Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

20 août 2015 4 20 /08 /août /2015 23:17
Le prix du livre audio "Lire dans le noir"

Je participe cette année au comité de sélection pour le Prix du livre audio "France Culture-Lire dans le noir" dans la catégorie 'document'. Le comité a pour mission de sélectionner dans chaque catégorie (document / nouveauté et classique / jeunesse) trois œuvres qui seront soumises au vote des auditeurs et internautes de France-Culture courant septembre.

J'ai écouté une bonne partie de la sélection, au moins partiellement. Quand le livre me plaît, je le lis en totalité, quand ce n'est pas le cas, je me contente d'extraits.

Je n'ai pas l'intention de rédiger des billets pour tous ces livres mais uniquement ceux qui m'ont vraiment emballée. Pour les autres, je vous donnerai mon opinion en quelques lignes.

Voici donc l'ensemble de la sélection, très hétéroclite.

Audiolib

Alors voilà de Baptiste Beaulieu lu par Emmanuel Dekoninck
Comme un chant d’espérance de Jean d’Ormesson lu par Daniel Nicodeme

CDL

Baumes de Valentine Goby lu par l’auteur
Hippocrate aux enfers de Michel Cymes lu par l’auteur

De vive voix

Espaces courbes de Jean-Pierre Bourguignon lu par l’auteur
La matière noire de Françoise Combes lu par l’auteur

Edition le relié

Renaître par les contes – le rire de la grenouille de Henri Gougaud lu par l’auteur

Esope Edition

Grand cœur malade de Marc Henry Solange lu par Hervé Carrasco

Feuillage

Le chemin des bergers de Jean-Louis Giard par Julien Ventre

Fremaux

La France rurale, parole de gens modeste au premier XXème siecle

Philippe Noiret, une vie de comédien par Bruno Putzulu

Jacques Canetti Editions

Histoire d’une jeunesse de Elias Canetti par Pierre Arditi

Le livre qui parle

Magellan de Stefan Zweig lu par Marc Hamon

Lire autrement

Emile Zola, humaniste révolté de Jacques Pagniez lu par Simone Herault

Sonobook

Allah est grand, la république aussi de Lydia Guirous lu par Delphine Alvado
L’art de la prudence de Baltasar Gracian lu par Frederic Fournier

Thélème

L’enfance et l’adolescence de Marcel Proust lu par Guillaume Galliene

Je vous retrouve dans quelques jours pour vous présenter un de ces titres.

Partager cet article
Repost0
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 23:58
Challenge  1 % bilan  2014

Voici mon bilan de la rentrée de septembre 2014 :

Deux coups de coeur :

l’amour et les forêts » – Eric Reinhardt

Charlotte – David Foenkinos

Quatre livres beaucoup aimés

Le royaume – Emmanuel Carrère

Le dernier gardien de Elis Island - Gaëlle Josse

Joseph – Marie-Hélène Lafon

L’homme de la montagne – Joyce Maynard

Plusieurs lectures intéressantes (même si pour certaines j'ai émis quelques bémols) :

La part des nuages – Thomas Vinau :

Sauf quand on les aime – Frédérique Martin
Zou – Anne-Véronique Herter

La bible expliquée aux enfants – Marie-Noelle Thabut

Constellation – Adrien Bosc

A l’origine notre père obscur – Kaoutar Harchi

Quelques lectures moyennes ou décevantes :

Le détroit du loup – Olivier Truc
Quitter Venise – Anne Revah
L’oeil du prince – Véronique Degehlt

On ne voyait que le bonheur – Grégoire Delacourt
Retour à Little Wing – Nicholas Butler

L’île du Point Némo – Jean-marie Blas de Robes

Au total, 18 livres soit 3 % des ouvrages sortis à l'occasion de cette rentrée 2014.

Je rempile avec le challenge de la rentrée 2015 :

C'est Sophie Hérisson qui recense tous les liens et franchement je l'admire. Quel travail !

D'ores et déjà, j'ai lu "la couleur de l'eau" de Kerry Hudson et j'ai été emportée (billet à venir). Ma rentrée commence sous de bons auspices.

LE roman de la rentrée que je souhaite lire à tout prix est celui de Jeanne Benameur (je ne tarderai pas à l'acheter). D'autres me font de l'oeil : ceux de Chalandon, De Vigan, Morrison, Desarthe, Haddad...). On verra lequels croiseront ma route en premier.

Challenge  1 % bilan  2014

.

Partager cet article
Repost0
15 août 2015 6 15 /08 /août /2015 06:00
De retour...

Me voici de de retour dans la blogosphère après une pause estivale de deux bonnes semaines. Je vais reprendre mon blog tranquillement. S'il fait beau, j'espacerai mes billets.

J'ai lu un peu moins que prévu mais je suis satisfaite de mes choix de lecture (billets à suivre).

Je n'ai pas eu un temps formidable (cette année en Bretagne, nous n'avons pas été gâtés) mais j'ai tenté de profiter à fond des journées ensoleillées. Nous avons fait notamment deux escapades en voilier de deux/trois jours. Autre activité de mes vacances : des bains de mer dans une eau qui ne dépassait pas beaucoup les 15 degrés (mais on s'y fait, je vous assure !).

Les vacances sont finies (je reprends le travail lundi) mais pas tout à fait car il me reste les soirées et week-end pour en profiter, avant de reprendre mes quartiers d'hiver.

A bientôt pour un billet lecture. En attendant, je vous laisse avec un des rares couchers de soleil de mes vacances (mais sans doute le plus beau avec cette couche de nuages au-dessus du soleil)

Partager cet article
Repost0
4 août 2015 2 04 /08 /août /2015 19:51

Côté livre :

L'ouvrage que j'ai envie de mettre en avant, ce mois-ci, c'est "Baume" de Valentine Goby, que j'ai écouté (lu par l'auteur) en version audio. C'est un petit bijou olfactif dont je vous parlerai après ma pause estivale.

Juillet 2015, des livres et quoi d'autre ?

.

Côté musique :

J'ai vu (enfin, surtout écouté) le groupe britannique Muse, au Festival des vieilles charrues à Carhaix. Un public de fans, admiratifs.

Juillet 2015, des livres et quoi d'autre ?

.

Côté art :

Voilà un bon moment que je voulais admirer cet escalier, considéré comme l'un des dix sept plus beaux escaliers du monde. Il se trouve à Morlaix, à une vingtaine de kilomètres de chez moi.

C'est ZAG, artiste morlaisien, qui a peint cette magnifique "Morlaisienne" dans l'enceinte de l'ancienne manufacture des tabacs de la ville.

Zag et Morlaix, c'est "je t'aime, moi non plus". Le street art est une pratique illégale et Zag s'est fait condamner pour avoir peint sans autorisation dans différentes endroits de la ville.

La ville de Morlaix, consciente du talent de ce fils du pays, a fini par signer une convention avec lui, permettant à certaines de ses œuvres (dont celle-ci) de perdurer, dans des endroits choisis par la ville.

Cette bretonne est magnifique... Vous ne trouvez pas ?

Juillet 2015, des livres et quoi d'autre ?

Côté vacances :

Nous avons fait (mon mari et moi) une mini-croisière en voilier dans les Côtes d'Armor (Ploumanach / Trébeurden).

Le moment fort de la balade : l'entrée dans le port de Ploumanach, entre les rochers...

Juillet 2015, des livres et quoi d'autre ?

Plus tard, au cours d'une balade à pied, nous avons aperçu ce très joli voilier, qui s'est "posé" là, piégé par la marée descendante.

Juillet 2015, des livres et quoi d'autre ?

Construit sur un rocher, sur une plage, l'oratoire de Saint Guirec est une curiosité.

A marée haute, la mer l'entoure.

Juillet 2015, des livres et quoi d'autre ?

Voici le retour au bercail, immortalisé par nos enfants...

Juillet 2015, des livres et quoi d'autre ?

.

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 23:54
Petite pause

Je vous laisse quelques jours le temps d'une petite escapade en voilier. Puis je recevrai ma tribu pour le week-end.

Je vous retrouve lundi prochain pour un petit bilan de mon mois de juillet qui sera certainement suivi d'une seconde pause.

Côté lecture, je suis plongée dans "Prête à tout" de Joyce Maynard. J'aime bien pour l'instant.

A bientôt !

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 23:47
Actes sud 2015
Actes sud 2015

.

L'auteur nous plonge dans les années 70, dans un petit village de la Brie. Constance est élevée par ses grands-parents, dans une grande maison bourgeoise. Nous découvrons très vite que l'enfant est maltraitée par sa grand-mère. Le grand-père désapprouve cette situation mais n'intervient pas, incapable de tenir tête à sa terrible femme. L'embauche d'une famille de gardiens pour surveiller la maison va sortir l'enfant de son isolement et lui faire prendre conscience de l'anormalité de sa situation.

Pour comprendre ce qui a amène cette vieille femme à se comporter aussi violemment avec l'enfant il faut revisiter son passé : un mariage désastreux, suivi d'un drame dont elle est responsable et qui n'a cessé de la miner. La toute fin de la BD dévoile la dernière pièce du puzzle et pas la moindre.

Par chance, je n'avais pas lu la présentation de l'éditeur avant de commencer cette lecture, qui réserve plusieurs surprises au lecteur. Le thème principal est la maltraitance d'un enfant mais un autre thème est abordé également, que je tairai, volontairement.

La favorite - Matthias Lehmann (BD)

Cette BD met mal à l'aise en raison des scènes de maltraitance mais comment parler de ce sujet sans être explicite, notamment dans une BD ? C'est une lecture très prenante, on est pris par l'enchaînement des faits. Il est difficile de lâcher l'ouvrage avant de connaître le fin mot de l'histoire. Le dessin, en noir est blanc est assez inventif mais ne cherche pas à faire "joli". L'auteur utilise par moment les ressorts du conte, j'ai pensé au "Bon petit diable" de la comtesse de Ségur, par exemple. Cette dimension fantastique allège un peu le côté glauque de l'histoire.

Un sujet dérangeant, traité de façon adroite.

L'avis de Canel

La favorite - Matthias Lehmann (BD)

Lu dans le cadre d'une opération "Masse critique" de Babelio.

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2015 5 24 /07 /juillet /2015 06:15
Albin Michel 2015 - 624  pages - traduit de l'anglais (américain) par Valérie Malfoy
Albin Michel 2015 - 624 pages - traduit de l'anglais (américain) par Valérie Malfoy

.

C'est dans la ville fortifiée de Saint-Malo, entre 1940 et 1944, que se déroule la majeure partie du roman. Les deux héros, Marie-Laure et Verner, ont sensiblement le même âge. La jeune fille, qui a la particularité d'être aveugle, est française. Avant d'arriver à Saint Malo chez son oncle, elle vivait à Paris avec son père, qui s'efforçait de la rendre le plus autonome possible. Le garçon, surdoué en transmissions électromagnétiques, est orphelin. Avant d'arriver en France pour une mission militaire, il vivait en Allemagne dans un pensionnat qui formait, à la dure, de jeunes élites hitlériennes. Comme vous vous en doutez, le destin les fera se rencontrer. Mais avant cela, chacun sera confronté à des difficultés inhérentes au contexte historique de l'époque. Un troisième personnage, en lien avec un diamant miraculeux (ou censé l'être) vient donner un peu de piment à l'histoire.

Les premiers avis que j'ai lus sur "Toute la lumière que nous ne pouvons voir" n'étaient pas exceptionnels, contrairement à ce que laissait espérer la quatrième de couverture. L'ouvrage ayant obtenu le prestigieux Prix Pulitzer aux Etats Unis, les lecteurs français avaient sans doute mis la barre trop haut. Peut-être ont été déçus par le manque d'originalité de l'histoire. En France l'occupation allemande et la libération sont des sujets largement évoqués par la littérature, sans doute moins aux Etats-Unis. Par ailleurs, d'un prix Pulitzer, on est en droit d'attendre une profondeur d'analyse. Ici, l'histoire prédomine sur la réflexion.

Refroidie par les avis un peu tièdes, j'ai abordé l'ouvrage sans trop d'attentes et j'ai bien fait car au final, j'ai passé un bon moment. Les personnages sont sympathiques et attachants. J'avais plaisir à les retrouver chaque soir, à les voir évoluer chacun de leur côté, en tentant d'imaginer comment leurs routes se croiseraient et ce qu'il adviendrait d'eux après la guerre s'ils en sortaient vivants...

Je dirai en conclusion, que sans être exceptionnel, ce pavé mérite le détour pour l'histoire, assez captivante.

Les avis de Clara - Jérôme -Gambadou

Toute la lumière que nous ne pouvons voir - Anthony Doerr

Voici donc mon premier pavé de l'été. Rendez-vous chez Brize où vous trouverez le récapitulatif des lectures pour ce challenge qui vise à lire au moins un pavé pendant l'été..

Lu dans le cadre d'un partenariat avec Albin Michel, que je remercie.

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2015 6 18 /07 /juillet /2015 23:04
Denoel 2015 105 pages - traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Lili Sztajn
Denoel 2015 105 pages - traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Lili Sztajn

En exergue, cette dédicace, qui donne bien le ton : "ce livre est dédié aux femmes de partout, que leur vagins soient honorés, chéris et libres".

Eve Ensler a interrogé de nombreuses femmes sur le rapport qu'elles entretiennent avec leur vagin. Elle restitue le résultat de son enquête en choisissant la forme théâtrale. Je n'ai pas eu l'occasion de voir cette pièce mais d'avoir pu lire le texte est une consolation. Ne sachant pas à quoi m'attendre au niveau de la forme, j'avais un peur d'être déçue, je n'aime pas lire du théâtre. J'avais tort d'être inquiète, la lecture est fluide et ne pose aucun problème. Entre les monologues, l'auteure glisse des données techniques sur le sujet, aucunement ennuyeuses (statistiques, historiques...).

Attendez-vous à être bousculée car tout est dit et sans détour. Le vagin est exploré en long et large et en travers. Le ton est parfois léger mais pas toujours. Le viol fait hélas partie des expériences relatées par les femmes. Certains passages prennent l’allure d'inventaires à la Prévert quand les femmes répondent à des questions comme celle-ci : "si votre vagin pouvait parler, que dirait-il, en deux mots ?" ou encore : "un vagin ça sent quoi ?". Eve Ensler nous parle aussi d'un atelier du vagin, ou l'on apprend, avec un miroir de poche à connaître "l'endroit" en question.

Notre culture d'origine influe bien-entendu sur notre façon d'appréhender les choses mais évoquer cette partie du corps reste encore tabou pour la plupart d'entre nous. Si nous parvenons à échanger un peu avec les copines sur le sujet, osons-nous le faire avec nos filles ?

C'était osé et courageux se lancer dans ce projet d'écriture, le succès de la pièce démontre que le pari est réussi.

Les avis de Violette et Antigone

Lu dans le cadre d'un partenariat avec Les Éditions Denoël, que je remercie.

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 07:40
Magellan - Stefan Zweig (audio)

De ce personnage, pourtant célèbre, je ne connaissais pas grand-chose sinon qu’il avait découvert le détroit qui porte son nom. Je n'étais pas certaine que le sujet me passionnerait suffisamment pour retenir mon attention huit heures durant mais j'étais assez confiante tout de même car je n'ai jamais été déçue par Stefan Zweig.

Le début du livre relate l’histoire des découvertes maritimes avant Magellan puis nous entrons dans le vif du sujet : le périple en lui-même. L'expédition avait pour objectif de rejoindre, par l'ouest, en partant de l'Espagne, les îles des Épices. Zweig nous raconte, à la manière d'un récit d'aventures, cet incroyable voyage. Il s'attache à analyser la personnalité de Magellan, un homme tout à fait exceptionnel, comme on peut l'imaginer.

La route de Magellan
La route de Magellan

Il faut s'accrocher un peu dans la première partie mais cela en vaut la peine car la suite est vraiment passionnante. Aux côtés de Magellan, nous vivons au rythme de l'équipage, partageant ses espoirs et ses déconvenues. Le fameux passage recherché par Magellan, le long des côtes sud-américaines, sera trouvé in-extremis alors que Magellan commençait à envisager un retour de ses flottes en Espagne. La traversée du Pacifique sera un véritable cauchemar. C'est bien affaibli que l'équipage (ou du moins ce qu'il en reste) atteindra l'archipel des Philippines, découvrant avec émerveillement qu'il a fait le tour du monde. C'est donc grâce à Magellan que l'on a découvert que la terre était ronde...

Pour écrire cette biographie, Zweig a réalisé de nombreuses recherches et s'est inspiré du journal du chroniqueur et marin Pigafetta. Cet homme, fidèle à Magellan jusqu'au bout, est l'un des rescapés de l'expédition. Il occupe une place importante dans le récit de Stephan Zweig.

Une biographie tout à fait passionnante.

Magellan - Stefan Zweig (audio)

Lu dans le cadre de ma participation au comité de lecture du Prix de "Lire dans le noir", dont je vous dirai quelques mots très bientôt.

Challenge "Ecoutons un livre" sur le thème d'un livre qui fait voyager
Challenge "Ecoutons un livre" sur le thème d'un livre qui fait voyager

.

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2015 2 14 /07 /juillet /2015 23:30
Écoutons un livre, au mois de juillet

Le thème proposé pour le mois de juillet était "un livre qui fait voyager"

Voici les participations :

Sylvie : Magellan - Stephan Zweig

Géraldine : 14 - Jean Echenoz

Enna : le roi disait que j'étais diable - Clara Dupont Monod

Enna : Les temps glaciaires - Fred Vargas

Vives les bêtises : Fenêtre sur crime - Linwood Barclay

Au mois d'août, nous ferons une pause.

Pour le mois de septembre, je vous propose de présenter un roman d'un auteur américain, ou qui se passe en Amérique.

Partager cet article
Repost0