Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chers visiteurs, bonjour !

Vous êtes sur le blog d'une lectrice passionnée qui aime partager ses lectures. N'hésitez pas à laisser un commentaire, que vous soyez vous-même blogueur ou pas. Vous pouvez aussi me contacter : sylir@orange.fr  ou aller faire un tour sur ma page Facebook : ici

 

Ecoutons un livre

Dépôt des liens : Ici

Tous les 28 du mois, je publie un billet récapitulatif des lectures audio des participants. Il n'est pas nécessaire de participer à chaque fois.

 

 

 

18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 23:40

"En partenariat avec le Conseil général du Finistère, l’Association pour le Développement des Arts de l’Oralité (A.D.A.O) organise «Sur Paroles», le 8è festival du conte, du 15 au 23 mai 2008. Plus de 60 bibliothèques municipales ouvrent leurs portes…"

C'est dans le cadre de ce festival que j'ai pu voir, vendredi soir, le spectacle du conteur breton Loïg Pujol. Si vous avez l'occasion de le voir sur scène, n'hésitez pas une seconde il est formidable ! Voilà près de dix ans qu'il sillonne les pays francophones pour raconter ses histoires. Amis québécois, vous pouvez donc le voir un jour, vous aussi !

Quelques mots sur la légende de la ville d'Ys :

Il était une fois un roi qui s'appelait Gradlon. Il avait une fille, Dahut, qu'il adorait. La jeune fille aimait beaucoup la mer et demanda un jour à son père de lui construire une ville au bord de la mer.  La ville fut construite dans la Baie de Douarnenez (Finistère). On l'appela Ys.
La jeune fille avait des moeurs assez surprenants.  Elle tuait au petit matin ses amants d'un soir...  jusqu'à ce jour où un beau jeune homme arriva. Il serait trop long de raconter la suite, mais pour résumer, la ville fut engloutie sous les flots par la faute de Dahut.  

Pour mettre au point ce spectacle, Loïg Pujol a fait un impressionnant travail de recherche, faisant même appel à des historiens. La légende est replacée dans son contexte historique : le 5ème siècle. Les finistériens peuvent visualiser aisément les lieux de l'histoire, les villages étant nommés : Huegoat, Berrien ...
Après le spectacle, nous avons pu discuter avec le conteur. Il est intarissable sur la légende de la ville d'Ys, et sur bien d'autres sujets encore... Vous constaterez sur la photo ci-dessous, qu'en plus, il est très beau !
  

Pour en savoir plus :

Une visite virtuelle de la ville

Un article très intéressant qui pose la question de l'existence de cette ville "pour de vrai".

   Pour en savoir plus sur Loïg Pujol
    (et notamment sur l'ouvrage qu'il vient de publier)
 

   
Si un jour vous allez au Musée des beaux arts de Quimper,
   vous pourrez admirer ce tableau :
   "La Fuite de Gradlon"
par Évariste Vital Luminais

Partager cet article
Repost0
16 mai 2008 5 16 /05 /mai /2008 23:03
Grasset - 2008

Le narrateur, Antoine, est parisien et luthier de métier. Dans sa jeunesse, il est tombé littéralement amoureux de l'Irlande du Nord et de ses habitants au point d'adhérer totalement à leurs idées. Au moindre temps libre, durant trente ans, il s'est rendu en Irlande pour soutenir le combat des indépendantistes.

 

Le titre est étonnant. La juxtaposition de Mon et de traître n'est pas habituelle et a de quoi intriguer… Mais dès le début de la lecture on comprend ce qu'il en est : Antoine, a été trompé par son ami le plus cher pendant des années. Celui à qui il vouait une admiration sans borne a trahi son entourage en collaborant avec les ennemis du mouvement auquel il paraissait donner sa vie.

 

 Il est un peu difficile de comprendre que l'on puisse vouer tant de temps et d'énergie à une cause qui n'est pas directement la sienne (presque une vie !). On imagine donc la déception du narrateur, et le mot est faible, quand il apprend la vérité au sujet de son ami. Cette histoire est d'autant plus troublante qu'elle est issue de l'expérience personnelle de Sorj Chalandon. Pour ceux qui connaissent un peu l'histoire de l'Irlande du Nord, le traître est Denis Donaldson.

 

Mon traître retrace une période sanglante de l'histoire de l'Irlande Du Nord : La lutte armée de d'IRA dans les années 80. Voilà un bon moment que je n'avais pas entendu parler de ces événements qui ont défrayé la chronique pendant des années.

J'ai apprécié le style du livre, proche de la confidence.
 Mais ce que j'ai aimé le plus c'est la réflexion qu'il inspire sur l'amitié. Comment peut-on pendant vingt-cinq ans tromper ainsi un ami ? Et du côté de l'ami trahi, comment vit-on une telle blessure ? L'amitié survit-elle à une telle épreuve ?


Un lecture intéressante. 


L'avis de Yvon 

Partager cet article
Repost0
14 mai 2008 3 14 /05 /mai /2008 20:53


Ce film est une adaptation du roman éponyme de François d'Epenoux. Les critiques professionnelles ne sont pas fameuses. Il est vrai que le film peut interpeler sur la crédibilité de son scénario (d'une partie tout du moins).

Pourtant, je suis sortie de la salle bouleversée...

 

Un homme se met, du jour au lendemain, à adopter un comportement odieux avec son entourage, à tout envoyer balader. Il semblait pourtant heureux : un bon job, une femme et des enfants qu'il adorait, une belle maison… Que se passe t'il donc dans sa tête pour "péter ainsi les plombs" ? Je n'en dirai pas plus, sinon que si cette histoire nous touche tant, c'est parce que nous pouvons tous être confrontés à une situation similaire. La façon de l'affronter est surprenante dans le cas d'Antoine, mais assez  humaine en fin ce compte. Comment réagirions-nous dans une situation similaire, difficile de le savoir.

Il convient de souligner la prestation formidable d'Albert Dupontel dans le rôle principal.
 

Le film se termine par une chanson magnifique, interprétée par Serge Reggiani "Le temps qui reste". Voici un extrait des paroles de Jean-loup Dabadie. La musique est d' Alain Goraguer..

 

Je ne sais plus où je suis né, ni quand
Je sais qu'il n'y a pas longtemps...
Et que mon pays c'est la vie
Je sais aussi que mon père disait:
Le temps c'est comme ton pain...
Gardes en pour demain...

J'ai encore du pain,
J'ai encore du temps, mais combien?
Je veux jouer encore...
Je veux rire des montagnes de rires,
Je veux pleurer des torrents de larmes,
Je veux boire des bateaux entiers de vin
De Bordeaux et d'Italie
Et danser, crier, voler, nager dans tous les océans
J'ai pas fini, j'ai pas fini
Je veux chanter
Je veux parler jusqu'à la fin de ma voix...
Je l'aime tant le temps qui reste...

 

Pour écouter la chanson (je vous le conseille) c'est ICI. Quand au film, je vous le conseille aussi, bien-entendu.

Partager cet article
Repost0
13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 04:00

  D'une grande convivialité !

 Voici le récit de la journée :

Après avoir fait connaissance sur le parking de l'office de tourisme, nous avons décidé "d'attaquer" la journée par une balade apéritive le long des remparts de Port-Louis, histoire de se mettre en appétit. Vous comprendrez en lisant la suite, qu'un peu d'exercice avait son utilité !

De retour aux voitures, nous avons sorti les paniers. Là, nous avons pu constater qu'il y avait les amateurs (mon mari et moi) et les pro (Anne et son mari). Ma camarade blogueuse avait tout prévu pour que ce pique-nique soit parfait et il l'a été, nous ne sommes pas sur le point de l'oublier...  Le menu était composé de mets que nous avions apportés l'une et l'autre. Il y en avait tellement que nous sommes sortis de table à 18 heures ! Bien-entendu, durant ces quatre heures, nous n'avons pas fait que manger. Nous avons parlé à bâtons rompus du travail, des enfants, des projets et des rêves de chacun... C'était vraiment très sympa.

Mais la journée n'était pas finie puisque nous avions prévu un restau le soir. Afin d'éliminer un peu avant de ré-attaquer, nous avons fait une promenade apéro-digestive. Puis nous avons choisi la terrasse d'une crêperie pour y déguster crêpes et far frit (un régal). Nous avions très faim comme vous pouvez l'imaginer !

 


 Nous avons bien entendu parlé de blogs et de livres durant cette journée, mais assez "raisonnablement", me semble-t'il.  Nous nous sommes quittés vers 22 heures 30 en convenant de nous retrouver pour un week-end dans le Nord Finistère.

 

Merci à F. pour le reportage animalier (il comprendra) et à Anne pour ses cadeaux. Encore merci à eux deux pour cette journée si sympathique !


 

Partager cet article
Repost0
10 mai 2008 6 10 /05 /mai /2008 16:00

il n'y a qu'un pas !


Demain à l'heure où blanchit la campagne (enfin, un peu plus tard) je descendrai et elle montera …  Au programme pique-nique, balade et p'tit restau en fin de journée. Nos maris acceptent de jouer le jeu, nous allons essayer de ne pas les saouler avec nos histoires de livres et de blogs. Hum, ça va être dur, ça !

 

@Lundi pour un compte-rendu et bon week-end de la pentecôte à toutes et à tous !

 

Partager cet article
Repost0
9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 23:00
     A Belle-île, il y a aussi :

Des falaises vertigineuses ...



Des ajoncs à perte de vue ...


Et des Goelands à l'affut des restes du pique-nique !




















Partager cet article
Repost0
9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 15:41

                     

  Liber and Co est un café-librairie associatif d'un genre tout à fait particulier. Au départ de l'aventure, l'envie d'un couple passionné de lecture de réaliser, au terme d'une vie professionnelle, les rêves qui leurs sont chers : s'installer définitivement à Belle-île et se mettre au service de leur passion, la littérature. 
Au rez-de-chaussée de leur maison, leur cuisine-salon-bibliothèque (et librairie ! ) qu'ils ouvrent au public. Des rencontres sont y organisées pour parler d'un livre ou échanger avec un auteur autour d'un bon repas concocté par la maîtresse de maison.
Les bénéfices réalisés servent uniquement à faire vivre le lieu. Mr et Mme Liber ont toutefois en projet de faire évoluer le projet en créant une "vraie" librairie indépendante.


  

Vue sur les remparts du Palais...

Merci à Mme Liber pour son accueil et pour nous avoir autorisé à prendre des photos.

Adresse : Liber and co - 2 rue des remparts - LE PALAIS.               

Partager cet article
Repost0
8 mai 2008 4 08 /05 /mai /2008 14:32

pour me reposer, prendre un bon bol d'air et parcourir cette île merveilleuse à la beauté sauvage .

 

Bien-entendu nous avons visité les "incontournables" comme La pointe des Poulains, rendue célèbre par la comédienne Sarah Bernhardt qui y séjournait régulièrement. Sur deuxième photo, le fort dans lequel elle passait ses vacances, et qu'on peut visiter (Nous ne l'avons pas fait, mon mari a horreur des visites en rang d'oignons).

 

Autre lieu touristique, un peu trop à mon goût (mais je suis injuste, tout le monde a le droit d'en profiter), les aiguilles de Port Coton, peintes par Monet qui adorait Belle-île, tout comme Flaubert et bien d'autres artistes. 

  

           Merci Monsieur Monet pour le prêt de votre oeuvre ...

En s'éloignant des sentiers battus, de superbes endroits à découvrir, comme l'anse de Baluden.
Là, moins de risques de tomber sur un car de touristes bruyants

 

Autre lieu pittoresque : Le petit port de Sauzon,  qui fait face à une falaise couverte d'ajoncs.
Au soleil, sur une terrasse face au port, nous avons passé plusieurs heures à nous imprégner de la beauté de l'endroit, en rêvant d'y habiter un jour.

 

  

Je ne peux pas me rendre dans un lieu sans me renseigner sur les librairies qui s'y trouvent. Voici deux noms que je vous conseille si vous passez par-là :

      -  L'usage du monde, café-librairie dans laquelle j'ai fait une visite éclair. L'endroit est  petit et il y avait beaucoup de monde quand j'y suis passée.  Dommage.        


- Liber and Co, café-librairie d'un genre très particulier. Je vous en parle demain...


Partager cet article
Repost0
5 mai 2008 1 05 /05 /mai /2008 22:25

un peu débordée. J'ai lu les billets sur Pauline (merci à toutes) et répondu aux commentaires, mais le prochain billet devra attendre un peu !

 Je vous retrouve en fin de semaine avec quelques photos de Belle-île sous le soleil. C'était chouette...

Crédit photo : photographe Mabel Forsyht - agence Dreamstime

 

 

Partager cet article
Repost0
30 avril 2008 3 30 /04 /avril /2008 23:05

Flammarion - 2007
(roman paru pour la première fois en 1838)



 



Pauline est l'un des tous premiers romans d'Alexandre Dumas. Je ne connaissais de cet auteur que les titres les plus connus, comme Le comte de Monte-Cristo  ou Les Trois mousquetaires. Les premiers chapitres m'ont demandé petit effort d'adaptation à l'écriture du XIXème que je ne suis guère habituée à lire, mais assez vite j'ai pris goût au style élégant et raffiné de Monsieur Dumas.  

Trois narrateurs se succèdent pour raconter le cauchemar de Pauline, jeune fille de la bonne société. Le premier est Alexandre Dumas lui-même. Il reçoit les confidences d'un ami, Alfred de Nerval, qui a accompagné la jeune fille durant les dernières années de sa vie. Ce dernier a lui même reçu le récit de la jeune fille. Ce sont donc trois récits qui s'emboîtent.

Lors d'un bal, la jeune Pauline fait la connaissance du séduisant mais non moins inquiétant comte Horace de Beuzeval. Fascinée, elle accepte de l'épouser en dépit d'une forte appréhension qu'elle ne parvient pas à s'expliquer. La suite des événements lui montrera que ce pressentiment était hélas fondé. Très vite, elle découvre la face cachée de son époux et se trouve entraînée dans d'effrayantes aventures pour lesquelles elle est bien mal préparée.

La préface du livre, intéressante, restitue le roman dans le contexte littéraire  de l'époque. Nous sommes en plein romantisme. Comme les femmes de sa classe sociale, Pauline mène une vie désœuvrée, propice à la mélancolie et au mal être. Elle ne vit pas l'amour, elle le rêve et l'idéalise. Elle ne se bat pas quand les difficultés se présentent mais se laisse porter par la fatalité.  
 

Il est difficile aujourd'hui de se projeter dans le personnage de Pauline, ce qui explique peut-être que l'on ne tremble pas vraiment à la lecture de ses aventures, mais on peut penser qu'à l'époque où elle a été écrite, cette histoire pouvait en effrayer plus d'un ! On peut imaginer aussi la fascination que le personnage d'Horace de Beuzeval, diabolique et aventurier, pouvait exercer sur les hommes de la haute société, désœuvrés et en mal de sensations fortes.
 

Pour conclure je dirai que cette lecture m'a donné envie de lire quelques classiques de temps en temps et pourquoi pas dans le cadre du blogoclub ?

De retour de vacances voici les liens vers les autres billets (merci Lisa pour le recensement)
Belledenuit, Antigone, Arlette, Karine, Gambadou, Cathe, Kattylou, Nina Sassenach, Jumy, patacaisse, Kathel, Martine, Florinette, Ori, Jules, Sandrounette, Taylor, Lou, Malice, Béatrix
,Lisa, Catherine, Chimère, Papillon, Suzel Valériane, Cimméria

Elles ont lu un autre titre de l'auteur: Kali a lu Les trois mousquetaires, Grominou a lu Le chevalier de Maison-Rouge, 
ou un autre classique :
Clochette a lu un Zola

Partager cet article
Repost0