Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

15 juin 2018 5 15 /06 /juin /2018 23:56

Audiolib 2017 - 9 h 22 - Traduit de l'anglais par J. Esch -  lu par Ingrid Donnadieu/Floriane Muller

Jane et Emma sont très proches mais ne risquent pas de se rencontrer, et pour cause. L'une est vivante, l'autre non. Les deux jeunes femmes ont pour point commun un homme, Edward Monkford, et sa maison, One Folgate Street. Emma, c'est la fille d'avant... quant à Jane, c'est la locataire actuelle de la maison. Nous suivons alternativement le parcours de chacune des deux femmes, trajectoires qui convergent de plus en plus dangereusement.

Jane vient de vivre un drame éprouvant et voit dans cette maison somptueuse au loyer modéré, un lieu rassurant lui permettant de se reconstruire. Hélas, le lieu est loin d'être de tout repos. Jane a la sensation d'être façonnée plus ou moins à son insu par le propriétaire, l'inquiétant mais oh combien séduisant Edward Monkford. Elle décide de mener sa petite enquête et de tenter de comprendre ce qui est arrivé à Emma, l'ancienne locataire, cette jeune femme qui lui ressemble et qui est morte tragiquement...

J'ai vraiment beaucoup aimé le portrait de ces deux femmes, finement esquissé par l'auteur. Les personnages masculins sont également bien campés. Chacun des protagonistes a une faille, une blessure secrète qui se révèle à nous au fur et à mesure de l'histoire. L'auteure nous informe à la fin du roman qu'elle s'est inspirée d'un épisode sa propre vie pour imaginer l'un des personnages féminin.

J'ai pris beaucoup de plaisir à écouter cette histoire, très bien interprétée et surtout bien construite. L'auteure parvient à brouiller les pistes et nous manipuler tout au long de l'histoire. Il faut attendre la toute fin pour démêler le vrai du faux. L'analyse psychologique des personnages est très fine.

Une belle découverte.

Une lecture commune avec Enna

Lu dans le cadre de "Écoutons un livre"

Cette lecture me permet de participer au mois anglais  chez Lou et Cryssilda

Partager cet article
Repost0
15 juin 2018 5 15 /06 /juin /2018 20:58

Enna : 

La fille d'avant - JP Delaney

Au fond de l'eau - Paula Hawkins

Sylvie :

La fille d'avant - JP Delaney

Géraldine :

Arrête avec tes mensonges - Philippe Besson

Le jour d'avant - Sorj Chalandon

Délivrances - Toni Morrison

Ravages - Barjavel

Valérie :

La disparition de Joseph Mengele - Olivier Guez

Sandrine :

Minute papillon - Aurélie Valogne

Manika :

La route des coquelicots - Biefnot et Dennamark 

Partager cet article
Repost0
15 juin 2018 5 15 /06 /juin /2018 08:28

Si vous n'avez pas encore joué et que vous n'avez lu aucun de ces titres, voici le lien vers mes billets (cela vous aidera peut-être à voter). Je n'ai pas fini "Séquoias", je vous livre donc mes impressions de lecture en cours.

L'archipel du chien - Philippe Claudel 

La vie secrète d'Elena Faber - Julian Cantor

Magda - Philippe Claudel

Séquoias - Michel Moutot : ce livre est mon préféré de la sélection. Je prends beaucoup de plaisir, chaque soir à me plonger dans les aventures du Freedom, une baleinière qui en verra de toutes les couleurs y compris, peut-être, celle de l'or. Au stade où j'en suis dans ma lecture, je ne le sais pas encore. Il faut avoir un peu de temps devant soi quand on se lance dans ce roman car c'est un bon petit pavé mais cela en vaut la peine !

Il me tarde de connaître le gagnant de ce prix, mon poulain étant,vous l'avez compris, "Séquoias".

Partager cet article
Repost0
9 juin 2018 6 09 /06 /juin /2018 23:28

Julliard 2018 - 296 pages

Magda, d'origine allemande, est la mère de deux grands enfants : un garçon qui souffre d'une maladie psychiatrique et une fille qui vit en communauté avec son mari et leur petite fille. Magda et son mari acceptent le choix de leur fille Alice, bien que le trouvant un peu extrême. Eux-mêmes se sont mis à l'écart de la société en vivant dans un petit village de montagne. Sans militer, ils rejettent un certain nombre de valeurs de notre société matérialiste. Le jour où ils apprennent avec stupéfaction, par la télévision, que leur fille a été arrêtée pour avoir participé au sabotage d'une voie de chemin de fer, le ciel leur tombe sur la tête.

Magda est particulièrement remuée. Sans que ce soit dit clairement, nous sentons que des éléments de son passé remontent à la surface. Tout en recueillant leur petite fille, Magda et Guillaume se lancent avec énergie dans la défense de leur fille. Ils se sentent en partie responsable de ce qui arrive. N'ont-ils pas poussé Alice au militantisme en raison de leurs idées politiques ? L'affaire est médiatisée et les journalistes ne tardent pas à venir troubler la tranquillité du couple, dont l'équilibre se trouve menacé...

J'ai aimé le personnage de Magda et ses zones d'ombres. J'ai trouvé intéressante sa réflexion sur l'éducation des enfants et touchante la relation qu'elle entretient avec sa petite-fille. J'ai compris son souhait de contribuer, en tant que grand-mère, à l'éducation de l'enfant (je me sens désormais concernée par ce sujet). Je ne suis toutefois pas complètement séduite par ce roman. Si l'histoire m'a plu, j'ai trouvé que l'intrigue manquait de souffle et que la chute était un peu trop prévisible. Je suis toutefois satisfaite d'avoir eu l'opportunité de découvrir la plume de l'auteure, que je me promettais de lire depuis longtemps.

Quelques bémols mais une lecture intéressante.

 

Lu dans le cadre du Prix Relay des voyageurs, pour lequel vous pouvez voter et gagner un voyage à Rome et d'autres cadeaux (ici)

Partager cet article
Repost0
7 juin 2018 4 07 /06 /juin /2018 23:29

Audiolib 2018 - traduit de l'allemand par C. Tresca - lu par Thilbault de Montalembert - 7 h 06

Une fois n'est pas coutume, voici la quatrième de couverture :

Dans ce livre plein de grâce, acclamé dans le monde entier, le forestier Peter Wohlleben nous apprend comment s'organise la société des arbres. Les forêts ressemblent à des communautés humaines. Les parents vivent avec leurs enfants, et les aident à grandir. Les arbres répondent avec ingéniosité aux dangers. Leur système radiculaire, semblable à un réseau internet végétal, leur permet de partager des nutriments avec les arbres malades mais aussi de communiquer entre eux. Et leurs racines peuvent perdurer plus de dix mille ans… Prodigieux conteur, Wohlleben s'appuie sur les dernières connaissances scientifiques et multiplie les anecdotes fascinantes pour nous faire partager sa passion des arbres.

Après avoir découvert les secrets de ces géants terrestres, par bien des côtés plus résistants et plus inventifs que les humains, votre promenade dans les bois ne sera plus jamais la même.Peter Wohlleben a été forestier plus de vingt ans en Allemagne. Il dirige maintenant une forêt écologique. Son livre a été numéro un des ventes en Allemagne et est devenu un étonnant best-seller aux États-Unis, et maintenant en France.

 

Mon avis :
 

Si une balade en forêt avec un connaisseur peut me passionner, parcourir (ou écouter) un livre sur le sujet ne m'attire pas. J'ai essayé plusieurs fois d'écouter ce texte mais mon esprit vagabondait très vite, s'envolant vers d'autres cimes. J'avais pourtant une prédisposition pour aimer ce titre. Mon prénom (Sylvie) vient du latin Silvia, féminin de Silvius, dérivé du mot silva qui veut dire "forêt".

J'aime beaucoup la voix de Thibault de Montalembert, ce qui me rend doublement triste de ne pas avoir réussi à me passionner pour cet ouvrage.

Partager cet article
Repost0
5 juin 2018 2 05 /06 /juin /2018 12:45

Préludes 2018 - 380 pages - traduit de l'anglais (Royaume uni) par Pascale Hass 

Un petit village d'Autriche en 1938 : la famille Faber souffre de la pression des nazis sur les juifs et se sent menacée. Le jeune apprenti, Joseph Kristoff, se voit confier l'affaire familiale de fabrication de timbres par le père de famille, qui doit fuir au plus vite. Le jeune Joseph, poussé par la fille aînée de la maison dont il est amoureux, fabrique des timbres pour la résistance tout en répondant, contraint et forcé, aux commandes des nazis.

Los Angeles, 1989 : Katie fait évaluer la collection de timbres de son père, placé en maison de retraite. L'un des timbres (se trouvant sur une enveloppe fermée) est remarqué par un philatéliste, qui lui propose de l'aider à reconstituer l'histoire du timbre. Une véritable enquête est menée, au terme de laquelle une surprise attend la jeune femme. Mais avant cela, son périple l'aura conduite en Angleterre puis en Allemagne, après la chute du mur de Berlin.

L'auteur nous fait donc voyager sur deux continents, à des époques différentes. Les personnages sont attachants, le contexte historique intéressant et la lecture assez addictive. Tous les ingrédients sont réunis pour nous faire passer un bon moment. Ce roman a un petit côté "feel good" et les ressorts de l'intrigue sont prévisibles, mais mais je n'ai pas boudé mon plaisir. 

Une lecture agréable.

Lu dans le cadre du Prix Relay des voyageurs, pour lequel vous pouvez voter et gagner des livres (ici)

Partager cet article
Repost0
2 juin 2018 6 02 /06 /juin /2018 23:31

Audiolib 2018 - lu par Stéphane Boucher - 7 h 59

Avant de découvrir la version audio, j'avais lu la version papier :

Mon billet  :

Le 27 décembre 1974 est une date à jamais ancrée dans la mémoire des habitants de Liévin, dans le Pas-De-Calais. Ce jour-là, une quarantaine ouvriers de la mine sont morts suite à un coup de grisou. On a appris plus tard que la catastrophe aurait pu être évitée, des failles dans la sécurité du site sont ressorties. Cinquante ans plus tard, Sorj Chalandon imagine "le jour d'avant" pour la famille d'un mineur de la fosse 3 bis mais aussi les jours, les semaines et les années qui ont suivi le drame.

Le narrateur, Michel, a perdu son frère aîné, ouvrier à la mine. Michel avait seize ans au moment des faits. Il était fasciné par le métier de son frère, qu'il vénérait comme un dieu. Il rêvait de l'accompagner un jour au fond la mine, de faire partie de cette fratrie d'ouvriers. Mais Michel ne deviendra pas mineur. Dès qu'il le pourra, il quittera la région et sa famille disloquée pour tenter de se reconstruire ailleurs.

Jusqu'à la mort de sa femme, l'existence de Michel sera d'apparence normale mais au fond de lui-même l'homme reste obsédé par un passé qui ne cesse de le tourmenter. Une fois sa femme disparue, n'ayant plus rien à perdre, il décide de revenir sur les lieux de son enfance pour se venger de celui qu'il estime être le responsable du ratage de sa vie. Il  s'installe dans le village et concocte sa vengeance. Je vous laisse découvrir la suite par vous-même.

Je mets toujours la barre très haut quand je lis cet auteur, j'attends qu'il me surprenne, qu'il me bouscule. Durant une bonne partie du roman, j'ai cru que j'allais être déçue car je ne reconnaissais pas totalement la patte de l'auteur. Puis soudainement, au moment où je m'y attendais le moins, j'ai retrouvé le Chalandon que j'aime.

J'ai été éblouie par l'habilité de l'auteur à jouer avec son lecteur, à le déstabiliser. En faisant du narrateur un personnage plus complexe qu'il n'y paraît au premier abord, Sorj Chalandon donne à son roman une dimension supplémentaire. Il offre aux mineurs de Liévin un hommage original et bouleversant que le lecteur n'est pas prêt d'oublier..

N'hésitez pas, lisez-le !

Mon avis sur la version audio :

J'avais eu un coup de cœur pour la version papier, j'ai apprécié d'emblée la version audio. Le lecteur adopte le juste ton pour donner au texte sa dimension dramatique. J'ai retrouvé l'émotion qui m'avait saisie quand j'ai lu ce roman, il y a quelques mois.

Ce titre sera dans mon top 5 et très probablement dans mon top 3.

Lu dans le cadre du Prix Audiolib 2018

 

Partager cet article
Repost0
31 mai 2018 4 31 /05 /mai /2018 19:31

Mai 2018 est un mois que je ne suis pas sur le point d'oublier. Mon fils s'est marié et les moments que j'ai vécus à cette occasion sont très forts (bonheur, émotion...). La fête, très bien préparée et particulièrement réussie, a duré plusieurs jours. Depuis, je suis sur un petit nuage et j'espère bien y rester quelques temps.

Petite décoration spécial mariage sur la pelouse de la maison.

Côté lecture, j'avance tranquillement dans mes lectures pour le Prix Relay. Des lectures agréables mais pas de titre qui se démarque vraiment pour l'instant.

Pour finir, une photo prise lors d'une de mes balades du mois, à la Pointe de Primel (Plougasnou).

 

Partager cet article
Repost0
24 mai 2018 4 24 /05 /mai /2018 23:20

Stock 2018 - 280 pages 

Sur les berges d'une île volcanique dont les habitants ont pour projet de faire construire des thermes, trois corps d'hommes noirs sont découverts. Le maire se rend sur les lieux avant que l'affaire ne s'ébruite et décide de garder l'information secrète, en raison du projet en cours. Avec une poignée de complices, il décide de cacher les corps. Seul l'instituteur du village, témoin de la découverte, est en désaccord avec le maire. Nous verrons que cette attitude lui attirera de gros ennuis. Mais avant cela, l'enseignant mènera sa petite enquête pour tenter de comprendre comment et pourquoi les corps ont échoué sur l'île. Dans le même temps, un inconnu débarque du continent et suscite l'inquiétude du maire et de toute sa clique. Qui est t'il ? Est-ce un inspecteur de police ? 

"L'archipel du chien" est une fable sociale sur fond de crise migratoire. Les personnages, peu attachants, vivent repliés sur eux-mêmes dans une île qui devient de plus en plus ingrate au fil du roman, frappée par une étrange mais légitime malédiction. Les éléments naturels manifestent leur mécontentement, refusant d'être les complices de cette histoire sordide et inhumaine. Le curé, blasé et désinvolte n'apporte pas un brin de morale à cette affaire.

Voilà une lecture dérangeante, qui nous met face à notre lâcheté vis à vis des migrants. Ce n'est pas le meilleur Claudel que j'aie lu, même si je reconnais des qualités à ce roman. Je n'ai pas réussi à éprouver de l'empathie pour les personnages, tous plus cyniques les uns que les autres, en dehors de l'instituteur. C'est sans doute pour cela que je n'ai pas réussi à adhérer totalement à l'histoire. Cela dit, c'est une lecture que je ne regrette pas et qui me restera certainement en mémoire.

A découvrir.

 

Partager cet article
Repost0
22 mai 2018 2 22 /05 /mai /2018 23:13

Grand Angle - 71 pages

L'histoire commence chez le médecin de Lily, qui lui confirme qu'elle est enceinte. L'expression du visage de la jeune femme ne laisse pas de doute, ce n'est pas une bonne nouvelle. En rentrant chez elle, son compagnon lui annonce qu'il part en tournée pour plusieurs mois avec son groupe de musique. Elle peut l'accompagner si elle le souhaite mais pas tout de suite. Elle doit en effet s'occuper de Balthazar, le neveu qu'il devait garder pendant une dizaine de jours. 

Là voilà donc avec un mioche dans les pattes alors qu'elle doit réfléchir à la possibilité (ou non) de garder l'enfant qu'elle porte. Sur un coup de tête, elle loue une voiture et part quelques jours à la montagne avec l'enfant, embarquant un jeune auto-stoppeur... Je ne vous livrerai pas la suite mais sachez que cette rencontre fortuite ainsi qu'une autre rencontre tout aussi inespérée vont permettre à  Lily de prendre la juste décision.

Des personnages attachants, une histoire touchante et une fin "feel good". Voilà de quoi passer un bon moment. J'aurais aimé quelques pages de plus, ce sera mon bémol. Si je suis restée un peu sur ma faim pour ce qui est du texte, j'ai vraiment beaucoup aimé l'illustration et les couleurs. Esthétiquement, c'est une très belle réussite. L'expression des visages complète à merveille le texte.

Un joli roman graphique pour une pause douceur.

Lu dans le cadre d'une opération Masse critique, de Babelio

La BD de la semaine, c'est chez Mo, ce mercredi

Partager cet article
Repost0