Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 00:06

 

 

Pour la 6ème année consécutive, je me suis rendue dimanche dernier au salon du livre de Carhaix. J'y retrouvais plusieurs blogueurs : Yvon (et son épouse Nicole), Gwenaëlle, Majanissa (et sa petite fille), Margotte, Moustafette et Gambadou. Je n'oublierai pas de citer Mireille, qui fréquente beaucoup les blogs (sans en avoir un).

C'est un salon très régional, je dirai même très bretonnant, ce qui a surpris Gambadou qui se joignait à nous pour la première fois. On entend parler breton dans les allées, au début ça surprend. Lisant peu de littérature régionale, j'avoue que j'y vais surtout pour retrouver les blogueurs. Nous avons déjeuné ensemble avant de déambuler dans les allées.  

Les auteurs présents sur ce salon sont principalement des auteurs régionaux mais il y a aussi quelques auteurs "nationaux". Cette année, j'ai eu le plaisir d'échanger (pour la 3ème fois sur ce salon) avec Marie Sizun. J'ai acheté son dernier livre "un jour par la forêt". Je la suis depuis ses débuts et un lien s'est créé entre nous.

C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai discuté un bon petit moment avec Fabienne Juhel, que j'avais rencontrée également sur ce salon il y a deux ou trois ans. Je n'ai lu d'elle que "A l'angle du renard", que j'avais beaucoup aimé. Je n'en resterai donc pas là. Si je n'ai pas acheté de livre de Fabienne Juhel (il faut bien faire des choix - je les trouverai à la bibliothèque), j'ai craqué pour un livre qu'elle défend corps et âme. Celui de la jeune auteure Liza Kerivel "remonter les rivières",  publié chez Diabase.

La journée s'est terminée par une petite séance de papotage au café du salon, avant de reprendre nos voitures pour regagner, sous une pluie  battante, nos domiciles respectifs.

Tout se perd, nous n'avons même pas fait de photo de groupe cette année !

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 00:38

   

Nathan - 330 pages - février 2013

Hazel et Augustus, âgés de seize et dix-sept ans, ont les mêmes préoccupations que les jeunes de leur âge, avec une particularité de taille toutefois, le cancer qui les a tous deux atteints. La maladie d'Hazel est incurable, mais pour le moment stabilisée. Son état de santé est fragile et sa vie quotidienne très compliquée. Augustus est en rémission et sa relative bonne santé pourrait laisser oublier qu'il a une épée de Damoclès au-dessus de sa tête. Une histoire d'amitié va se nouer entre les deux jeunes gens. Au fil du temps, leurs relations vont évoluer vers une très belle histoire d'amour...

Le sujet peut faire peur et c'est bien normal. Nous préférons tous oublier que ce genre d'histoire n'arrive pas que chez les autres. Je mentirais en vous disant que cette histoire n'est pas triste car elle est, bien-entendu. Mais elle n'est pas que cela loin de là. Il y a dans ces personnages une énergie incroyable et une volonté de vivre chaque minute la plus intensément possible. Hazel et Augustus sont des adolescents plein d'humour et capable d'autodérision. S'ils baissent parfois les bras, c'est pour mieux repartir le lendemain, se remontant mutuellement le moral et se raccrochant à un projet commun, qui verra le jour... 

Il est beaucoup question de la famille et de la façon dont la cellule familiale vit cette épreuve. Plusieurs passages m'ont émue et interpelée mais, à mes yeux de maman, le plus beau passage est peut-être celui où Hazel, très angoissée par le devenir de sa mère après sa disparition, apprend que dernière suit en cachette une formation pour reprendre plus tard un travail. Hazel est soulagée de savoir que sa mère est capable de se projeter dans un futur sans elle.

En repensant à ce livre, une dizaine de jours après avoir tourné la dernière page, ce n'est pas un sentiment de tristesse qui m'envahit, preuve que ce que j'ai retenu du livre ne se résume pas à cela, c'est plutôt l'envie de vivre au mieux chaque moment que la vie nous offre.

Un très beau roman, classé en littérature jeunesse, mais qui s'adresse tout autant aux adultes.

Ce livre a été élu "meilleur roman 2012" par Time magazine 

Lu dans le Cadre d'une lecture commune pour le challenge US : l'avis d'Enna  - Claire - Anne

 

Un nouveau logo :)

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 23:48

Editions Stock - 155 pages août 2013  

 

Nous sommes en Louisiane, en 2010, dans une famille afro-américaine. Les différents membres de la famille prennent la parole successivement pour raconter leur matinée, marquée par une descente de police au domicile. Une voix domine, celle de Mary Lee, la doyenne de la famille. En visite chez sa fille, qui vit seule avec ses enfants, elle se montre inquiète pour ses petits enfants, notamment pour l'aîné, que la police est venu interroger. Elle a vécu la lutte pour les droits civiques et met un point d'honneur a se montrer irréprochable vis à vis des blancs. Elle sait que le racisme est sous-jacent et que le moindre faux-pas de la part d'un noir est lourdement sanctionné. La matinée se passe et il est temps de partir à la rivière passer une après-midi détente, avec les voisins...

La seconde partie du livre nous ramène en 1949, à l'époque de l'ouverture des premières piscines publiques aux noirs. Marie Lee, la grand-mère, a vécu de façon très cruelle cet épisode historique puisque son frère a perdu l'ouie après un linchage commis par des blancs. Il avait tout simplement voulu profiter de la piscine puisque désormais c'était possible. 

Dans la troisième partie, nous sommes de retour en 2010. Un fait divers tragique vient d'être relaté à la radio. Il concerne notre famille de Louisiane et c'est le coeur serré que nous apprenons le déroulement de l'après-midi à la rivière. Je ne vous en dirai pas plus car il faut replacer cette scène dans son contexte pour en saisir toute l'émotion, toute l'injustice. C'est une histoire terriblement poignante, qui nous montre que la ségrégation, si elle saute moins au yeux aujourd'hui que dans les années 50, est toujours présente aux Etats-Unis, en raison d'un passé qui ne se gommera pas du jour au lendemain.

    Un livre poignant.  

 

Ce livre rentre dans le cadre du "challenge US" organisé par Noc Tembule  -

C'est mon premier coup de coeur de cette rentrée (et le 5ème livre lu)

  5/6

Un nouveau logo :)

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 23:33

 

Voici quelques livres audios que j'ai plus ou moins appréciés mais sans doute pas suffisamment pour avoir envie de leur consacrer un billet à part entière.         

 

    Ouragan - Laurent Gaudé (Thélème) 

Le décor de cette histoire est une scène d'apocalypse, dans la Nouvelle Orléans. Des personnes sont livrées à elles-mêmes, piégées par l'ouragan qui sévit. Dans un style incantatoire, Laurent Gaudé nous décrit les moments vécus par chacun des personnages.

Je n'ai pas été totalement emportée par ce texte, trop lyrique à mon goût. Je suis restée extérieure à l'histoire, sans m'attacher vraiment aux personnages. Dommage.  

 

 

L'été indien - Truman Capote - Frémeaux & Associès

Cette nouvelle raconte un épisode déchirant de l'enfance de l'auteur, quand il a dû quitter la maison de ses grands-parents, sîtuée dans un endroit reculé de Virginie, pour aller vivre avec ses parents plus près de la ville.  

C'est un texte émouvant mais vraiment trop bref pour me donner une idée de la plume de l'auteur...        

 

 

 

Non, ce pays n'est pas pour le vieil homme  (Livraphone) 

Moss, un jeune homme plutôt intelligent mais qui a fait "une grosse bêtise", est poursuivi par un chasseur d'homme psychopathe... Entre les deux hommes, un vieux shérif qui voudrait arrêter Moss avant qu'il ne se fasse abattre par le tueur.

Ce roman noir et pessimiste est assez déroutant car l'auteur ne laisse aucune chance à Moss de s'en sortir. Les dés sont joués dès le départ. C'est un bon roman noir assurément mais n'ai pas ressenti la même émotion que dans "la route", du même auteur, d'où ma petite déception. 

 

Parmi ces trois ouvrages et malgré mon bémol, c'est "No country for a man" que je vous conseillerai sans hésitation.

 

Les trois histoires se passent aux USA, mon billet rentre donc dans dans le cadre du Challenge US, organisé par Noctembule

 

Un nouveau logo :)

 

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 23:43

    Editions l'Olivier 2013 - 284 pages  - août 2013

 

L'histoire est celle de Maria Christina Vaatonen, une jeune romancière à succès qui vit à Santa Monica, en Floride, en compagnie d'un chat nommé Jean-Luc Godard. Nous découvrons au fil des pages que la jeune femme a fui sa région d'origine et une famille étouffante au possible : une mère bigote, un père peu causant et une soeur un peu bizarre depuis un accident qui a son importance dans l'histoire. Peu après son arrivée en Floride, Maria Christina a travaillé comme secrétaire pour un auteur à succès, Rafael Claramunt. Cet écrivain, dont elle s'est entichée, est un bien curieux personnage, pas très net en vérité. Les autres personnes qui gravitent autour de Maria Christina ne sont pas bien nombreuses. Il y a le chauffeur de Claramunt et la bonne copie Joanne, avec laquelle elle a vécu en co-location à son arrivée à Santa-Monica. Que dire de plus sur l'histoire ? Pas grand-chose sinon qu'un enfant va venir perturber la vie sans grand intérêt (à mon sens) de Maria Christina...

 

Me voilà un peu embarrassée pour parler de ce livre avec lequel j'ai passé un bon moment mais qui m'a laissée perplexe une fois la dernière page tournée. Je n'ai pas trouvé grand intérêt cette histoire. Est-une fable ? Si oui, je n'ai pas bien compris le message de l'auteure. Reste le style de Véronique Ovaldé que j'aime beaucoup, tout comme sa fantaisie, ses univers à la marge et ses personnages un peu déjantés. Je ne regrette donc pas d'avoir lu son dernier opus mais ce n'est pas son meilleur (j'avais eu un coup un coeur pour "Ce que je sais de Vera Candida").  

Un bon moment de lecture mais une petite déception toutefois... 

Les avis de Clara - BrizeTheoma - Cathulu

4/6

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 23:00

 

Dans la banlieue de Boston vit une famille en apparence très ordinaire, Les Jones. Un matin, un rentrant du travail, Jason Jones trouve sa petite fille de 4 ans, Clarissa, seule à la maison. Sa femme, Sandra, a mystérieusement disparu (tout comme le chat, Mr Smith). Mais si l'absence du chat n'est que de courte durée, Sandra ne réapparait pas et tout le monde commence à s'inquiéter sérieusement, en commençant par le commandant de la criminelle de Boston, D.D. Warren. Aucune piste n'est écartée et deux suspects se profilent dans un premier temps : le voisin, délinquant sexuel fiché, et le mari, peu enclin à collaborer avec la police sous prétexte de protéger sa fille. Cette dernière, Clarissa, en sait sans doute beaucoup plus qu'elle ne veut bien le dire.  

Je lis peu de romans policiers. Je suis très difficile dans ce genre littéraire et souvent déçue. Mais "la maison d'à côté" m'a vraiment emballée. J'ai beaucoup aimé la façon dont le commandant Warren mène son enquête, faisant preuve de psychologie, notamment dans ses relations avec le mari et l'enfant de la jeune femme disparue. J'ai particulièrement apprécié le recueillement du témoignage de l'enfant. D.D. Warren lutte contre les préjugés, se montre respectueuse des gens qu'elle interroge... 

 Beaucoup de petits détails m'ont plu dans ce livre comme par exemple l'importance de Monsieur Smith, le chat de la famille. Autre point intéressant du roman, la partie technique concernant l'exploration de la mémoire des ordinateurs. Il est question de ce qu'on peut y trouver et comment, quand on pense avoir tout effacé.   

On ne s'ennuie pas un instant car différents points de vue sur l'affaire se succèdent : celui du mari, du voisin, de l'enquêtrice... Des flash-backs nous font remonter le temps et découvrir le passé des différents protagonistes. Peu à peu l'enquête avance avec ses hésitations, ses retournements de situations... 

A noter que la lectrice, Elodie Huber, est absolument parfaite (jolie voix, intonation parfaite).

 

Un très bon roman, qui a obtenu le prix (bien mérité) des lectrices de Elle en 2011.

Les avis de Sandrine - Enna 

Lu dans le cadre de "Ecoutons un livre" proposé par Valérie

Rentre aussi dans  "Le challenge US" organisé par Noctembule

 

free-road-trip-games-audio-book

Un nouveau logo :) 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 17:40

J'ai eu la chance de faire partir du jury de blogueurs qui a choisi (parmi une présélection de 10 titres) les 5 titres soumis au vote des internautes.

Je me réjouis du résultat car "la vérité sur l'affaire Harry Québert" faisait partie de mes titres préférés de la sélection.

Un extrait de mon billet :

"Je suis vraiment ravie d'avoir eu l'opportunité de lire la version audio de ce pavé, car vu l'épaisseur, j'aurais eu beaucoup de difficultés à le lire en position allongée. Je n'ai mis qu'une bonne semaine à le dévorer. J'étais tellement impatiente d'avoir le fin mot de l'histoire que je l'ai écouté en déjeunant, en petit déjeunant, en pliant du linge, en cuisinant, en conduisant... Autre bon point pour la version audio de ce livre, le lecteur (Thibault De Montalembert) est excellent.   

Le billet complet

Pour en savoir plus sur le prix 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 23:06

2-MESSIEURS-audiolib.jpg

 

Audiolib 2013 (Albin Michel 2012) - Lu par l'auteur

 

Cinq nouvelles composent ce recueil. Quelques mots sur mes deux favorites: 

"Ces deux messieurs de Bruxelles", donne son nom au recueil et nous présente le parcours parallèle de deux couples. Il s'agit d'une part de Geneviève et Eddy, mariés de façon officielle, et d'autre part de Jean et Laurent. Ce couple homosexuel a profité de la cérémonie de mariage de Geneviève et Eddy pour s'unir symboliquement, caché derrière un poteau.

Nous suivons le parcours croisé des deux couples... et réfléchissons au passage sur le mariage, notamment entre deux personnes du même sexe. 

"Le chien" est la nouvelle que j'ai préférée. Un homme, ancien médecin du village, vient de se donner la mort cinq jours après que son chien se soit fait tuer par un chauffard. Cet homme avait eu plusieurs chiens successifs qui tous s'appelaient Argos. Pourquoi n'a-t-il pas supporté la mort de celui-ci, précisément ? Dans une lettre posthume, il raconte à sa fille le douloureux passé qu'il avait gardé secret et qui explique son geste. 

Cette histoire est bouleversante et donne à réfléchir à ce qui distingue l'être humain de l'animal, ce dernier ayant parfois des leçons à donner à l'espèce dite "humaine"

 

Je suis sortie très enthousiaste de la lecture de ce recueil. Les deux nouvelles que je viens d'évoquer sont celles qui m'ont le plus marquée mais toutes m'ont plu, peut-être un peu moins "le ménage à trois", parce elle est un peu à part dans le recueil. Contrairement aux quatre autres, elle n'aborde pas une question éthique ou philosophique.

Mariage gay, dons d'organes, avortement thérapeutique : des thèmes abordés avec délicatesse et des histoires fort bien construites.  

Je vous conseille sans hésiter de choisir la version audio plutôt que la version papier car Eric-Emmanuel Schmitt, le lecteur de ce recueil, a un réel talent de conteur. 

Un bon recueil de nouvelles qui m'a fait renouer avec la plume d'E.E. Schmitt dont je m'étais un peu lassée.

L'avis de Sandrine (version papier) 

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 23:52

  Actes Sud - 291 pages - traduit de l'anglais (américain) par Christine Le Boeuf

 

Le personnage central du roman s'appelle Rudolf Born. C'est d'un homme extrêmement difficile à percer : excessif, violent, charmeur et très mystérieux. Le jeune Adam Walker fait sa connaissance en 1967 alors qu'il est étudiant et, il faut bien le dire, un peu naïf. Envouté par Born (et charmé par sa compagne), Adam accepte de s'associer avec lui pour créer un journal littéraire. Il se mord bien vite les doigts, comprenant que l'homme n'est pas quelqu'un de très recommandable. Après un évènement qui l'a profondément choqué, le jeune homme décide de rompre toute relation avec Born et quitte les Etats-Unis pour Paris, prenant le risque le croiser là-bas. L'homme séjourne  en effet régulièrement à Paris. Adam sent monter en lui l'envie de se venger et fait tout pour rencontrer Born, se mettant une nouvelle fois en danger...

Trente ans après, l'histoire refait surface mais je ne vous en dirai pas plus car il faut vraiment préserver le suspense.

Ce que j'aime chez Paul Auster, c'est qu'il vous embarque dès les premières lignes dans son histoire et qu'il ne vous lâche plus. Le livre est composé de plusieurs parties, qui réservent chacune son lot de surprises et de retournements de situation. Le narrateur n'est pas toujours le même, la vérité n'est jamais celle que l'on croit. L'histoire commence à New-York, se poursuit à Paris et finit dans un endroit improbable (et d'une façon qui l'est tout autant !).

   

Une fois encore, j'ai été bluffée !  

L'analyse très fouillée de Ys

Lu dans le cadre d'une lecture commune autour de Paul Auster pour le challenge Us organisé par Noctembule

Un nouveau logo :) 

 

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 23:40

    Robert Laffont - 585 pages - Traduit de l'anglais (Australie) par Johan Frédérik HEL-GUEDJ

 

"La mémoire est une chienne indocile" n'est pas un livre dont il est facile de parler tant il est riche et foisonnant. Plusieurs destins se croisent dans cette histoire qui se passe principalement à New-York, mais qui nous conduit également à Chicago, Cracovie ou Auschwitz.

Nous suivons plus particulièrement deux personnages qui n'ont, à priori, rien à voir l'un avec l'autre : Lamont Williams, jeune afro-américain vient de sortir de prison. Il est employé par un hôpital, pour une période probatoire de 6 mois. L'autre personnage, Adam Zignelik, est professeur d'histoire dans une grande université. Il traverse un passage à vide tant au niveau professionnel qu'au niveau personnel.

0n comprend assez vite qu'un sujet commun lie ces deux personnages. Adam, de plus en plus mal dans sa vie, se raccroche à l'étude d'enregistrements d'une portée historique considérable puisqu'il s'agit des premiers témoignages des rescapés d'Auschwitz. A la même époque, à l'hôpital, Lamont fait la connaissance d'un vieil homme rescapé des camps...

L'auteur prend le temps de nous présenter chacun de ses personnages. Nous les découvrons dans leur intimité et percevons leurs failles. J'ai particulièrement aimé les pages évoquant la vie du psychologue qui a interrogé les rescapés des camps. Son histoire personnelle est captivante, un roman dans le roman...

Le sujet peut faire peur et c'est vrai que certaines pages sont très pénibles à lire mais ce n'est pas un "énième" livre sur l'holocauste. D'une part parce qu'il aborde d'autres sujets (comme l'histoire de la ségrégation raciale aux états unis), mais aussi parce qu’il se démarque par sa profondeur de réflexion. C'est un livre très documenté qui se penche sur la transmission de la mémoire et sur le rôle de la compréhension de l'histoire dans l'avancement de l'humanité.

Il faut avoir du temps devant soi pour se plonger dans cette aventure livresque car les pages ne se tournent pas toutes seules, surtout au début. Un conseil si vous le lisez, soyez patient.

Que vous dire de plus sinon que ce livre se situe un cran au-dessus de tout ce que j'ai pu lire ces derniers temps. C'est un roman dont vous ne sortez pas indemne.

Les avis très enthousiastes de Aifelle - Clara - Krol

Je n'ai pas lu trouvé d'avis négatifs mais je sais que Keisha n'a pas réussi à passer les cinquante premières pages car elle s'ennuyait. Elle nous en dira peut-être plus si elle passe par ici...

L'histoire se passant essentiellement aux Etats-Unis, il compte pour le Challenge US de Noctembule

Un nouveau logo :)

 

Partager cet article
Repost0