de Béatrice. Ils se plaisent mutuellement et entament une relation. Voilà Elsa chez Béatrice Blandy, dormant dans son lit et enfilant ses pantoufles (ou presque). Elsa est troublée par la situation tout en jubilant intérieurement. Elle prend de plus en plus ses aises dans l'appartement et va jusqu'à fouiller dans le bureau de l'ex-maitresse de maison alors qu'elle n'en a pas l'autorisation... 

"Quelque chose à te dire" est un roman distrayant, qui ne fera pas partie de mes incontournables mais que je conseille si l'on est à la recherche d'une lecture détente, sans être mièvre. Quelques surprises attendent le lecteur au tournant. Je n'en dirai pas plus pour ménager le suspens. Il vaut mieux en savoir le moins possible.

Je ne connaissais pas la plume de Carole Fives avant de lire cet ouvrage. Je croisais ses ouvrages sur les blogs régulièrement et j'avais envie de découvrir un de ses titres. Voilà qui est fait mais je n'ai pas l'impression que ce roman soit vraiment représentatif de son univers. Il me semble plutôt qu'il s'agisse d'une parenthèse.

Berezina - Sylvain Tesson

"De quel droit se plaindre ? A-t-on l'autorisation de geindre sur une route où des hommes se mangèrent entre eux, où des chevaux tombèrent par milliers et furent dépecés vivants par des fantômes lassés de ronger le cuir de leurs bottes ?"

Dans Berezina, Sylvain Tesson nous propose un périple en side-car de Moscou aux invalides, sur les traces de Napoléon. Pour l'accompagner, point d'armée mais quelques amis (parmi lesquels deux russes), tentés par le périple. L'aventure ne sera pas de tout repos. Quatre mille kilomètres sous tous les temps, sur des routes enneigées interminables, voilà ce qui attend les quatre lurons. Mais ce n'est rien, bien entendu, en comparaison du calvaire des hommes de Napoléon deux cent ans plus tôt. 

J'ai apprécié de me remettre en mémoire la retraite de Russie dont il ne me restait en mémoire que les grandes lignes. J'ai bien aimé également le récit du voyage, non dénué d'humour. Sylvain Tesson est très agréable à lire.

Vivre Vite - Brigitte Giraud (et à present)

Brigitte Giraud fait partie des autrices dont j'ai lu la majorité des titres. Je ne pouvais donc en aucun cas passer à côté du Goncourt 2022. 

Dans "Vivre vite", l'écrivaine revient sur l'épisode sans doute le plus marquant de sa vie, la mort accidentelle de Claude, son mari, en 1999. A l'époque, elle avait écrit, à chaud, le roman "A présent" pour raconter le moment de "bascule" et les jours qui avaient suivi.  Vingt ans plus tard, elle décide de reprendre la plume pour traiter du même sujet mais sous un autre angle.  Elle prend le parti de nous raconter les évènements à la manière d'un compte à rebours.  Chaque titre de chapitre commence par "Et si...". Le narrateur assiste à l'enchainement d'un certains nombre de faits liés au hasard, qui conduisent à l'accident. 

Bien que l'on connaisse l'issue de l'histoire, le livre se lit comme un page-turner. C'est tout l'intérêt de l'ouvrage et sans doute la raison pour laquelle il s'est vu attribuer le Goncourt, outre le fait qu'il soit très bien écrit. J'ai beaucoup aimé ce procédé du compte à rebours mais également la façon dont Brigitte Giraud restitue les faits avec précision, tant de temps après. En filigrane de dessine le portrait de Claude, le grand amour de Brigitte Giraud.

A la ligne - Joseph Ponthus

Avec un style d'une grande originalité, l'auteur nous raconte ses diverses expériences comme intérimaire dans des usines agro-alimentaires. Joseph Ponthus n'a pas le profil habituel des ouvriers de ce secteur. Il a accepté ces jobs alimentaires par défaut et nous offre un regard nouveau sur ce monde de l'usine. Nous sommes à ses côtés sur la chaîne de production, partageant le quotidien des ouvriers. Un quotidien très pénible mais qu'il ne réduit pas à l'aspect physique. C'est tout un univers qu'il décrit, dans lequel les relations humaines sont rudes mais authentiques.

Un extrait pour vous donner un aperçu :

"L'autre jour à la pause j'entends une ouvrière dire à un de ses collègues
Tu te rends compte aujourd'hui c'est tellement speed que j'ai même pas le temps de chanter » Je crois que c'est une des phrases les plus belles les plus vraies et les plus dures qui aient jamais été dites sur la condition ouvrière
Ces moments où c'est tellement indicible que l'on n'a même pas le temps de chanter
Juste voir la chaîne qui avance sans fin l'angoisse qui monte l'inéluctable de la machine et devoir continuer coûte que coûte la production alors que
Même pas le temps de chanter"

Ce livre aurait mérité un billet spécifique mais ma lecture est un peu trop lointaine. Je ne pouvais toutefois pas passer sous silence ce premier roman absolument incontournable

Si ce n'est déjà fait, lisez "A la ligne" ! (c'est presque un ordre que je vous donne).

Et si l'occasion se présente, je vous conseille vivement de voir l'adaptation théâtrale mise en scène et jouée par Mathieu Létuvé, de la compagnie Caliband Théâtre. J'en suis sortie littéralement bouleversée.

Partager cet article
Repost0
14 mai 2023 7 14 /05 /mai /2023 21:55

Editions Le Luc - 322 pages

« Certes, on a atteint l’égalité des droits, en théorie. Mais on n’a pas atteint l’égalité la plus importante d’entre toutes : l’égalité de la liberté.

On n’est pas libres de rentrer seules chez nous le soir.

On n’est pas libres de s’habiller comme on veut.

On n’est pas libres de manger ce que l’on veut.

On n’est pas libres de gagner ce que l’on veut.

On n’est pas libres de coucher comme on veut.

Au fond, on n’est pas libres d’être qui l’on veut.

Alors, si cette liberté ne nous est pas accordée, il est temps de l’obtenir nous-mêmes.

Ce livre est là pour vous aider à y parvenir. »

Je lis peu d'essais. Je préfère, pour me documenter, écouter des podcasts ou visionner des vidéos sur You Tube. C'est de cette façon que j'ai découvert Louise Aubery. Depuis plusieurs mois, Louise m'accompagne via ses podcasts et vidéos (vous trouverez les liens à la fin du billet). J'ai eu un vrai coup de cœur pour cette jeune femme qui a l'âge de ma plus jeune fille. Féministe, Louise est créatrice de contenus mais également entrepreneuse. Elle a créé une marque de lingerie éco-responsable et inclusive "Je ne sais quoi" .  Louise m'épate par sa culture, son intelligence et son authenticité. Elle dispose d'une maturité admirable et d'une énergie incroyable. Autre corde à son arc, elle écrit. Pour me faire une idée de sa plume et parce que le thème évoqué m'intéresse, j'ai acquis son premier livre (qui fera très certainement le tour des filles de la famille).

Louise nous expose sa vision du féminisme, en commençant par un historique de l'évolution du droit des femmes et de leur positionnement dans la société. Elle nous propose de "déconstruire" pour mieux construire. Louise remonte le temps, des origines du patriarcat à nos jours. Elle cite, par exemple, notre code civil, qui date de 1804. Il faut savoir que Napoléon a légalisé l'infériorité de la femme et la soumission au mari : ce dernier disposait de l'argent du couple, même s'il s'agissait de l'héritage de la femme. Cette dernière n'avait pas l'autorité parentale, ne pouvait pas comparaitre en justice... Le mari avait un pouvoir absolu sur sa conjointe. Il faudra attendre le XXème siècle pour que la femme s'émancipe progressivement mais tout n'est pas gagné, ce que nous démontre Louise dans la suite de l'ouvrage.

L'autrice attire notre attention sur les nombreuses injonctions faites aux femmes, les privant d'une forme de liberté :

"On va attendre de nous que l'on se maquille, sinon on sera jugée "négligées" ; mais pas trop, sinon on sera traitées de "pots de peinture".
On ne doit pas pas trop manger, pour correspondre au standard de la minceur ; mais quand même assez pour ne pas être traitées de "squelettiques".
On doit s'habiller de manière féminine, mais pas trop, sinon on ne sera pas prises au sérieux."

Elle évoque aussi la notion de plaisir, qui ne concerne pas de la même manière les hommes et les femmes. Dans la société patriarcale, tout plaisir est bon à prendre quant il s'agit des hommes (alcool, gourmandise, sexe...). Pour une femme, c'est beaucoup plus complexe : le regard de l'autre, l'apparence physique, la réputation... Il est aussi question de la prédominance, dans bien des cas, du plaisir masculin dans les relations sexuelles des couples hétérosexuels. Comment s'en étonner : jusqu'en 2020 le clitoris était absent des manuels scolaires et il y a bien plus grave comme la pratique de l'excision, qui concerne aujourd'hui, plus de 130 millions de femmes dans le monde ! 

Je ne peux pas passer en revue tous les sujets traités dans ce livre. Il est question notamment de l'éducation, du rôle des médias, de la confiance en soi, du mythe de Wonder Woman... Le livre est bien documenté, les sujets sont traités de façon claire et approfondie et la présentation est très soignée.

Je suis confiante pour mes filles et Louise. Elles avancent dans leur vie sans se contenter de ce qu'ont obtenu les générations précédentes. Mais il reste tant de chemin à parcourir pour d'autres femmes dans le monde ! 

Un essai que je vous conseille de lire et d'offrir !

Le podcast de Louise (In Power), que l'on peut visionner sur you tube : https://www.youtube.com/channel/UChG8nxeVTk6jQJyH-_TG7xw

Son compte instagram :

https://www.instagram.com/MyBetterSelf/

Sa marque de lingerie éco-responsable :

https://jenesaisquoi.fr/

 

Partager cet article
Repost0
3 mai 2023 3 03 /05 /mai /2023 20:17

Je continue à vous présenter des lectures un peu anciennes. Je rattrape peu à peu mon retard de publication.

La nuit des pères - Gaelle Josse

Isabelle revient dans la maison familiale où son père, ancien guide de haute-montagne, vit seul. Cela fait des années qu'elle ne le voit plus. Olivier, son frère, lui a demandé de faire le déplacement, lui indiquant que la santé de leur père décline. Le retour dans la maison familiale suppose de faire face au passé, de se remémorer la violence du père, qu'elle a fui.

Gaelle Josse fait partie des écrivaines dont j'apprécie particulièrement la plume. Je me réjouissais de lire son dernier opus mais je dois avouer qu'il ne m'a pas transportée autant que je l'imaginais. La plume est irréprochable, comme d'habitude, mais j'ai trouvé l'histoire assez banale, me donnant une impression de déjà lu. 

 

 

Sa préférée - Sarah Jollien-Fardel

Il existe de nombreux points communs entre "la nuit des pères" et "sa préférée". Dans le présent roman, la narratrice évoque également un père dont elle a fui la violence. Dans les deux cas, le cadre est celui d'une région montagneuse. Je les ai lus l'un après l'autre et j'avoue qu'au fil du temps, j'ai mélangé un peu les deux histoires. Je précise toutefois que le roman de Sarah Jollien-Fardel emporte de loin ma préférence.

La narratrice communique fort justement ses émotions qui vont de la révolte à la dépression, selon les périodes de sa vie. Elle ne parvient pas à tourner la page de son enfance, tant celle-ci a été traumatisante. C'est un première roman remarquable mais très noir. Je suis sortie de cette lecture sonnée. 

 

On était des loups - Sandrine Collette

Je me rends compte, au moment de résumer ce roman, qu'il est question de nouveau de la relation entre un père et son enfant et que l'histoire se passe également dans une région montagneuse.  La comparaison s'arrête là car les histoires ne peuvent pas se confondre. Nous suivons un jeune garçon et la relation qui le lie à son père est d'une autre nature.

Le père, prénommé Liam, a l'habitude de partir chasser en forêt, laissant seuls sa femme Ava et leur enfant. Tous trois vivent dans un lieu très isolé, sans voisins. Un jour, en rentrant de la chasse, Liam découvre sa femme morte. Elle a été attaquée par un loup. L'enfant, traumatisé, est sain et sauf. Fou de chagrin, Liam prend la route avec son fils. Il a l'idée de le confier à un parent.  Il n'a pas désiré son fils et n'a pas développé sa fibre paternelle. Ce voyage va être plus compliqué que prévu, le père et l'enfant vont se découvrir.

Voilà un très beau roman sur les relations père-fils avec, en bonus, un aspect "nature-writing" qui m'a bien plu. J'ai eu quelques frayeurs (ceux qui ont lu le livre me comprendront) mais j'ai beaucoup aimé les moments passés en compagnie de ce père et de son enfant.

Vous avez lu un (ou plusieurs) de ces titres ?

 

Partager cet article
Repost0
29 avril 2023 6 29 /04 /avril /2023 11:20

Voici les écoutes des participantes pour le mois d'avril :

Nous avons une nouvelle participante : Sandrine du blog "Tête de lecture". Merci à elle !

Sandrine :

Envoyée spéciale - Jean Echenoz

Stéphanie :

La petite conformiste - Indrig Seyman

Enna :

L’eau du lac n’est jamais douce : Giulia Caminito

Sa préférée - Sarah Jollien-Fardel

À qui la faute : Ragnar Jónasson

Les Rois maudits, tome 1 : Le Roi de fer de Maurice Druon

Sylire :

Tant que le café est encore chaud - Toshikazu-Kawaguchi

Trois - Valérie Perrin

Blizzard - Marie Vingtras

Enfant 44 - Tom Rob Smith

Rendez-vous fin mai. Si vous souhaitez participer, vous pouvez déposer le lien vers vos billets ici ou m'envoyer un mail à sylir@orange.fr

Partager cet article
Repost0