Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 23:49

Parlez-moi d'amour de Raymond Carver

Editions Points (editions de l'Olivier) - Traduit de l'anglais (USA) par Gabrielle Rollin - 184 pages

Quelques mots sur un recueil de nouvelles que j'ai laissé tomber en cours de route. Des personnages en perdition, qui boivent et se laissent aller à la dérive, voilà ce que je retiens de cette lecture. Une semaine après avoir fermé définitivement le livre, je ne me souviens précisément d'aucun personnage, d'aucune histoire. 

Autre raison de mon abandon, la construction des nouvelles. Pas de chute, comme habituellement dans ce genre littéraire, mais des fins ouvertes et énigmatiques (et que je n'ai pas comprises, la plupart du temps).

Sur la quatrième de couverture, Raymond Carver (1938-1988) est présenté comme le "Tchékhov américain". Voilà qui ne m'a pas donné envie d'aller à la rencontre de l'oeuvre de Tchékhov...

Je crois bien qu'entre Raymond et moi, c'est déjà fini...

Valérie (avec qui je partage cette lecture commune) n'est pas plus emballée que moi...

 

moisamericain

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 00:24

La première chose qu'on regarde, de Grégoire Delacourt, lu par Marc Weiss

Lu par Marc Weiss 4 h 48

L'histoire est celle d'Arthur Dreffus, garagiste et amateur de gros seins, qui fantasme sur la plastique avantageuse de Scarlett Johansson. Il croit rêver quand, un dimanche matin, il découvre l'actrice, en chair et en os, derrière sa porte. Déprimée, au bout du rouleau, Scarlett cherche un endroit ou se réfugier. Elle s'installe quelques jours chez Arthur qui s'est empressé de l'inviter. Cette rencontre miraculeuse réserve à Arthur quelques surprises et retournements de situation...

Si je n'avais pas convenu avec Enna d'une lecture commune, j'aurais abandonné cette écoute en cours de route. J'ai trouvé les personnages grotesques, impossible de m'y attacher. L'histoire, qui, au début, s'apparente à une farce, vire au tragique sans qu'on sache sur quel pied danser. J'ai fini mon écoute d'une oreille distraite, peu captivée et agacée. J'avais beaucoup aimé "l'écrivain de la famille" et "la liste de mes envies" mais cette fois, Grégoire, vous m'avez laissée au bord de la route.

Les billets d' Enna et Cathulu

écoute commune

 

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 23:20

   

    Gallimard 2007 - traduit de l'allemand par Bernard Lortholary - 382 pages

Le narrateur nous raconte tout d'abord les vacances qu'il passait, enfant, chez ses parents-parents paternels, en Suisse. Ces derniers, pour compléter leurs revenus de retraités, travaillaient comme relecteurs pour une maison d'édition qui éditait des ouvrages populaires. Le jeune garçon avait interdiction de lire ces ouvrages mais en lisait toutefois des extraits, au dos des feuilles de brouillon que lui donnaient ses grands parents. L'une de ces histoires éveillait en lui une sensation de déjà vu ou entendu : l'histoire d'un homme qui revient de la guerre après avoir été fait prisonnier... 

Devenu adulte, il peine à construire sa vie, le flou concernant ses origines ne cesse de le tourmenter. Par hasard, en déménageant, il retrouve dans ses papiers, le fragment d'histoire qui l'avait marqué enfant. Commence alors pour lui une longue quête qui le mènera vers son père, dont il découvrira le passé peu glorieux. 

De l'auteur, j'avais eu un coup de coeur, il y a quelques années pour "le liseur". Je savais que "le retour" avait eu moins de succès auprès des lecteurs mais j'espérais y retrouver un peu de l'émotion et de la réflexion qu'avait suscité en moi "le liseur". Hélas, cela n'a pas été le cas. Bien qu'il soit question de nouveau de l'histoire allemande et du poids qu'elle représente pour les allemands, je n'ai pas trouvé au récit la même puissance et le même intérêt que dans "le liseur". Je me suis ennuyée dans le parallèle fait par le narrateur entre l'histoire du père et le retour d'Ulysse. La partie du livre que j'ai préférée est la dernière partie, que je ne dévoilerai pas pour le cas où vous souhaiteriez découvrir ce livre. Ce regain d'intérêt pour l'histoire vers la fin du roman n'a pas suffit à "sauver" ma lecture.

Dommage...

Une lecture comune avec Valérie, dont il me tarde de découvrir le ressenti.... 

  pal1

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 00:03
null
 
     Audiolib - novembre 2012 - 16 heures 30 d'écoute
 
Depuis sa sortie, j'ai lu plusieurs avis de blogueuses et écouté plusieurs émissions de radios qui évoquaient le premier opus de cette trilogie un peu spéciale et dont les ventes cartonnent. Doutant fort, d'après les différents avis, que cette histoire puisse me plaire mais curieuse toutefois de me faire ma propre opinion, je n'ai pas hésité quand Stéphie a organisé un concours permettant de gagner un exemplaire du livre. Et comme j'ai eu de la chance, j'ai reçu "Cinquante nuances de Grey" à maison... 
L'histoire peut se résumer ainsi : une jeune fille vierge, un peu cruche, tombe amoureuse du beau et riche Christian Grey, qui a tout pour plaire, en apparence (jusqu'ici, c'est du harlequin). La jeune Anastasia tombe follement amoureuse mais ne tarde pas à comprendre qu'il a des pratiques sexuelles "particulières". Pour ne pas renoncer à son beau Christian, elle accepte de se soumettre à ses exigences. Monsieur Grey est un excellent amant et la jeune fille est très réceptive. Mais les exigences vont crescendo...
La première difficulté pour moi a été de m'identifier à cette jeune demoiselle qui a l'âge d'être ma fille (j'ose espérer que les miennes ne sont pas si naïves - j'en suis même certaine). Deuxième difficulté, je n'ai pas aimé Christian Grey. Ce jeune homme de 27 ans, suffisant et autoritaire n'a aucun humour pour compenser ses vilains défauts (je ne ne parle pas ici de ses tendances sado-maso mais de son sale caractère). Pour ce qui est des relations "dominant-soumise" décrites ici, il faut préciser qu'elles dépassent largement le cadre du jeu sexuel. Christian veut tout contrôler chez Anastasia y compris sa nourriture, son sommeil, ses fréquentations.... A 22 ans, on peut tomber dans le piège, à mon âge, on part en courant ! 
Heureusement pour elle, Anastasia tire les enseignements de ses premières expériences "cuisantes" (mais qui l'ont troublée, elle ne s'en cache pas) et prend un peu de recul. Tout en continuant à aimer follement Christian Grey, elle prend conscience qu'elle a affaire à un malade qui, tout en l'aimant certainement, l'utilise comme "médicament" pour extérioriser sa violence. Elle tente de lui tenir tête (ce qui ne déplaît pas au monsieur) et surtout tente de comprendre pourquoi il n'accepte aucune tendresse de sa part (oh, ça, il n'aime pas).  A ce stade de la lecture, je suis rassurée pour Anastasia. Ouf, elle a cessé de subir ! 
Je me rends compte que je n'ai pas encore parlé de l'écriture et pourtant c'est LE gros point noir du livre. Le vocabulaire utilisé pour évoquer les ébats amoureux est plat et sans saveur, souvent grotesque.  Anastasia (brillante étudiante en lettres), s'exprime comme un charretier, ponctuant bon nombre de ses phrases de "putain" ou "bordel de merde", ce qui n'est pas cohérent avec l'image de la jeune fille prude et bien élevée qu'on nous a présenté. Les passages croustillants (il y en a tout de même quelques uns ) sont plus ou moins gâchés par l'écriture et le choix du vocabulaire. J'en ai parfois pouffé de rire (ruinant la tension érotique recherchée par l'auteur). Des extraits : ici (c'est parlant).
 
Je ne suis pas une spécialiste de la littérature érotique, je n'en lis quasiment jamais, mais j'imagine qu'il y a mieux dans le genre, plus suggestif et mieux écrit. J'ai entendu dire que ce livre était parfois classé, en librairie, dans le rayon ados. Au secours ! Cette histoire  n'est absolument pas destinée à un public d'adolescents, même si aucune scène SM n'est insoutenable (il y en a d'ailleurs très peu). On est loin de la réalité des premières expériences amoureuses !
 
Lirai-je la suite ? Je ne pense pas. L'idéal serait que je trouve un bon résumé qui me permette de suivre l'évolution des personnages, sans me farcir les 1000 pages qui s'annoncent. Je n'en reviens pas de la longueur de ce billet (moi qui aime faire court). Pas de doute, la principale caractéristique de ce roman est de faire couler de l'encre !
 
Quelques avis de blogueuses : Theoma - Laure - Nouquette (j'adore son billet)
 
 
Pour finir avec une note d'humour, je vous propose la lecture d'un extrait par Roselyne Bachelot (inattendu et très drôle). C'est à 3 mn 50...
 
Partager cet article
Repost0
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 23:21

 

                                            null                                                                     Le cherche Midi 2012 - 264 pages

 

Il est question d'un héritage qui tombe du ciel, d'une colocation du troisième âge qui fonctionne harmonieusement, d'un vendeur de chaussures-transformiste qui retrouve son père et d'une virée en Normandie avec tout ce petit monde... 

Mon résumé fait deux lignes, mon avis m'en fera pas plus. Et pour cause : j'ai lu ce livre en diagonale, je l'avoue, ne parvenant pas à trouver grand intérêt à cette histoire d'héritage.

Une histoire rocambolesque et gentillette, une écriture banale, des dialogues un peu creux. Voilà en résumé ma perception de ce roman.

Mais je n'ai peut-être pas su l'apprécier à sa juste valeur car L'irrégulière et Littérature et français sont bien plus enthousiastes que moi ! Sharon, en revanche, partage mon avis

Prix des lectrices de Confidentielle 12/14

 

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 23:22

                                                              Don Quichotte - 248 pages - janvier 2012

 

Le narrateur est un enfant, Simon, neuf ans. Il vit avec son papa la plupart du temps car sa maman est souvent en déplacement au pays des kangourous. Ses parents ne s'entendent plus très bien et sa mère espace de plus en plus ses visites.

Cette fois, elle exagère, prolongeant indéfiniment son voyage au point que le papa de Simon finit par sombrer dans la dépression et se fait hospitaliser. Commence alors une nouvelle vie pour le petit garçon, toujours sans maman, avec son imagination pour lui tenir compagnie...

J'avais un à-priori positif sur ce livre (la couverture, la 4ème de couverture...) mais hélas je me suis ennuyée durant une bonne moitié du roman (la partie centrale) et j'ai sauté pas mal de pages. Un personnage énigmatique, une petite fille, intervient régulièrement dans le récit. Elle a aiguisé un peu ma curiosité mais pas suffisamment pour me tenir en haleine.

Dommage...

 

Prix "confidentielles" 6/14

Les avis de :  Laure - Géraldine (plus positives que moi)

Partager cet article
Repost0
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 19:32

                

                                                                              Mercure de France - 2012 - 200 pages

Marie est une jeune femme tout juste mariée à un médecin et confiante en l’avenir. Mais elle ne tarde pas à déchanter. Les enfants qu’elle met au monde sont loin d’être ceux auxquels elle rêvait et son mari n’a au final pas grande considération pour elle. Bref, sa vie « foire » complètement…. Pour autant elle ne se laisse pas abattre, cherchant refuge dans son imaginaire et sollicitant dieu pour lui porter secours…

Ce roman se lit facilement et je l’ai trouvé plutôt bien écrit. Pour autant, je ne dirai pas que j'ai aimé cette lecture. Le coté mystique de Marie m’a laissé perplexe et ses conversations  avec Emilie, la chatte, tout autant ! Le coté loufoque de l’histoire m’a agacée (le chat qui parle, le « miracle » de la fin du roman…). Quant à Marie, si je l’ai trouvée attachante au début du livre, elle m’a semblé assez vite un peu « dérangée ». Je n'ai pas aimé sa façon de gérer les nombreux problèmes qui se posent à elle. Quant au mari et aux enfants, ils sont tout sauf intéressants. Une bien curieuse famille...

 Je suppose qu’il ne faut pas se contenter du premier degré et voir dans ce texte une critique des valeurs de notre société (l’amour maternel comme une évidence, les médecines douces…).  Mais, je dois dire que je n’ai pas vraiment passé le cap du premier degré, décontenancée par les invraisemblances (voulues) qui se glissent dans le texte.

Vous l’aurez compris, ce livre n’était pas pour moi !    

Mais ne vous arrêtez pas à mon avis car je n'ai trouvé que des billets élogieux sur la blogosphère comme ceux de  Jostein ou Nadael    

Merci  à BABELIO et son opération "Masse Critique" ! 

                                                          

    

Partager cet article
Repost0
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 23:07

null

                                                                                Oh Editions - 2012 - 413 pages

                                                                        traduit de l'anglais (américain) par Christine Auché

Présentation de l’éditeur (extrait) :

Cette fois, la coupe est pleine ! À 25 ans, Maeve est sur le point de craquer. Alors qu’elle vient de perdre son job, ses parents ont décidé de lui couper les vivres pour l’aider à se prendre en charge…

Ni une ni deux, Maeve, accompagnée de son perroquet Oliver, part refaire sa vie à Hollywood. Mais c’est compter sans le destin qui s’acharne. En pleine traversée des États-Unis, sa voiture rend l’âme au milieu de nulle part. Voici Maeve coincée avec son perroquet, loin des siens, loin de son rêve, dans une petite ville perdue du fin fond de l’Arizona. Petite ville perdue certes, mais qui recèle bien des charmes, comme Maeve ne tarde pas à le découvrir... Au point de renoncer à rejoindre la mythique Hollywood ?

Kerry Reichs nous offre une plongée hilarante au cœur de l’Amérique et nous entraîne dans une comédie touchante peuplée de personnages aussi drôles qu’attachants.

 Mon avis :

Il y a des livres dont on comprend très vite qu’il ne sont pas faits pour vous. C’est le cas de celui-ci. Je voulais, pour changer de mes lectures habituelles, tenter une lecture facile, sans prise de tête, mais je me suis ennuyée très rapidement et j’ai fini par sauter des pages (l’ouvrage fait 400 pages…) pour arriver plus vite à la fin.

Le personnage principal est attachant et ce que l’on apprend de son passé renforce l’empathie à son égard mais cela n’a pas suffit, le texte manque pour moi de profondeur. Les aventures de cette jeune femme ne m’ont pas captivée et les rencontres qu’elle fait sur sa route m’ont semblé un peu trop micaculeuses. On peut avoir de la chance, mais à ce point…  Autre point rédhibitoire pour moi, la traduction, qui m’a semblé sonner faux. Quand j'ai cette impression, je fais une fixation sur la forme et je peine à me concentrer sur le fond (mais il est difficile de savoir si le problème vient de la traduction où si c'est l'écriture qui pose problème). 

Je suis passée complètement à coté de ce livre, tout comme Books and words, qui a pris le temps de faire un billet très argumenté.

Je pense toutefois qu'il trouvera son public. Pour preuve les avis assez élogieux de plusieures blogueuses : Galleane - Lael - Keisha. 

Je me propose de donner une seconde chance à mon exemplaire. Merci de me faire savoir si vous êtes intéressé (j'organiserai un tirage au sort, si plusieurs personnes se manifestent...). 

Résultat du vote : Morgane a gagné l'exemplaire.

 

Partager cet article
Repost0
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 23:01

L'affaire Jane Eyre

10-18 (Fleuve noir 2004) - 407 pages

Autant le dire d’emblée, impossible pour moi d’entrer dans ce roman. J’ai essayé de m’accrocher, la précédente lecture du blogoclub s’étant soldée par un abandon, mais je n’ai pas réussi à pénétrer dans l’univers déjanté de Jasper Fforde. Je commençais pourtant cette lecture avec un très bon à priori, l’allusion au roman de Charlotte Brontë dans le titre me semblant de bon augure.

 

Dans une sorte de monde parallèle où la guerre de Crimée est encore d’actualité en 1985, des brigades spéciales complètement farfelues font régner la loi (entre autres une brigade littéraire chargée de traquer plagiats et autres malversations concernant les livres).  Le personnage que nous découvrons au début du roman s’appelle Thursday Next. Elle appartient à brigade littéraire. Chargée d’une enquête sur le vol d’un ouvrage de Charles Dickens, elle est sauvée par une copie du livre « Jane Eyre », qui arrête une la balle destinée à la tuer. Je n’ai pas compris qui lui voulait du mal, ni pourquoi et je dois avouer que je n’ai pas trouvé le courage de continuer la lecture afin d’ y voir clair, tout cela me paraissant loufoque et inintéressant. J’ai abdiqué à la page 70… 

 

blogoclubJe suis curieuse de connaître les avis des autres blogo-lecteurs !  

(et j'offre mon exemplaire à qui voudra tenter l'aventure- que les amateurs se signalent...) 

 

Les avis de : Mango - Pascale - Lisa - Gwenaëlle - Stéphanie (Landibiblog) - Midola - Theoma - Praline - Nina - Titine - Catherine - Denis - Katell - Grominou - Taylor - Ori - Lapinoursinette ; Del ;

 

Du même auteur :

Le puits des histoires perdues - Kathel

 

D'autres livres en rapport avec le thème de la session (le livre dans le livre) :

La reine des lectrices d' Alann Bennet - manu

La librairie des ombres de Mikkel Birkegaard - Keisha

Coeur d'encre de Cornelia Funke - Armande - Thalia 

Contre-enquête sur la mort d'Emma Bovary de Philippe Doumenc - Alex

Le treizième conte de Diane Setterfield - Cocola

La voleuse de livre de Liesel Meminger : Nanne

 

Prochaine lecture (1er juillet) :

Nous mettrons à l'honneur Haïti en lisant : Le charme des après-midis sans fin de Dany Laferrière

1er septembre : lecture libre sur le thème des Prix Nobel de Littérature

Partager cet article
Repost0
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 00:11

blogoclub

Ce premier mars, deux titres au choix, sur le thème du rire et de la légerté :





Maudit karmaMaudit Karma 
de David SAFIER


Les billets de :  l'invité surprise de Grominou , Nina, Ori, Pascale , Nol, Armande, Catherine, Lisawakinasimba (alex), Thracinee, Loumina, Nico, Taylor ,Del

 














OU

SagaSaga - Tonino BENAQUISTA
 (sur lequel s'est porté mon choix)

 Une fois n’est pas coutume, je vous livre la quatrième de couverture, vous comprendrez ensuite pourquoi :

"Nous étions quatre : Louis avait usé sa vie à Cinecittá, Jérôme voulait conquérir Hollywood, Mathilde avait écrit en vain trente-deux romans d'amour, et moi, Marco, j'aurais
fait n'importe quoi - mais n'importe quoi ! - pour devenir scénariste. Même écrire un feuilleton que personne ne verrait jamais. «Saga», c'était le titre."

 Mon avis : Je n’ai réussi à me passionner ni pour la saga, ni pour les quatre compères et je les ai lâchement abandonnés à la page 80 avec leurs pizzas et leur feuilleton sans queue ni tête.  Je m’endormais au bout 5 pages, un excellent somnifère certes, mais ce n’est pas ce que j’en attendais !  Il faut dire que je n’aime pas les séries télévisées, je regarde d’ailleurs très peu la télévision de façon générale.  Ceci explique peut-être cela…  Pas de chance pour moi cette fois, mais je pense être un cas isolé car ce livre a rencontré beaucoup de succès à sa sortie.
 

   Les billets de : GrominouMarie, Gwenaelle, Mango, KeishaBookline, Gambadou, DenisCagireChristelle, Jumy, Diddy, Mammig , Lapinoursinette ,

  Autres billets sur le thème du rire et de la légerté : 
  Une liste de 10 livres pour rire chez 
Cocola
  Le guide du voyageur galactique chez
Kali
  Les ennuis de Sally West chez Titine
  L'erreur est humaine chez Nanne 
  Pourquoi j'ai mangé mon père chez Karine
  Expresso Tales chez
Kathel

    

  
Le 1er mai, notre lecture commune (sur le thème du "livre dans le livre) sera "l'affaire Jane Eyre"  de Jasper Fforde

   Pour le 1er avril, nous attendons les propositions des blogo-participants sur le thème de la littérature haitienne.
  

Partager cet article
Repost0