Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 23:07

Lu par Martin Spinayer - fev 2014 - 12 h 27

Nous sommes en Australie. Tom vient de rentrer de la guerre de 14-18, fortement marqué par cette épreuve. Il rencontre Isabel, une jeune fille fraiche et spontanée qui parvient à le séduire. Ils se marient et Isabel accepte de suivre son mari sur l'île de Janus où il est affecté comme gardien de phare. Isolés du reste du monde sur un îlot rocailleux battu par le vent, ils apprennent à se connaitre et leur couple grandit. Mais le tableau n'est pas idyllique car Isabel ne parvient pas à mener une grossesse à terme et n'envisage pas de vie sans enfant. Un jour, un bateau s'échoue sur l'île avec à son bord, un homme mort et  un bébé, vivant. Isabel prend en charge l'enfant et supplie son mari d'attendre un peu avant de signaler l'échouage du bateau. Tom cède, par amour ou par lâcheté, sans doute un peu des deux. L'engrenage est amorcé...

Les personnages sont attachants, l'histoire bien construite et prenante. La question centrale est celle de la maternité. Les liens du sang sont-ils plus forts ceux du coeur ? Le désir d'enfant peut-il faire perdre la raison ? Tout à long de l'histoire, Tom et Isabel sont confrontés à la morale, au sens du devoir, au bien et au mal. Ils doivent se débattre avec le remords, la culpabilité, la rancune. Le lecteur se met dans la peau des personnages, se demandant ce qu'il aurait fait en pareille situation, une fois l'engrenage amorcé. L'auteur joue peut-être un peu, parfois, avec la corde sensible du lecteur, ce sera mon petit bémol. Mais je n'ai pas boudé mon plaisir et quitté à regret cette écoute. La version audio est tout à fait réussie. 

Une bonne surprise ! (j'avoue que je craignais de trouver ce roman trop sentimental).

Merci pour le prêt, Claire !

free-road-trip-games-audio-bookLu dans le cadre de "Ecoutons un livre" chez Valérie sur le thème de la mer

Rentre également dans le challenge de Géraldine :

null


Partager cet article
Repost0
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 23:02

Editions Baker Street - Traduit de l'américain par Zohreh Gharemani - 371 pages

Ce roman nous plonge dans les années 1960, en Iran. Le Chah Mohammad Rez Pahlavi est au pouvoir et gare à celui qui osera contester sa politique, la police secrète du Chah ne laisse rien passer. 

La jeune narratrice, Roja, vit dans une riche famille qui ferme les yeux sur les dérives autoritaires du régime. Au lycée, Roja se lie d'amitié avec une jeune fille d'un milieu plus modeste "Shirine". Cette dernière lui ouvre les yeux sur la réalité de leur pays, où la libre expression n'existe pas.

Les années passent, Shirine se marie et prend ses distances avec son amie. Roja comprendra plus tard que c'est pour la protéger car elle fréquente les milieux contestataires. Un jour Shirine est arrêtée. Roja n'hésite pas à prendre des risques pour tenter de sauver son amie...

Cette histoire a pour principal intérêt de faire découvrir la vie quotidienne en Iran durant cette période trouble qui précéda la révolution islamique. L'histoire est racontée du point de vue de Roja. Il aurait été intéressant d'entendre également la voix de Shririne, qui reste en retrait. J'aurais bien aimé également en savoir un peu plus sur les tenants et aboutissants du mouvement contestataire qu'elle fréquente.

Une lecture agréable mais j'aurais aimé que l'auteur développe davantage les aspects politiques plutôt que l'histoire d'amitié, qui s'oublie vite.

J'ai partagé cette lecture commune avec Valérie. Allons voir ce qu'elle en pense...

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 15:32

      

     Mai 2014 - Mercure de France -153 pages

Le narrateur vit depuis sa plus tendre enfance dans la presqu'île de Quiberon. Il nous raconte le cheminement de sa relation avec Marion, qu'il croisait enfant sur la presqu'île et qui plus tard deviendra sa femme. A l'adolescence, c'est de la mère de Marion qu'il était amoureux, la grande Gaëlle à la beauté atypique, mi-vietnamienne mi bretonne. Il l'observait nager ou jouer au tennis. Le narrateur ne s'intéressera à Marion que plus tard, il est alors étudiant à l'école navale. Aussi belle que sa mère, aussi grande, Marion nage superbement. Mystérieuse, silencieuse, elle l'attire irrésistiblement. Ils décident de vivre ensemble, puis de se marier. Un enfant naîtra, une petite Louise. Mais peu à peu leurs passions respectives les éloignent loin de l'autre. Le narrateur passe de plus en plus de temps à peindre, passion qu'il conjugue avec celle de la mer. Marion pratique la natation intensément, puis se met à la plongée sous-marine.  

Ce roman fort bien écrit offre une réflexion sur l'art, sur l'amour, sur les passions dévorantes qui font le sel de la vie mais parfois isolent, inexorablement. Les descriptions de la mer dans tous ses états sont magnifiques, tout comme le portrait de la belle et mystérieuse Marion, dont la beauté sauvage est mise en valeur par la plume élégante et raffinée d'Olivier Frébourg. Si comme moi vous aimez la mer, la peinture et la Bretagne, ce livre devrait vous séduire. Il m'a enchantée, c'est un joli coup de coeur !

Vous aimez cette couverture ? Elle est représentative de ce très beau roman.

Quelques extraits, qui donnent le ton :

"Elle entra dans la mer. Sans lunettes ni bonnet de bain. Dans son élément. Elle était une charpente ouvrant l'eau. Elle s'immergea jusqu'au cou pour mettre son corps à température avant de tracer en crawl une longue ligne droite. Je sus alors que j'allais épouser cette femme, qu'il me faudrait la peindre. Peindre le silence".

"En mer nous avons l'infini devant nous et nos cartes de navigation nous servent de cadre. Dans la peinture nous avons un cadre dans lequel nous devons trouver l'infini". 

"Nous étions comme deux violons l'un à côté de l'autre, composant apparemment la même musique, réunis dans un concerto unique. Et à y regarder de plus près, les sons, les mouvements n'étaient pas identiques, et même contraires car il fallait se répondre."

L'avis de  Nicole (aussi enthousiaste que moi)

Partager cet article
Repost0
29 juin 2014 7 29 /06 /juin /2014 23:22

Les Hauts de Hurlevent-livre audio

Editions Thélème - Lu par Mélodie Richard - 14 h 30

"Les hauts de hurlevent", sorti en 1847, est le seul roman publié par Emily Brontê. Il me semblait l'avoir déjà lu adolescente, mais je ne le jurerai pas car je n'en garde aucun souvenir. L'histoire est racontée principalement par la fidèle domestique de la famille, Nelly Dean. Cette dernière travaillait déjà pour la famille dont il est question dans ce roman, quand tout a commencé...

Un jour, le père Earnshaw revient de voyage accompagné d'un jeune bohémien abandonné par les siens et décide de lui donner une éducation. Les deux enfants de la famille, Catherine et Hindley réagissent différemment. Catherine se montre immédiatement fascinée par ce curieux garçon nommé Heathcliff, alors que son frère le prend en grippe. A la mort du père, Hindley prend assez rapidement sa succession et ne tarde pas à rétrograder Heathcliff au rang de domestique. Ce dernier, fou de rage, ronge son frein en se promettant se venger un jour. Catherine et Heathcliff restent très proches et leur relation évolue au fil des années vers un amour aussi fusionnel que destructeur. Ils savent tous deux qu'ils n'ont aucun avenir ensemble mais Heathcliff réagit très mal quand Catherine se marie avec un riche voisin, Edgar Linton. Les deux familles, Linton et Earnshaw, sont désormais liées pour le meilleur et surtout pour le pire...

Mon dieu ce que cette histoire est noire et désespérée ! Le seul personnage auquel on puisse s'attacher est celui de la domestique, témoin bienveillant de l'histoire. Les autres sont névrosés, maladifs ou foncièrement mauvais. Le personnage central, Heathcliff, n'a certes pas eu de chance, et on voudrait l'aimer, mais rien en lui n'éveille la compassion. Il ne cherche qu'à se venger et met dans le même sac ceux qui lui ont fait du mal et leurs descendants, qui n'y sont pour rien. Quant à Catherine, elle est bien trop névrosée pour qu'on parvienne à l'aimer. Les seuls qui inspirent un peu de sympathie, dans cette famille, sont les descendants, que l'on sent évoluer doucement vers un peu plus d'humanité.

Je suis passée par plusieurs stades en écoutant ce livre : Un intérêt certain en découvrant les personnages et la mise en place de l'histoire puis une lassitude face à tant de noirceur, de méchanceté et de malheur. Et, pour finir, le soulagement de voir les choses s'arranger (enfin, s'arranger, si on peut dire) à la fin du livre. Je garderai un meilleur souvenir de "Jane Eyre", écouté l'an passé et pour lequel j'avais eu un coup de coeur. J'ai trouvé cette écoute un peu trop longue et globalement assez oppressante, bien que la voix de Mélodie Richard soit très agréable. Je ne regrette pas, toutefois, d'avoir entrepris cette lecture car c'est un classique qui mérite d'être connu, notamment pour ses qualités d'écriture et pour l'originalité de l'histoire. 

Après celle de Charlotte et d'Emily, il me reste maintenant l'écriture d'Anne à découvrir...

Une lecture commune avec Enna, qui l'a écouté, tout comme moi...

Merci à Claire pour le prêt !


Partager cet article
Repost0
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 23:25

Brize renouvelle son challenge "Le pavé de l'été" , pour le plus grand plaisir de Valérie, la reine du pavé et marraine de l'opération ! Valérie se donne pour objectif de lire 2 pavés par mois. Plus modeste, j'essayerai d'en lire au moins un durant l'été et d'en écouter un autre (la lecture audio est autorisée). 

Les règles sont assez strictes, la plus contraignante étant de lire un pavé de 600 pages au moins. Comme c'est l'été, j'ai cherché dans ma PAL un pavé distrayant (du genre "page-turner"). J'ai jeté mon dévolu sur "la poursuite du bonheur" de Douglas Kennedy qui a une particularité qui me plait bien, l'histoire se passe à New York. 

Le pavé "poche" sera probablement "les apparences" de Gillian Flynn. 

Pour en savoir plus, cliquez sur le logo !

Pavé 2014

Partager cet article
Repost0
21 juin 2014 6 21 /06 /juin /2014 23:52

Couverture

Folio 2011 (Gallimard) - 432 pages - traduit de l'anglais par Anouk Neuhoff 


Nous sommes dans les années 1800 à Lymne Regis, sur la côte du Dorset, en Angleterre. La jeune Mary Anning arpente la plage pour y ramasser des fossiles que sa famille vend aux touristes. Sur la même plage, une autre femme, Elisabeth Philpot, s'intéresse également aux fossiles. D'origine moins modeste, elle est passionnée par l'aspect scientifique de ces prodigieuses créatures. Bien vite, les deux femmes se rapprochent et partagent leurs découvertes, Mary se montant particulièrement douée. Cette dernière découvrira notamment le premier fossile d'ichtyosaure (reptile marin contemporain des dinosaures).

 "Prodigieuses créatures" est une biographie romancée. Mary Anning et Elisabeth Philpot ont réellement existé. Avant-gardistes et autodidactes, elles ont fait preuve d'un esprit scientifique à faire pâlir de jalousie plus d'un spécialiste masculin de l'époque. En tant que femmes, elles ont dû se battre pour être prises au sérieux, sans parler de leurs déboires avec l'église qui n'acceptait pas l'idée que des espèces crées par dieu aient pu disparaître de la terre.

Tracy Chevalier donne alternativement la parole à chacune d'elles. Les deux femmes évoquent leur passion pour les fossiles mais aussi leur vie intime et leurs états d'âme. Toutes deux resteront célibataires. Avec les mentalités de l'époque, leur "fantaisie" n'était pas compatible avec le mariage. Leur amitié perdurera dans le temps, avec des hauts et des bas. La plume de Tracy Chevalier rend aussi captivante l'histoire d'amitié que la découverte des fossiles. En s'inspirant de faits historiques, l'auteure nous offre une immersion dans l'Angleterre de l'époque qui n'est pas sans rappeler l'univers de Jane Austen, mais qui met de surcroit en perspective la vie d'une population plus modeste.

Voilà un très joli roman,  riche et passionnant, y compris (et même peut-être surtout), pour des non-scientifiques. 

Ci-dessous une peinture représentant Mary Anning (crédit : wikipédia)

Une peinture représentant Mary Anning, collectionneuse de fossiles et paléontologiste britannique

Ainsi qu'une de ses découvertes les plus spectaculaires...

Lu dans le cadre du mois anglais (lecture commune autour de Tracy Chevalier).

Et j'ai pour l'occasion sorti un livre de ma PAL.

L'avis de Midola - Valérie

mois anglais 2014_2.jpgobjectif pal

 

Partager cet article
Repost0
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 23:01

L'Elixir d'amour

Albin Michel - mai 2014 - 156 pages

Adam et Louise se sont aimés puis ils se sont séparés. L'un vit désormais à Paris, l'autre à Montréal. Entre eux s'engage une conversation épistolaire, initiée par Adam, qui voudrait faire de son ex-compagne une amie. Réticente dans un premier temps par l'idée de cette amitié forcée, Louise se laisse convaincre. Dans leur correspondance, il est principalement question d'amour. Celui qui fut le leur et celui qu'ils vivent désormais, chacun de leur côté. Adam, très sûr de lui, pense qu'on peut provoquer l'amour. Il entreprend de mettre en pratique sa théorie, se comportant en Dom Juan avec l'une de ses patientes, tout en relatant à Louise le cheminement de sa relation.

J'ai retrouvé avec plaisir la plume d'E.E Schmitt dans ce court roman épistolaire qui propose une réflexion sur l'amour et sur les relations de couple. Il est question notamment de l'infidélité, vécue différemment par l'homme et la femme. Adam avance que l'homme, capable de dissocier le sexe de l'affect, n'a pas forcément l'impression de trahir sa femme en la trompant. La femme, plus romantique, ne comprend pas cette position. Adam et Louise se sont séparés parce que cette dernière n'entendait pas laisser à son compagnon la liberté qu'il aurait aimé s'octroyer. Libre désormais, il compte bien s'en donner à coeur joie...

L'ouvrage se lit en moins de deux heures et s'apparente plus à une nouvelle qu'à un roman, y compris dans la construction. J'ai bien aimé me laisser embarquer dans ce dialogue assez piquant, qui réserve une fin inattendue et assez jubilatoire. C'est un histoire qui suscite une réflexion mais que j'ai plutôt lue comme un divertissement. La réflexion est venue par la suite, en rédigeant le billet puis en échangeant avec Valérie, avec qui je partage une lecture commune. Hélas, je ne peux pas en dire plus sous peine de gâcher l'effet de surprise pour ceux qui voudraient le lire.

J'ai bien aimé !

L'avis de Valérie

Le billet (très littéraire et non moins intéressant) de Caroline


Partager cet article
Repost0
15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 23:42

Avant d'aller dormir, de S.J. Watson, lu par Françoise Cadol

lu par Françoise Cadol - Audiolib 2012 - 11 h 43

L'héroïne de ce roman, Christine, se réveille chaque matin en croyant qu'elle a vingt ans. L'homme qu'elle découvre dans son lit doit lui expliquer qu'il est son mari et qu'elle a quarante-sept ans. Le livre s'ouvre sur l'un des réveils de Christine et nous la suivons jusqu'au soir, puis les jours qui suivent. Chaque matin, elle apprend, par un appel téléphonique à son domicile, qu'elle est suivie par un psychiatre nommé Ben. Son mari, qui se rend chaque jour à son travail, ne sait pas qu'elle voit ce psychiatre. Instinctivement, elle se méfie de Ben et ne lui raconte pas ses visites chez le médecin, ni l'existence du journal dans lequel elle consigne ce qu'elle apprend chaque jour. Bien vite, Christine relève des incohérences dans le discours de son mari et se met à douter de sa bienveillance. A-t-elle raison de se méfier ?

J'ai lu ce roman avec plaisir et sans ennui, la voix et le ton de Françoise Cardol collent bien avec le texte. J'ai trouvé toutefois que l'histoire tournait un peu un rond et que certains éléments n'étaient pas très crédibles. Je ne pense pas que l'on puisse laisser une journée entière, seule à la maison, une femme qui découvre chaque matin qui elle est. Christine me parait finalement assez peu angoissée face à cette situation traumatisante. C'est assez curieux qu'elle ait, chaque matin, à peu près la même réaction. Je trouve également fort étonnante la démarche du psychiatre, qui entreprend ce travail sans concertation avec l'entourage. La fin est par ailleurs assez prévisible.

Un thriller agréable à écouter mais vraiment peu crédible à mon sens.

Merci à Eva pour le prêt


free-road-trip-games-audio-bookLu dans le cadre de "Ecoutons un livre" chez Valérie

Ainsi que pour le mois anglais

10372327_10203975876508293_25325186382787575_n

Sans oublier que c'est le mois du livre audio...


 

Partager cet article
Repost0
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 23:02

Au revoir là-haut, de Pierre Lemaitre, lu par

      Audiolib 2014 - 16 h 56

La guerre de 14 tire à sa fin mais tout peut encore arriver et ce n'est pas Albert Maillard et Edouard Péricourt qui soutiendront le contraire. Les deux ont failli mourir sur le champ de bataille en novembre 1918. Le premier s'en sortira sans séquelles, sinon psychologiques, alors que le second fera partie des "gueules cassées". Ces deux-là, d'origines sociales différentes, ne seraient jamais côtoyés sans la guerre. Les circonstances vont faire qu'Edouard sauvera la vie d'Albert qui, se sachant redevable à son nouvel ami, lui apportera à son tour un précieux soutien.

On les retrouve après la guerre, partageant le même logement, Albert travaillant pour deux. Edouard se fait désormais appeler Eugène. Il ne veut plus voir sa famille et notamment son père, un homme froid qui n'a jamais accepté sa fantaisie. Le brave Albert tente de distraire son ami sans visage. Ce dernier, souffrant le martyre, physiquement et psychologiquement, se laisse aller à l'apathie, se droguant plus que de raison pour calmer la douleur. Il se fabrique des masques pour passer le temps (il a toujours aimer dessiner). Un jour lui vient une drôle d'idée : monter une escroquerie en se faisant de l'argent sur le dos des morts de la guerre. En râlant, Albert finira par le suivre dans sa folle aventure...

Je vous ai résumé l'histoire en quelques lignes mais mon résumé est bien réducteur car c'est un livre foisonnant, aux multiples rebondissements. Je vous ai cité deux personnages mais j'ai omis de vous parler du commandant d'Aulnay Pradel, une ordure de première, à la guerre comme dans la vie civile, un homme sans foi ni loi. Je ne vous ai pas non plus parlé de la famille d'Edouard, les Péricourt, dont Albert va faire la connaissance bien malgré lui. Les personnages de ce livre sont décrits avec subtilité et suffisamment de détails pour qu'on s'en fasse une idée assez précise. 

Voilà un livre distrayant, fort bien écrit et ancré dans un contexte historique passionnant, celui de l'après-guerre. C'est le 3ème ouvrage, en quelques mois, que je lis sur cette époque (après "Les fleurs d'hiver" d'Angélique de Villeneuve et "Mauvais genre" la BD de Chloé Cruchaudet). C'est intéressant de découvrir la même époque sous la plume de trois auteurs d'univers différents. Dans "Au revoir là-haut", j'ai aimé le côté roman fleuve ainsi que l'originalité et la subilité de l'histoire. J'ai cru comprendre qu'il y aurait une suite à "haut revoir là-haut". Je m'en réjouis, imaginant une saga dans le genre des "Rougon Macquart" de Zola... 

J'avais une petite appréhension sur le fait que Pierre Lemaître lise lui-même son texte. Sa voix n'est pas de prime abord particulièrement mélodieuse. J'avais tort car j'ai énormément apprécié son interprétation, toute en nuances. Il fait notamment très bien passer l'ironie sous-jacente de nombreux passages de son texte (et qu'on lit probablement entre les lignes dans la version papier).

Une réussite à tous niveaux !

Une lecture commune avec Valérie

Les avis de Sandrine - Saxaoul - Sophie - Enna - Leiloona

Photo : C'est le mois du livre audio. Livre audio + mois anglais = 2 livres audio d'auteurs anglais ce mois-ci sur mon blog (et peut être d'autres...) #JMLA2014 http://sylire.over-blog.com/article-juin-le-mois-du-livre-audio-123793373.html

Partager cet article
Repost0
8 juin 2014 7 08 /06 /juin /2014 23:53

 

Le Prix Audiolib 2014, c’est parti !J'ai la joie d'avoir été sélectionnée, pour la deuxième année consécutive, pour faire partie du jury du Prix Audiolib. 

Vous pouvez en savoir plus sur les membres du Jury (ici) et sur le prix ici

  Voici les 10 titre en lice :

- La Lettre à Helga de Bergsveinn Birgisson, lu par Rufus.

- Le Quatrième mur de Sorj Chalandon, lu par Féodor Atkine.

- Canada de Richard Ford, lu par Thibault de Montalembert.

- L’Appel du coucou de Robert Galbraith, lu par Lionel Bourguet. (Robert Galbraith est le pseudonyme de J.K Rowling).

- Ainsi résonne l’écho infini des montagnes de Khaled Hosseini, lu par Mathieu Buscatto.

- Esprit d’hiver de Laura Kashiske, lu par Irène Jacob.

- Docteur Sleep de Stephen King, lu par Julien Chatelet.

- Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre, lu par l’auteur.

- Nue de Jean-Philippe Toussaint (lu par l'auteur)

- Le fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea de Romain Puértolas  lu par Dominique Pinon

Voici mon classement :

Mes coups de coeur :

 1 - Le 4ème mur (coup de coeur à la fois pour le lecteur et pour l'histoire)

2 - Au revoir là-haut (une bonne interprétation de l'auteur lui même et une histoire originale et attachante)

3 - L'appel du coucou (un polar assez jubilatoire)

Les autres :

4 - La lettre à Helga 
5 - Canada 
6 - Esprit d'hiver
7 - Ainsi résonne l'écho infini des montagnes
8 - Nue 
9 - Docteur Sleep 
10 - L'extraordinaire histoire du Fakir qui était resté coincé dans une armoire IKEA

Et...  les cinq finalistes :

1 - Au revoir là-haut
2 -  Le 4ème mur 
3 - L'appel du coucou 
4 - Docteur Sleep 
5 - L'extraordinaire histoire du Fakir qui était resté coincé dans une armoire IKEA

Nous sommes plusieurs copines blogueuses (toutes adeptes de la lecture audio) à nous être retrouvées autour de ce prix. Nous avons créé pour l'occasion un groupe Facebook pour échanger nos impressions d'écoute. Nos échanges ont été nombreux et sympathiques. 

Vous pouvez, ce jour, découvrir également les classements de Valérie - Enna - Sandrine - Valérie - Saxaoul - Leiloona

Je n'ai pas été surprise par le choix du jury pour les trois premiers finalistes car ils faisaient assez l'unanimité dans notre groupe (et correspondent d'ailleurs à mon tiercé gagnant). J'ai été plus surprise par le 4 et le 5. Docteur Sleep etait assez bien perçu dans le groupe (sauf par moi) mais le fakir a laissé de marbre plusieurs d'entre nous, je ne m'attendais donc pas à le trouver dans les finalistes.

Globalement la sélection m'a plu (3 coups de coeur sur 10 livres, j'estime que c'est très bien). 

Il vous appartient maintenant de voter pour déterminer le gagnant. Le vote est ouvert à tous et c'est ici que ça se passe (il y a des livres audio à gagner, je dis ça, j'dis rien...).

300X250-prix AUDIOLIB-nova-01

L'étape suivante sera la remise du Prix à Paris, en octobre. Je ne sais pas encore si j'y serai.

Partager cet article
Repost0